DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE

DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE0%

DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE Auteur:
Catégorie: La pensée
pages: 6

DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE

Auteur: Mohammed Barry
Catégorie:

pages: 6
visites: 1427
Télécharger: 87

illustrations:

DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE
  • L'introduction du centre

  • Le centre du Message

  • Introduction:

  • La rentrée

  • Le discours de l'imam Ali (a) le maître des croyants concernant les séditions

  • Les plus célèbres références de ce discours :

  • Des éclairages autour de ce discours :

  • L'origine d'interpréter ces versets et de les retourner aux versets hermétiques comme la parole de Dieu

  • LA PREMIERE PARTIE

  • LA PREMIERE RECHERCHE

  • LE PROBLEME DU PRETEXTE ET LA METHODE PROPHETIQUE DANS SA NOMINATION

  • Préface :

  • LA PREMIERE RECLAMATION

  • LA PREPARATION IDEOLOGIE ET EDUCATIVE POUR L'IMAM ALI (A) L'AFFIRMATION DE SON DROIT A LA SUCCESSION.

  • La première étape:

  • LA PROTECTION PROPHETIQUE PARTICULIERE POUR L'IMAM ALI (A).

  • a deuxième période :

  • LA DEUXIEME RECLAMATION

  • LA PREPARATION DE LA NATION ET AMENAGEMENT DU TERRAIN POUR QUE L'IMAM ALI RECOIT ET L'AFFIRMATION DU PRETEXTE POUR LUI

  • LA DEUXIEME RECHERCHE

  • La persistance de la frequance du texte sur les imams (a s)

  • L'accusation de Zourara par l'incopréhentiosion de l'imam de son époque

  • LA TROISIEME RECHERCHE

  • Les ambiguités provoquées sur le texte

  • La première ambiguïté

  • La réponse de la première ambiguïté

  • La deuxième ambiguïté

  • La réponse de la deuxième ambiguïté

  • La troisième ambiguïté.

  • La réponse de la troisième ambiguïté.

  • La Quatrième ambiguïté

  • La réponse de la quatrième ambiguïté

  • l'émir des croyants éprouva les extravagances de la consultation

  • écoutez bien sa réponse dans ce même discours

  • La sixième ambiguïté

  • le hadith d'El khadir et sa disproportion sur le texte de la succession

  • La septième ambiguïté

  • La réponse de la septième ambiguïté

  • La signalisation de Fatimatou Zahra dans son discours :

  • La huitième ambiguïté

  • La réponse de la huitième ambiguïté :

  • La neuvième ambiguïté

  • La réponse du neuvième ambiguïté

  • LA QUATRIEME RECHERCHE

  • LA DEUXIEME PARTIE

  • DES MENSONGES ET DES EXTRAVAGANCES SUR LES CHIITES IMAMITES.

  • LA PREMIERE RECHERCHE : Des extravagances sur la dénaturation du saint Coran.

  • LA DEUXIEME RECHERCHE: l'expression de la pensée (Al Bada'a) et la connaissance de Dieu

  • Des extravagances sur la dénaturation du saint Coran

  • le verset de la purification :

  • Les narrations de denaturrations dans les plus importants livres sounnites

  • Des exemples des bottes dans les livres de Sihahs

  • LA DEUXIEME RECHERCHE

  • La connaissance de Dieu chez les chiites imamites :

  • LA TROISIEME PARTIE

  • DES CLINS DES YEUX DANS L'HISTOIRE DE LA TRADUCTION PROPHETIQUE

  • La détérioration de hadith

  • La position d'Oumar vers la traduction prophétique.

  • La position d'Outhmane et Ma'awiya vers la traduction prophétique

  • Les sounnites ont compris la mostériosité des positions précédentes

  • Ils ont contredis la traduction pratique

  • La conclusion d'interdire les hadiths

Rechercher dans le livre
  • Commencer
  • précédent
  • 6 /
  • suivant
  • Fin
  •  
  • visites: 1427 / Télécharger: 87
Taille Taille Taille
DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE

DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE

Auteur:
Français
L'introduction du centre DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE

DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE
Traduit en français par : Mohammed Barry
Le distributeur : Fondation de l'imam Ali (a)
L'imprimerie de : Setoré
Imprimé en 1422 de l'hégire (2001)
Le nombre d'exemplaires : 3000
L'introduction du centre
Louange à seigneur de l'univers et sa bénédiction soit sur son prophète Mouhamed (s.a w) et sa sainte famille.

Le Coran et la traduction prophétique sont chargés d'unir la parole de musulmans et chercher la protection au prés de Dieu, aussi le moment de discussion et la dispersion.

C'est sûr le prophète (s.a.w) a élucidé la grande route, il a montré la bonne voie, il a indiqué la bonne route et le bonheur, dés qu'il est décédé les idées de la nation musulmane se sont divisées finalement les doctrines et les voies sont apparues dans le terrain, sa situation devint différente jusqu'à nos jours…

Les imams de la religion et les meilleurs savants soudèrent leurs rôles pour protéger l'islam de dénaturation, de tromperies et pour guider les musulmans et les mettre dans la voie droite que Dieu et son prophète(s a w) ont voulu que tout le monde suive, pour avoir la bénédiction de deux mondes.

Ils écrivent des livres, et tenir des conférences idéales, et des débats scientifiques, pour découvrir les faibles et la réalité de ces idées différentes :

(لََََََََََََََََََيَهْلَكَ مَنْ هَلَكَ عَنْ بَيّنَةٍ وََيحْيَى مَنْ حَيَّ عَنْ بَيِنّّّّّّّّّّّّّّةٍ)

"Pour que celui qui devrait mourir périsse pour une raison évidente et pour que celui qui demeurerait envie survive comme témoin d'une preuve irréfutable !" Sourate les butins verset 42 !

La sainte famille du prophète avait rencontré des épreuves très preuves : L'opposant a essayé depuis le premier jour de les combattre par de différentes sortes pour éteindre leurs lumières pas éteindre leur voie seulement, ils les combattent courageusement, l'histoire de sédition n'a jamais vu comme celle dans le monde islamique.

Ils versèrent du sang qui n'a jamais été versé comme celle dans toutes les conquêtes jusqu'à ce que le maître des compagnons du prophète de Dieu (s a w) et le maître de la sainte famille son frère et son tuteur s'en aille par un assassinat, ainsi que son fils Hassane ils étaient sur le point de les finir dans le fait du " karbala ".

C'est comme çà l'assassinat et le vagabondage se sont répandus sur la postérité du prophète(s a w). Et leurs sectes durant tous les siècles précédents. Lorsque cette façon de belligène était insuffisante pour accomplir les objectifs du prince. Ils ont suivi la guerre idéologique.

Cette méthode de guerre était le lancement des problèmes de la création dans la religion sur sectes de la sainte famille du prophète (s a.w) en disant qu'ils ont dévié de ses principes.

Cette méthode existe jusqu'à nos jours. Nous avons vu avec regret- beaucoup d'études et de documents qui n'ont été édité sauf pour reprendre des calomnies et de diviser les mensonges.

Nous avons vu beaucoup d'écrivains qui font des études sur les voies et les écoles de pensées surtout la voie d'Ahlul Bait (la sainte famille du prophète). Ils débutent par un début non scientifique et des idées non propres qui est dirigé par le contrat d'hier et les cordes de la politique qui était opposé sur la sainte famille historiquement. Qui utilise dans ses conseils et sa voie et ses écrits des paroles qui ne sont pas basées sur une fondation forte surtout les idées wahhabites qui contredirent l'opinion musulmane !

Jusqu'à ce que la situation arrive que certains études universitaires s'occupent de montrer la voie Ahlul Baït par des idées et des idéologies transformées et falsifiées, dépensés par les wahhabites qui sont opposés sur toutes les doctrines musulmanes. Pourtant ces idées et idéologies, la plus souvent sont associées pour tous les musulmans comme le problème d'intercession (A-chafa'a) et de visiter les tombeaux des prophètes et les imams et les serviteurs de Dieu ainsi de suite, parmi les idéologies raisonnables. Le but de ce que les wahhabites repensent - même si le titre est sur les chiites et chi'isme - se sont des idéologies de l'islam et ses adoptifs Alors ce que les chiites-qui reconnaissent les douze imams - disent et affirment dans les deux cotés, sauf le texte sur le successeur après le prophète de Dieu, pour eux ils le croient, ils rapportent centaines de narrations qui l'affirment, basées par ce qui est rapporté dans les ouvrages sounites Sihahs et Massanids et des diawami'is, et par des versions considérées chez eux en outre les arguments d'esprit.

Ce livre-qui se trouve devant toi- est chargé d'expliquer la réalité de la situation dans les plus importantes de ce que les ignorants de la réalité de l'islam, ont provoqué, il les suit dans les grandes références et au font de l'histoire jusqu'à ce qu'il ne laisse pas une percée sauf lui la ferme, ni un espoir sauf lui l'ampute pour accomplir le but du centre de message qui est toujours de sauver le message de l'islam, Dieu est derrière tout objectif et celui qui Guide vers la voie droite.

Le centre du Message
Introduction:
Louange à seigneur de l'univers et que sa bénédiction soit sur son prophète l'imam de croyant Mouhammed (s.a.w) et sa sainte famille et ses compagnons dévoués.

Les ennemis de la sainte famille (a) ont dit des calomnies et des ululions et beaucoup de suspicions à leurs partisans pour guerroyer la sainte famille (a) la guidance politique islamique c'était l'arme la plus dure et la plus mauvaise impression pour diffuser la vanité et des fausses informations dont les autorités inexpérimentées à travers l'histoire. Finalement ces autorités guidées par les wahhabites détestés jusqu'à ce qu'ils soient arrivés d'un point d'entrisme d'accuser tous les musulmans d'être incrédules, çà suffit que toutes les nations musulmanes aient reposé à ce mensonge plus de trois cent cinquante réponses comme se trouve dans les dictionnaires et les ouvrages de la nation musulmane en réponse au wahhabite.

Ici nous citons dans cette recherche les plus importantes des ces soupçons et de ces mensonges en idée et conscience ; ceci sera dans l'introduction et dans trois parties. Dans l'introduction nous commencerons par le discours de l'imam Ali (a) l'émir des croyants pour détecter à travers de ce discours les distances historiques et idéologiques qui se plient derrière sa parole dans ce discours infaillible.

Puis dans la première partie, nous en parlerons sur l'imamat et la succession et le problème du texte. Dans ce domaine fréquence de nommer le calife et ce qui est causé dans ce problème d'ambiguïté. Nous diviserons cela dans quatre recherches.

Nous présentons dans la première recherche les problèmes du texte et la méthode prophétique dans cette situation, en suite nous discuterons dans la deuxième recherche le renforcement fréquent dans ce texte sur les imams d'Ahlul Bait (a) après l'imam Ali(a) dans la troisième recherche nous citerons les ambiguïtés qui étaient soulevés dans ce domaine et finalement nous présenterons dans la quatrième recherche que les gens sont tombés par une précipitation et perturbation comme dans ce problème grave dans l'histoire de l'islam et les musulmans.

La deuxième partie est prévu pour discuter les calomnies et les mensonges qui ont été dit sur les chi'ites imamites dans la pensée et l'idéologie il contient deux recherches leur parmi eux c'est la sûreté du Coran de transformation c'est l'opinion d'imamites, nous discu-terons ce qui est dit dans ce domaine.

Dans la deuxième recherche est prévu pour la discussion de problème de l'expression de la pensée(Al-bada'a) et ce qui l'accompagne des extravagances et détailler les principes de l'expression de la pensée et sa philosophie chez les chiites imamites selon les pages de cette recherche. En considération que la recherche dans l'histoire de la traduction prophétique surtout elle a rencontré des positions anormales au début de l'histoire de l'islam, comme d'interdire de la collectionner et de faire perdre ce qui était collectionné et les conséquences dangereuses qui sont attachés sur cela pour la pensée islamique, c'est pourquoi nous avons vu de faire une recherche de tout cela dans le troisième chapitre et la dernière parmi les chapitres de cette recherche à titre de résumé sous titre de (des regards sur l'histoire de la traduction prophétique).

En souhaitant que cette étude soit la base pour comprendre beaucoup de réalités.

La rentrée
Nous commençons la recherche par le discours de l'imam Ali(a) pour retrouver la bonne voie à travers ce discours et pour pouvoir traiter ce qu'il faut dans cette rentrée de discours de l'imam Ali (a) Bun Abu Talib sur la sédition :

Le discours de l'imam Ali (a) le maître des croyants concernant les séditions
Le maître des croyants Ali Bun Abu Talib (a) dit :

(ألا إن أخوف ما أخاف عليكم خلّّّتان : إ تباع الهوى وطول الأمل.

أما اتباع الهوى فيصد عن الحق, وأما طول الأمل فينسي الآخرة, ألا إن الدنيا قد ترحلت مدبرة, وأن الآخرة قد ترحلت مقبلة ,ولكل واحدة بنون, فكونوا من أبناء الآخرة, ولا تكونوا من أبناء الدنيا, فإن اليوم عمل ولاحسا ب, وأن غدا حساب ولاعمل .وانمابدء وقوع الفتن من أهواء تتبع, واحكام تبتدع يخالف فيها حكم الله, يتولى فيها رجال رجالا الاان الحق لو خلص لم يكن اختلاف, ولو إن الباطل خلص لم يخف على ذي حجى, لكنه يأخذ من هذا ضغث ومن هذا ضغث, فيمزجان فيجعلان معا, فهنالك يستولي الشيطان على أولياءه ونجا الذين لهم من الله الحسنى).

"Comprenez que la chose la plus craint que je doute de vous sont deux choses : Suivre la passion et longue espoir.

Quant à la passion elle détourne la vérité. Quant à longue vie il fait oublier la résurrection. Comprenez le monde tourne le dos. La vie dernière s'approche, chacun d'entre eux a des fils. Soyez parmi les fils de la vie dernière, ne serez jamais les fils de ce monde, aujourd'hui c'est le jour de travail, pas de jugement, demain sera le jour de jugement, pas de travail.

Les séductions débutent où le jugement de Dieu est désobéi. Des hommes gouvernent sur des hommes. Comprenez que si la réalité était pure, il n'avait pas la divergence d'opinion. Si la vaine était pure on n'allait pas avoir peur du propriétaire de la raison, mais on prend dans les deux cotés puis on mélange les deux à la fois. C'est là bas Satan possède sur ses amis, et les gens qui ont la faveur en vers Dieu s'échappent. "

Les plus célèbres références de ce discours :
Ce discours est parmi les discours d'imam Ali (a) les plus célèbres, il est long mais nous n'avons pas voulu le citer ensemble, nous avons seulement pris le texte qui a la relation avec notre recherche celle-ci tout le monde l'a cite sounnites et chi'ites, il y a parmi ceux qui ont raconté ce discours d'Imam Ali (a) :

1-Ahamad bun Mohammad bun khalid (al bagdadi) 274 ou bien 280 de l'hégire

2- L'écrivain al abbassi Ibn Wadih El ya'aghoubi (284)

3-Thighatoul islam Abu Ja'afar Mohammed bun Ya'agoub El kouleini (329 de l'hégire) dans son ouvrage Oussouloul kafi nous l'avons pris de kouleini caril est le plus considéré dans la traduction prophétique d'une part d'une autre part il est le rénouvelateur au troisième siècle de l'hégire, par les témoignages des savants sounnites, Mohammed bunil Moubarak bounil Asir dit qu'il est parmi les rénouvelateurs du troisième siècle.

4-Abu Hassan tawhid (400 de l'hégire).

5-Seyyid chérif Radi (404 de l'hégire) dans sa collection des discours et des paroles de l'Imam Ali (a) dans la voie de l'élégance.

6-Saidou Bun Hibatou-lahi qui était renommé par goutoubi rawandi (573 de l'hégire).

7-Ibn Abil Hadid El Mou'outajili (656) de l'hégire.

Des éclairages autour de ce discours :
Nous commencerons l'atmosphère de ce discours glorifié- qui a signalé la maladie de musulmans et qui les a donnés des médicaments- pour faire une recherche à ce qui attaque la réalité de leurs idéologies et leurs natures de jugement peut-être cela sera une exemplaire pour celui qui réfléchit et un souvenir pour ce qui ont des esprits saints et qui essayent souvent de savoir la réalité, nous disons :

L'histoire des religions montre souvent que Dieu envoie un prophète qui guide les hommes vers la voie droite jusqu'au moment où Dieu avec sagesse envoie un autre prophète qui appelle à ce qui appelait les prophètes avant lui.

C'est comme çà le convoi de la lumière marchait pendant des siècles anciens il modifiait les mensonges de son seigneur chacun de ses rayons a éclairé pour une nation dans un moment limité, jusqu'au moment l'obscu-rité et l'ignorance arrivent au point culminent, les gens ont adoré autres choses que Dieu, et ce sont prosternés pour chaque pierre et le dernier messager Abu Kassim Mohammed (s a w) est envoyé un prédicateur, guidé dans la bonne voie qui appelle vers voie droite pour sauver tout le monde.

(وَمَا أَرْسَلْنَا كَ إِلَّا رَحْمَةً لِلْعَالَمِينَ)

" Nous t'avons envoyé seulement comme une miséricorde pour le monde. " Sourate les prophètes verset 107.

Il n'y a aucun prophète ou un messager après lui

(رَسُولُ الَلهِ وَخَاتَمَ الَّنبِيِّينَ )

" Il est le prophète de Dieu et le seau des prophètes. " Les factions verset 40.

Aucune religion ne sera accordé sauf sa religion :

(وَمَن يَبْتَغِ غَيْرَ الِإسْلَامِ دِينًا فَلَنْ يُقْبَلَ مِنْهُ وهو في الآخرةِ مِنَ الخَاسِرِينَ )

" Le culte de celui qui cherche une religion en dehors de l'islam n'est pas accepté, ces hommes seront dans la vie dernière au nombre de ceux qui ont tout perdu". Sourate la famille d'imran verset 85.

Tout le monde sait que les musulmans de la part de cette religion, ils ont beaucoup de voies et des doctrines différentes, selon la traduction prophétique (la doctrine sauvée).[1]

C'est sûr les troupes- sauf la troupe exceptionnelle- n'exprime pas la réalité de la religion par l'impossibilité de prendre toutes ces troupes la réalité. Parce qu'ils contiennent des contradictions qu'on n'accorde pas dans la dernière religion divine.

La religion chaque fois qu'on met quelque chose étrangère dans sa réalité où on fait sortir quelque chose d'elle par des séductions aveugles, elle ne deviendra jamais une religion qui va accomplir les besoins de l'homme, ni interlocuteur de son esprit et l'élévation de ses pensées. Parce qu'en ce moment c'est la religion mélangée du saint et du faux qui est l'œuvre des gens d'hérétiques et des passions.

Si c'est la religion sainte qui n'est pas mélangée par des gens hérétiques et passions. Il n'y a aucun doute ni aucun soupçon qu'elle est la religion de la sainte famille du prophète de Dieu (s a w). Parce que c'est une œuvre du bon créateur et la communication de son prophète (s a w), et parce qu'il est l'endroit du secret de sa connaissance (s a w). La ressource de sa sagesse[2].

Il y a dans un proverbe: "Les gens de la maison comprennent mieux la maison qu'un autre".

Si nous revenons dans la religion de la sainte famille- qui est la religion sainte que Dieu a autorisé de suivre - nous trouverons que ses parties sont lieu un bandage hermétique qui comprend des chaînes de connaissances idéologiques, commencé par les principes fondamentaux de l'islam finissent la résurrection puis il y a aussi des adorations et des traitements qui sont pris à travers la révélation et la prophétie fixe accorder par des preuves.

L'ensemble des informations qui sont cités par un homme véridique est véridique si tu les suivs tu suiveras la réalité parce que l'imposition dit :

la réalité suit celui qui l'informe.

C'est pourquoi les sectes de la sainte famille s'imposent sur eux-mêmes de ne pas accepter une saine de connai-ssance à fin de l'analyser dans les dits et l'intelligibles. Leur méthode ceci est connu. C'est pourquoi ils étaient les plus intéressés par les musulmans qui composent des ouvrages idéologiques. Ils ont aussi dans la pratique des jugements légaux de l'islam de suivre un jurisconsulte le plus instruit même à supposer contentement sur les questions de droit islamique, en résumé juridique en détail si la preuve de jugement n'est pas trouvé en détail.

Ici, il est indispensable de mentionner que les partisans de la sainte famille du prophète (s a w) se sont les chiites intentiez ceux qui reconnaissent les douze imams imma-culés pas tous les musulmans, leurs conservations le patrimoine Ahlul Bait (a) signale ce point. Si ce n'était pas eux on allait pas retrouver ce patrimoine sauf un peu que ne suffise pas de suivre tous les repérages dans les idéologies et les jugements.

Il y a des dizaines de repérages qui témoignent et qui s'imposent de suivre la sainte famille du prophète (s a w) tous les musulmans les associent de rapporter ces narra-tions, nous ne pouvons pas détailler toute chose dans cette recherche s'il n'y avait aucune hadith sauf le hadith ?thaghalein? il allait soufis mais la lésinerie des âmes et leur Crédités toutes évidences ont pu oser sur le prophète (s a w) ils ont mal traité sa famille peu de temps avant et après sa mort, jusqu'au dernier moment de sa vie il était interdit d'affirmer son testament, ils l'ont odieux par les mots les plus épais jusqu'à ce que le prophète de Dieu (s a w) ait dit comme dans les ouvrages sounnites " Quittez-moi" ils ont bien compris l'objectif du prophète lorsqu'il a dit :(ائتوني بدواة) "Envoyer moi un encrier" en ce moment, comme ça la religion n'est pas resté longtemps, elle suit une autre voie ou bien comme l'écrivain chafa'ite (Abdel fattah Abdel Magsud) dit : Pour raconter les événements de la ?saghifa? préau affreux sa gravité suffit qu'elle ait transformé la direction de l'histoire de l'islam ou bien elle a peint son visage politique de ce qu'il ne devrait pas être ou bien par un visage de couleur de ce qu'on n'attendait pas[3] ".

Pourquoi pas, ils ont retiré de la religion ce qui était sa moelle, et fait rentrer ce qui n'était pas d'elle. Les gens suivent leurs pères jusqu'aujourd'hui, tu vois certains personnes appellent au nom de la religion mais par un autre objectif. Des éducations opposite et des jugements inéquitables, jusqu'à ce que le bien devient mauvais. On fasse des égoïsmes pour lui, parce que ceci correspond avec leurs passions et leurs convoitises. Le bon devient mauvais sans aucun avocat qui va le défendre ni un préservateur qui va le sauver la religion devient étrangère comme elle était. Parce que nous voyons des extrava-gances sur elle par son nom.

C'était comme çà grâce à ceux qui voudraient éloigner la réalité de ses gens pour diviser l'union religieuse, la division apparaît vite, le pouvoir finit et l'union s'en va.

Le plus bizarre de tout cela, si tu n'as pas montré les chercheurs de la réalité ou se trouve le défaut, certains parmi eux reviennent aux paroles de l'insensé en refusant : (C'est un rafidi méchant, il insulte les compagnons du prophète).

Il argumente plus vite ces périls sur la base d'un effort studieux le droit de fournir l'effort même si c'est interdire le prophète (s a w) d'écrire son testament.[4] Dont si la nation le suit elle ne sera jamais parmi les perdants.

Il a le droit de fournir d'effort d'éloigner son successeur la porte de sa connaissance[5], il a le droit aussi de mettre sa famille en fureur et menacer ceux qui se trouvent dans la maison par la brûler même s'il y a de dans celui dont Dieu craint par sa crainte et il satisfait sa satisfaction.

Il a au-dessus de violer son droit et fournir les efforts pour approcher l'expulsé, et expulser le proche. Puis alliance les ennemis de Dieu et son prophète (s a w), blaguer les limites imposées par Dieu à la liberté de l'homme et les interdire.

Frapper les témoins équitables et donner les aumônes (khoumsou) au proche du gouverneur au dehors du proche du prophète de Dieu (s a w) et, interdire les deux mariages du contrat[6]et enlever ?hayya alaa khayril amal? dans l'appel de la prière et l'incinération de la traduction prophétique et, l'interdire de les consigner[7]et la répudiation d'une femme sans passer par la traduction prophétique créer par l'égoïsme et l'allaitement d'un grand même s'il a une barbe assisté la guerre sainte à badri. Blaguer avec les prédestinés de la nation de donner les méchants tous les biens et les richesses après avoir chassés les serviteurs dignes et préparer la route pour l'arbre maudit. [8]

Barrer la route à ceux qui ordonnent le bien et interdire le mal, et les jeter à roubda.[9]

Aussi même il faut fournir un effort pour légiférer comme la prière de douha qui est crée après le prophète de Dieu en disant qu'elle excellante création ! ".

Depuis là le chercheur de la vérité doit connaître que l'imam Ali (a) a signalé dans son discours précédent tout ceci en disant que le début de la vanité dans l'histoire de l'islam c'est de suivre la passion ou on désobéi le livre de Dieu et la traduction de son prophète (s a w) pour se couvrir les supporters et les soutenants comme nous voyons ceci dans la réalité de musulmans jusqu'à ce qu'on dise qu'il recardait cela à partir d'une petite fenêtre ! .

Il n'y a aucun doute ceux qui marchent derrière la voie de la vanité n'ont pas prémédité, cela parce que une vanité ou un mensonge tant qu'il n'y a aucune réalité avec elle aucun intelligent ne la prend pas comme aussi toute chose falsifié dépravé faible entant qu'il n'est pas une monodie cours il ne devient point populaire dans le marché de ceux qui réfléchissent, la pure vanité ne tombe pas une réalité dans les esprits saints sauf s'il est accompagné par une réalité ou ses pareils, c'est comme çà aussi le pur mensonge ne sera pas accepté chez les intelligents sauf s'il est mélangé avec la réalité et à travers d'elle.

C'est depuis là l'imam Ali (a) a montré que si la vanité était pure aucun intelligent n'allait se tromper, si la raison non plus n'était pas mélangée avec la vanité, il n'y aura pas de discussion, il n'y aura aucune faveur pour le rythme de la séduction, tout le monde accepterait la raison.

Après avoir être pur et diffèrent de la séduction, sauf celui qui est égaré et arrogant dans la terre soulève sa tête avec l'obstination et fanfaronnade.

Comprends - cher lecteur- que l'imam Ali (a) le chef des croyants a signalé cette réalité ferme, et cette méthode incomparable. Ce que le bas monde est une maison broyé entre la lumière et l'obscurité et qui mélange la raison et la vanité et de prendre les paroles des amis de Dieu et les malfaiteurs.

Ceci est une réalité que beaucoup de musulmans vie combien tu vois qu'ils prennent une botte de la parole des amis de Dieu qui guident vers la voie droite, et ils ajoutent une autre parmi les paroles des trompeurs jusqu'à ce qu'ils se mélangent les deux bottes ils dirigent vers la voie de Satan et ses amis.

Quant à celui qui sait on ne rentre pas la maison sauf par la porte. Il prend le saint et rejette le malade, il n'y a aucun doute, il a le soin du bonheur il est loin des amis de Satan.

Aujourd'hui il y a de personnes qui appellent vers la voie droite, les gens de dévouements de connaître la raison que les doctrines qui donnent les délivrances juridiques islamiques aujourd'hui tout partir de ces deux mélanges de ces deux choses si tu les as examinés tu allais trouver qu'elles sont contre la sainte famille. Son défenseur de Satan s'il a pris la première botte c'est sûr lui appris d'autres bottes, puis on détourne les subordonnées d'avoir donner des renseignements à l'état de son dirigeant et sa réalité conformément a la volonté des politiques successives dans la formulation des théories politiques dans l'islam. Jusqu'à ce qu'aujourd'hui, les partisans soient près à cent pour cent de recevoir l'ignorance la pratique étonnante de suivre la passion et un courage complet pour réaliser les situations. Ces façons et d'être loin de la famille du prophète (s a w) en suivant les huilais et en aimant suivre ce que les parents et les vénérants étaient habitués.

Puis on doit connaître que l'interdiction de l'imam Ali dans ce discours n'était pas une plainte de lui de l'affaire de la religion a abouti dans son époque, alors qu'il voit la majeur parti dans ce monde abandonne la sainte famille qui est l'arche qui sauve, ils ont suivi la direction de ceux qui seront jetés dans l'enfer.

S'ils avaient accepté de suivre les navigateurs de ce l'arche ils allaient les montre la voie droite comme Oumar a dit cela s'ils étaient attachés par cela ils se pendraient le nœud solide dans leur religion comme Fakhrou Razi dit dans son interprétation du saint Coran : Mais ils ont abandonne le guide après la mort de l'avertisseur qu'ils n'ont jamais entendu la parole du prophète de Dieu (s a w) :

(اناالمنذر وعلي الهادي, بك يهتدي المهتدين)

"Je suis celui qui avertit, Ali est celui qui guide, tu es le guide car après moi les gens seront guidés par toi "[10] puis il dit aussi :

(اللهم ادرِ الحق معه حيث دار)

(O Dieu ! Tourne la raison avec lui partout où il est[11]).

Ils ont laissé la nuance entre le vrai et le faux tel point qu'il n'y a pas une ambiguïté entre les deux choses jamais, parce qu'elles sont claires chez lui comme le soleil est clair pendant la journée que l'obscurité dans une nuit noire obscure comme l'imam Ali dit :

(عزب رأي امرىء تخلف عني ما شككت في الحق مذ أُريته)

(Il est vide une idée d'un homme qui est reste en arrière de moi je n'ai jamais douté dans la raison depuis qu'on me l'a montré).

Oui... c'est une plainte sur ceux qui ont applaudît pour lui hier proche, et pour ceux qui sont derrière ceux la que imam Ali dit :

احتجوا بالشجرة وأضاعوا الثمرة

(Ils ont allégué l'arbre et égaré les fruits) ils l'ont détourné de lui et ils l'ont porté par leurs opinions, après que le monde est orné par leurs yeux il leurs guide sans plaisir ils ont connu sa poste de succession ce qui devient cause de créer des sédition de lors. Il a commencé par suivre des passions et des jugements crées avec ce qui a été inclus d'elles, dans ce monde et le monde à venir parmi les imaginations, les illusions et les créations des esprits jusqu'à ce qu'ils ont transformés les textes religieuses. Tu vois l'un parmi eux passe dans un verset coranique comme :

(وُجُوهٌ يَوْمَئِذٍ نَاضِرَةٌ إِلَى رَبِّهَا نَاظِرَةٌ )

" Ce jour là il y aura des visages brûlants qui tourneront leurs regards sur leur seigneur". Sourate la résurrection verset 22.

Il oublie la parole de Dieu

(لَا تُدِْركُهُ الَابْصَاَرُ)

" Les égarés des hommes ne l'atteignent pas " sourate les troupeaux.

En croyant les idées des hommes de Moise pour ce qui se trouve dans leurs patrimoines parmi les récits du faux comme il trouve dans leurs mensonges sur le prophète de Dieu (s a w) qu'il voit son seigneur qui a le visage d'un jeune sans barbe. Il devrait méditer la parole de Dieu : (مَاكَذَب اْلفؤَاد مَارَاَى)

" Le cœur n'a pas inventé ce qu'il a vu " sourate de l'étoile verset 1

Dans ce verset la vue est appuyée au cœur mais les esprits courts n'ont pas compris la réalité de la situation, il est parmi les indices qui analysent pas beaucoup la vue dans le verset précèdent qui est appuyé aux visages par ceux qui sont nuées par un autre verset comme aussi le verset et ce qui se trouve après lui en parle de deux catégories des gens le jour de la résurrection une catégorie est contenté elle attend la miséricordieux de Dieu ce sont les croyants. Une autre catégorie attend le châtiment de Dieu, se sont ceux qui méritent la misère. Tu ne vois pas la parole de Dieu après cela :

(وَوُجُوهٌ يَوْمَئِذ بَاسِرَة تَظُّنُ آَنْ يُفْعَلَ بِهَافَاقِرَةٌ)

(Ce jour là, il y aura des visages sombres qui penseront qu'un horrible châtiment les attend) Sourate la résurrection verset 24.

Cela veut dire qu'il sait un horrible châtiment les attend.

L'accouplement entre ces visages et les autres montrent que le lieu est un lieu d'attendre n'est pas un lieu de regard (de coup d'œil) c'est une spéctatif pour ceux qui ont eu la satisfaction par son miséricordieux et un spectatif pour ceux qui attendent l'indignation de Dieu.

Il y a parmi ces choses qui ont eu lieu a l'époque du maître des croyants (imam Ali (a) qu'un tartufe (zindigh) a demande l'imam Ali en disant : Je trouve que Dieu dit :

(Il y aura des visages brûlants qui tourneront leurs regards vers leur seigneur).

Il dit aussi :

لَاتُدْرِكُهُ الْأَبْصَارُ وَهُوَ يُدْرِكُ الْأَبْصَارَ.

(Les regards des hommes ne l'atteignent pas mais il scrute les regards).

L'imam lui répondu :

إن المؤمنين يؤمرون بدخول الجنة, فمن هذا المقام ينظرون إلى ربهم كيف يثيبهم, أي : النظر إلى ماوعدهم -عزوجلّ-فذلك قوله تعالى :( إلى ربها ناظرة) والناظرة : المنتظرة.

" Les croyants seront autorisés de rentrer dans le paradis, c'est dans ce lieu ils dirigeront vers leur seigneur regarder comment il va les récompenser, cela veut dire qu'ils regarderont. Il les a récompensé c'est pourquoi il dit : (ceux qui tourneront leurs regards vers leur seigneur) cela veut dire qu'ils ont dans une attente puis l'imam Ali dit : tu n'as pas entendu sa parole ?

فَنَاظِرَةٌ بِمَ يَرْجِعُ الْمُرْسَلونَ.

(Et je verrai ce que les émissaires rapporteront) sourate les fourmis verset 37.

Il veut dire qu'ils sont en expectative ceci est plus merveil raisonnement.

Combien je suis étonné des paroles d'Ibn Rousd dans son ouvrage, il dit : (il n'aura aucun prononce dans le droit religieux qui est contrevenant de ce que la preuve signifie, sauf s'il est destiné et vérifié toutes ses parties dans l'inoculation de droit de ce qui témoigne cette interpré-tation a l'extérieur où on côtoie de témoigner.)[12]

On peut savoir la réalité de la parole d'Ibn Rousd à travers de suivre les versets identiques pour interpréter la famille du prophète (s a w) qui montre de l'intérieur sur l'assimilation ou corpulent.

L'origine d'interpréter ces versets et de les retourner aux versets hermétiques comme la parole de Dieu
لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَيْءٌ. (Rien ne semble à Dieu).

Dans ce domaine khaldoune dit : (Les versets qui imaginent l'assimilation sont suivis par les hérétiques modernes ils ont pénétré en même temps ils sont tombés dans la matérialisation claire et la contradiction des versets exemplaires qui sont multiples et qui sont plus éclairés en raisonnement.

Malgré cela tu trouves des personnes qui sont fanatisées par ces mauvaises opinions fausses convections qui n'ont aucune réalité dans la religion ils sont toujours défendus par les partisans dans chaque siècle, parce qu'ils sont comme l'imam Ali les a déclarés :

همج رعاع, أتباع كل ناعق, يميلون مع كل ريح, لم يستضيئوا بنور العلم, ولم يلجؤوا إلى ركن وثيق

(Se sont des barbares racailles partisanes de chaque croassant. Ils se rangent avec tout vent, ils ne s'éclairent pas par la lumière de la connaissance et ils n'ont pas recouru un coin confiance).[13]

Pourquoi pas, ils n'ont pas pu différencier entre les paroles des amis de Dieu et les paroles des malfaiteurs ? Parce qu'ils sont éloignés de la famille de révélation et la source du message c'est pourquoi l'imam Ali (a) le maître des croyants dit dans son discours précèdent :

فهنالك استحوذ الشيطان على أوليائه.

" C'est là bas Satan possède sur ses partisans ".

Quant aux connaisseurs de Dieu - que sa grandeur soit exaltée- par sa réalité et ceux qui le suivent par la lumière de la prévoyance parmi les gens de l'islam. Ce sont les connaisseurs divins qui ont compris la réalité en même temps ils l'ont suivi, ils ne sont pas conflit avec ses gens chaque fois il y a une difficulté, ils reviennent à eux et, ils prennent d'eux après que la réalité et le faux se mélangent.

C'est eux qui sont les croyants en réalité et qui ont le bon soin.

Parce qu'ils sont toujours derrière le successeur du prophète (s a w) et qui est toujours avec le drapeau de la réalité celui qui l'avance renie sa religion celui qui le retarde perd derrière lui, celui qui reste avec lui rejoint.

Pourquoi pas la connaissance les a attaqués sur la réalité de prévoyance, ils ont suivi directement l'esprit de la certitude, ils s'alignèrent ce que les luxueux considèrent difficile, ils aiment ce que les ignorants détestent.

Ils ont accompagnés avec ce bas monde par les corps mais leurs esprits sont suspendus par l'autre monde.

________________________________________

[1] Il y a beaucoup de narrations qui racontent que la nation sera divisée en soixante treize troupes c'est une seule qui sera sauvé et d'autres dans l'enfer. Revois cette narration dans l'ouvrage de chatiby deuxième volume page 189

[2] Le prophète de Dieu (s a w) a dit Ahlul Bait sont comme l'arche de Noé, celui qui monte à bord sera sauvé, et celui qui reste en arrière seront jetés au feu, le (s a w) a dit aussi : "je laisse parmi vous le thaghalein deux choses précieuses le livre d'Allah et ma famille Ahlul Bait (A) si vous les tenez solidement, vous ne vous égarerez jamais…Le prophète de Dieu (s a w) a dit aussi : " les étoiles sont une sécurité pour les gens du ciel et ma famille est la sécurité pour les gens de la terre "

[3] Le préau et la succession édité par Abdel fattah page 30

[4] C'est une rappelation de la traduction prophétique encrier (a-dawat) précédente et l'interdiction du prophète de Dieu d'écrire son testament par Oumar ibn -khattab.

[5] Il indique la traduction prophétique (a- Dar) le prophète de Dieu dit : "Qui va m'aider dans cette situation pour qu'il soit mon successeur et mon ministre après moi" c'était l'imam Ali (a) voir l'histoire de Tabiriy volume 2 page 63- 64 !

[6] C'est le travail d'Oumar ibn al khattab c'est connu voir dans sa biographie dans l'histoire d'al khoulafa'a édité par souyouty

[7] Voir Sounanoul Bayhaghy volume 1 page 524.

[8] L'arbre maudit dans le Coran c'est la famille d 'Oumayya

[9] Voir sahihoul boukhary volume 1 page 524 la partie de la prière a- tarawih

[10] -Kanzoul Oummal volume11 page 620.

[11] -Tafsir El Kabir volume 1 page205.

[12] Voir fasloul maghal d´Ibn rousd page 33

[13] la voie de l'elogance ghasaal al hikan page 147

LA PREMIERE PARTIE
L'IMAMAT ET LA SUCCESSION ET LE PROBLEME DU TEXTE.
LA PREMIERE RECHERCHE LE PROBLEME DU TEXTE ET LA METHODE DU PROPHETIE.
LA DEUXIEME RECHERCHE: EST CONSACREE SUR LA FREQUENCE DU TEXTE SUR LES IMAMS (A).
LA TROISIEME RECHERCHE: LES AMBUGUITES ET LES POINTS DE CONTESTATION SUR LE PROBLEME DU TEXTE.
LA QUATRIEME RECHERCHE: LES RUES DU TOUS AVEC LEURS EMOTIONS DANS L'IMAMAT ET LA SUCCESSION.
LA PREMIERE RECHERCHE
LE PROBLEME DU PRETEXTE ET LA METHODE PROPHETIQUE DANS SA NOMINATION
Préface :
La confirmation du droit de l'imam Ali (a) dont le prophète Mohamed avait fait et préparé la nation et l'avait informé et la fait comprendre cela elle avait pris fin conformément une méthode subtile les narrations et les faits historiques s'entraidèrent de les raconter.

L'opération de la conformation du droit de l'imam Ali (a) suit deux lignes parallèles complémentaires, premiè-rement préparer l'imam Ali (a) à la succession de la nation et l'aménager pour la succession de l'imam Ali (a).

Deuxièmement : Préparer la nation pour l'accepter en même temps pendant que nous trouvons le prophète de Dieu le conducteur (s a w)contait sur l'imam Ali (a) par une prévenance particulière-selon un programme précis journalier et continue-nous trouvons qu'il s'occupait de préparer la mentalité de la nation musulmane de l'éduquer idéologiquement pour établir fermement la succession sur l'imam Ali(a) et sa capacité pour guider la nation musulmane après lui immédiatement l'intervention de la révélation dans beaucoup d'occasions qui marchaient dans cette direction. Il y avait beaucoup de versets qui descendaient et exaltèrent de l'imam Ali une fois, une autre fois elles montraient ses particularités il lui choisissait en deçà d'un autre jusqu'au moment où la situation est arrivée de compléter la notification du message sur l'infor-mation de sa succession et la déclarer pour la nation-comme tu verras-ce que nous essayons d'expliquer et l'observer c'est pourquoi nous diviserons la recherche en deux parties, dans la première partie la méthode prophétique de succession de l'imam Ali (a) et nous représenterons dans la deuxième partie le problème.

LA PREMIERE RECLAMATION
LA PREPARATION IDEOLOGIE ET EDUCATIVE POUR L'IMAM ALI (A) L'AFFIRMATION DE SON DROIT A LA SUCCESSION.
Nous pouvons dire certainement que le prophète (s a w) avait accompli l'opération de la préparation prophé-tique (éducative et idéologique) pour l'imam Ali (a) et prévus sur lui depuis qu'il a prononcé la révélation que Dieu le garde et lui accorde le salut ainsi que sa famille.

Il faisait les premiers pas pour la cause détendre l'objectif dans ce domaine c'est l'occupation de l'imam Ali (a) à la fonction du pouvoir (politique et sociale) après le prophète (s a w) immédiatement.

Les biographies des événements, et ce que les livres biographiques et historiques ont rapporté et ce que les narrateurs des hadiths nous a montré ce qui est passé dans deux étapes qui sont :

La première étape:
L'histoire de cette étape a commencé avant le lever du soleil de l'islam puis il rejoignit son début jusqu'au moment où elle éteint la deuxième étape l'arrime avec elle-même le prophète (s a w) le conducteur était chargé de l'imam Ali, depuis son enfance. Il lui a pris sous sa protection dans le désir de ne pas se séparer avec lui sauf s'il y a la nécessité ceci est parmi le plus clair de ce que sa biographie noblesse a raconté[1]cela nous suffit d'envoyer ce que l'imam Ali (a) même avait dit dans son discours.

وقد علمتم موضعي من رسول الله (ص) بالقرابة القريبة, والمنزلة الخصيصة, وضعني في حجره وأنا ولد, يضمني إلى صدره , ويكنفني في فراشه, ويمسّني جسده, ويشمّني عرفه , وكان يمضغ الشيء ثم يلقمنيه, وما وجد لي كذبة في قول, ولا خطلة في فعل... ولقد كنت أتبعه إتباع الفصيل أثر أمه, يرفع لي في كل يوم من أخلاقه علما, ويأمرني بالاقتداء به, ولقد كان يجاور في كل سنة بحراء فأراه ولايراه غيري. ولم يجمع بيت واحد يومئذ في الإسلام غير رسول الله (ص) وخديجة وأنا ثالثهما, أرى نور الوحي والرسالة وأشم ريح النبوة. ..)

" Vous connaissez ma place au prophète de Dieu (s a w) par la parenté proche mon rang particulier, il m'a mis à côté de lui lorsque j'étais enfant, il me serrait sur sa poitrine. Il m'enveloppait dans son lit, son cœur me touchait et je sentais bonne odeur, il croquait quelque chose puis me le donnait, il ne m'a jamais trouver mentir dans une parole ni une erreur dans un fait, je le suivais comme un petit chameau serré derrière sa mère, chaques jours il me montrait son éducation une petite connaissance, en suite il m'autorisait de suivre son chemin chaque année, il allait a la grotte de "Hira´a" en ce jour il y avait aucune maison qui était convertit dans l'islam sauf le prophète de Dieu (s a w) et khadidia j'étais leur troisième je sentais la lumière de la révélation et le message et je sentais l'odeur de la prophétie "[2]…

Nous pouvons connaître à travers ce récit dont l'imam vient de citer l'objectif du prophète de Dieu (s a w).

LA PROTECTION PROPHETIQUE PARTICULIERE POUR L'IMAM ALI (A).
Cette éducation particulière pour l'imam Ali (a) et protection prééminente et vouloir que l'imam Ali(a) s'approche de la lumière de la révélation, pour qu'il soit le troisième dans la maison du prophète le conducteur où la révélation est descendue, c'est pourquoi l'imam Ali (a) apprend dans cette place sainte les premières leçons et les directives prophétiques directes et cela s'enversent sur la constitution réflective et dogmatique (idéologique) il ne s'est jamais pour un idolâtre[3]son esprit n'est jamais mélangé avec le polythéisme sur son comportement (pas un mensonge dans une parole ni un bavardage dans un fait).

Ceci découvre une préparation pédagogique particulière sans aucun doute en même temps nous croyons sur et certain que l'imam Ali et ses descendants sont infaillibles selon le verset de la purification et la traduction prophétique "a-thagheine " (les deux choses lourdes).

Ce qu'il faut faire attention à ce propos que l'occupation du prophète de Dieu (s a w) pour l'imam Ali (a) par la protection et soin particulier il n'a pas limité sur le temps de l'enfance et juvinit n'est pas rareté dans un moment précis parce que nous trouvons que le prophète (s a w) tenait pour que l'imam Ali (a) soit au près de lui toujours ils ne se séparaient pas jours et nuit comme ils ont rapporté après l'imam Ali (a) (j'avais deux rentrées avec le prophète de Dieu, une rentrée par la nuit et une autre par la journée).

Plutôt nous trouvons que le prophète de Dieu (s a w) ne se séparait pas avec l'imam Ali (a) il ne le laissait pas sauf s'il y a une nécessité qui à la relation de protéger la vie du prophète de Dieu même ou bien de protéger l'appel islamique et le défendre de dangers probables.

Nous citons sur chaque côté un exemplaire pour l'affirmer,

Le premier côté : Ce qui concerne de protéger la vie du prophète(s a w) lorsque le prophète de Dieu dit: (de laisser imam Ali pour se coucher dans son lit le jour de son hégire[4]à Médina illusionner les gouraichites qui lui attendaient et pour sauver l'âme du prophète de Dieu (s a w) de ce complot le Coran est descendu apports de cet événement :

وَمِنَ النَّاسِ مَنْ يَشْرِي نَفْسَهُ اْبْتِغَاءَ مَرْضَاتِ الّلهِ.

" Il est un parmi les hommes, qui s'est vendu lui-même pour plaire à Dieu. Dieu est bon en vers ses serviteurs." Sourate la vache verset 207.

Le deuxième côté : C'est ce qui concerne de garder le message et sa protection; lorsque le prophète a voulu aller a un de ses envahisseurs il est dit que s'était "Tabouk" il laissa l'imam Ali un remplaçant à la Médina Abdoulleye bun Nabtal était un frère de la famille d´Amrou bun Awf, Rifa'ata était un frère de la famille ghainagha´a. Ils étaient tous parmi les cadres Dieu - que sa grandeur soit exaltée - à fait descendre.

C'est ici que les hypocrites ont compris la présence de l'imam Ali (a) ? la Médina cela ne les permettra pas de faire ce qu'ils voudraient faire, Tabari a raconté en fin du conte, les hypocrites font trembler Ali Ibn Abu Talib (a) ils dirent : Qu'il lui a laissé ici en voyant son l'incapacité et cela la pitié lorsque les hypocrites ont prononcé cette parole, Ali prend son sabre et rejoigne le prophète (s a w) à toufa -c'est un lieu un peu loin de la Médina - puis dit : ô Prophète de Dieu ! Les hypocrites ont dit : Que tu m'as laissé parce que tu vois mon incapacité et as fait faveurs pour moi ! Le prophète de Dieu (s a w) lui répondra: qu'ils ont menti mais je t'ai laissé pour ce qui est derrière moi tu ne seras pas content que tu sois ? O Ali tu es de moi à la place de Haroun de Moise mais il n'y a aucun prophète après moi ".

Ali se retourna à la Médina, le prophète de Dieu continua son voyage Boukhari et Mouslim ont rapporté que cette traduction prophétique se trouve dans la traduction prophétique d'après Saidou bun El wagghas, il dit: (le prophète de Dieu a laissé Ali (a) parmi ses envahisseurs dans la médina, Ali dit : ô prophète de Dieu ! Tu m'as laissé avec les femmes et les enfants. Le prophète de Dieu lui répondit : Tu ne veux pas être de moi à la place de Haroun de Moise sauf lui y a aucun prophète après moi.[5]

Il en parmi les choses qui attirent le regard et que le prophète (s a w) montrait son soupir et ses appréhensions lorsque l'imam Ali sera absent, il constatait de le voir et de chercher d'avoir son information. Ils ont rapporté après Oummou Attiya, cité par Ibn kathir qu'elle a dit : j'ai entendu le prophète des hypocrites ils était parmi ceux qui dirigeaient contre l'islam et parce qu'Abdoullaye bun Saloul était la tête des hypocrites il était opposé dans la Médina le cas échéant était de laisser imam Ali (a) pour défendre toute évolution non attendu qui inquiète le gouvernement du prophète (s a w) le conducteur dans la Médina Tabari a rapporté que (lorsque le prophète de Dieu est allé à tabouk Ibn Oubbay se laissa devancer avec ceux qui étaient parmi lui des hypocrites et les gens de soupçons - Abdoullaye bun Oubbay Bun Saloul était un frère Bany Awf Bun khazradj ses partisans. Tabary a dit: Hamid nous raconté que Salamata nous a raconté après Ibn Ishagh parés Amrou bun Oubbay de Hassan el basry que (s a w) dit : ô mon Dieu ! Ne me prends pas jusqu'à ce que tu me montre Ali".[6]

Des fois la situation arrivait au prophète de Dieu quand on lui apporte la nourriture il ne supportait de la manger seul il n'en reste pas la, d'invoquer Dieu pour que l'imam Ali l'associe de ce manger, il la mettait un lieu de la place de l'imam Ali (a) et son poste, ils ont rapporté d'après Anass Bun Malik qu'il dit : Le prophète avait un oiseau dans certains, un oiseau grisé le prophète dit : ô Dieu ! Envoie-moi une personne la plus aimé de ta créature chez toi qui va manger cet oiseau avec moi Ali est venu manger avec lui.[7]

Il y a parmi ce qui attirent le regard ce que certains narrations apportent qu'il avait une tentative qui était passé pour éloigner l'imam Ali (a) lorsqu'il était venu dans la maison du prophète de Dieu (s a w) après son appel cela elle n'a pas réussi par l'intervention du prophète (s a w) lui-même sur ce que Ibn kathir a rapporté.[8])

Ce que nous pouvons bénéficier dans cette narration- comme il est semblable- établit fermement et affirmé ce que l'imam Ali (a) est le plus aimé de la créature chez Dieu après lui (s a w). Tout cela montre que l'éducation prophétique fourni pour l'imam Ali (a) montrait la préparation de le s'apprêter pour le service de guider la nation non seulement pour qu'il soit un des ses pliés et ses hommes concédés puis que nous avons trouvé que le prophète (s a w) s'occupait un nombre de ses compagnons sous son auspice mais c'était le même niveau qu'il suivait avec l'imam Ali (a) ce qui démontre que la responsabilité de l'imam Ali (a) était plus grand que la responsabilité des autres.

La deuxième période :
Cette période commence de jeter un coup d'œil sur la lumière prophétique et sa porte élevée de la part du prophète de Dieu (s a w). Il choisit l'imam Ali entre les nombres de sa famille tous ses compagnons il a consacré son attention par les sciences de la religion, tout cela est un surplus sur les attitudes définitives dans l'histoire du messager et le message qui atteste sa présentation celui qui revoit les ouvrages (des hadiths) la traduction prophétique et les biographies et les histoires il va trouver beaucoup.

Nous citons de ces exemples pour courborer le titre, le prophète de Dieu lui-même était chargé par des autori-sations divines la fonction de la né une langue questio-nnante préparation idéologique et scientifique pour l'imam Ali (a) et lui fournit la connaissance coranique exhaustive, et par des principes et de ses sources et, par le maxime et ses politesses et tous les jugements de la religion islamique, ils ont rapporté après l'imam Ali (a) quelque chose qui supporte ceci il dit :

علّمني رسول الله ألف باب من العلم, يفتح لي من كل باب ألف باب.

" Le prophète de Dieu m'a enseigné mille portes de la connaissance on m'ouvrira de chaque porte mille porte ".[9]

L'imam Ali (a) prenait des fois les connaissances et les sciences et les jugements du prophète de Dieu (s a w) une autre fois c'est le prophète même qui lui donnait cela, l'imam Ali dit :

كنت إذاسألت النبي (ص) أعطاني,وإذاسكت إبتدأني.

" Je demandais le prophète de Dieu (s a w) il me donnait et si je me taisais, me redonnait du nouveau ".[10] puis il a dit une autre fois. " Dieu m'a donné une langue questionneuse et un cœur intelligent. "[11] Dans une longue traduction l'Imam Ali (a) dit :

ما نزلت على رسول الله (ص) آية من القرآن إلاّ أقرانيها وأملاها علي فكتبتها بخطي, وعلمني تأويلها وتفسيرها, وناسخها ومنسوخها,ومحكمها ومتشابهها, وخاصها وعامها ودعا الله أن يعطيني فهمها وحفظها فما نسيت آية من كتاب الله تعالى ولا عِلما أملاه عليّ

وكتبته منذ دعا الله لي بمادعا , وماترك رسول الله علما علمه الله من حلال ولاحرام, ولا أمر ولانهي كان أويكون ... إلا علمنيه وحفظته, ولم أنس حرفا واحدا منه.

"Aucun verset coranique n'est descendu sur le prophète de Dieu (s a w) sauf qu'il me l'apprend et me la dicte et je l'écris par mon écriture il m'enseigna sa définition et le contenu, et les versets annulants et annulés, les versets clairs et figuratifs, les particuliers et les communs. Il invoqua Dieu pour qu'il me donne ses connaissances et je les ai appris, je n'ai pas oublié un verset du livre de Dieu ni une connaissance qu'il m'a dicté sur moi, le prophète de Dieu n'a pas laissé une connaissance que Dieu lui a enseigné de licite et illicite ni un ordre ou un interdit qui est déjà lieu et ce qu'il aura lieu sauf lui me l'a enseigné puis je l'ai gardé Avec mon cœur je n'ai jamais oublié aucune lettre ".[12]

Nous avons parlé que le prophète (s a w) a confié à Ali (a) soixante-dix promesses qu'il n'a jamais confiés à un autre[13] ".

Pratiquement l'imam Ali (a) était la source de compagnons tout ce qui les menaçait parmi les problèmes scientifiques et directives et juridiques il est provoqué qu'Oumar Ibn Al khattab dit "si ce n'était pas Ali oumr aurai péri[14] " il disait aussi "Que Dieu me sauve d'un problème qui n'est pour le père de Hassan[15] ".

Il dit aussi le plus équitable de nous en justice c'est Ali Ibn Abu Talib[16] (a) la justice ici c'est de connaître tous les jugements de la religion c'est comme çà les autres parmi les grands compagnons du prophète ils revenaient souvent de lui dans les différentes cas difficiles jusqu'à ce que Hafiz Nouri dit : Les questions des grands compagnons de revenir dans leurs délivrances juridiques et ses paroles dans beaucoup de cas et des problèmes sont connus.

________________________________________

[1] voir la biographie d´ibn hissam

[2] la voie de l´éloguance vocaliser par docteur soubh Salih page 300/301discours 192

[3] Managib amiral mouminine volume 2 page 540/1045

[4] voir la biographie d´ibn hissam

[5] voir sounan Tirmizi volume 5 page 537

[6] Atazmi´ilil oussoul volume dans la traduction prophetique

[7] Atajoul jami´i lil oussoul volume 3 page 336

[8] Bidaya et nihaya volume 7 page 354

[9] El Irchad de Seikh Toussy.

[10] Al irsad seikh moufid

[11] kamal din volume 1page 2837porte24 et biharoul anwar para Majlissi

[12] kamal din volume 1 page 92 - 99

[13] Hilatoul mouttaginvolume 1page 68

[14] Ibn khatib bidaya et nihaya volume 7 page et l'histoire del khoulafa souyouty page 171

[15] Ibn khatib Bidaya et nihaya volume 7 page 373 et Ibn hajar saza'igh el mouhrigha page 127

[16] Ibn sa'ad tabaghatoul koubra volume 3 page 339


1
LA DEUXIEME RECLAMATION DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE LA DEUXIEME RECLAMATION
LA PREPARATION DE LA NATION ET AMENAGEMENT DU TERRAIN POUR QUE L'IMAM ALI RECOIT ET L'AFFIRMATION DU PRETEXTE POUR LUI
La préparation de la nation et l'éducation pour accepter et recevoir la succession pour l'imam Ali (a) et guider la nation musulmane après le prophète (s a w) a commencé depuis un bon moment le verset d'avertissement témoigne cela, tandis que tous les traducteurs du saint Coran sont d'accord que le prophète de Dieu (s a w) a été ordonné dans la troisième année de sa révélation d'annoncer son appel publiquement c'est la parole de Dieu :

(َفاصْدَعْ بِمَا تؤْمَر وَاَعْرِضْ عَنِ الْمْشِركِينَ)

" Proclame ce que t'es ordonné et détourne-toi du polythéiste ".

Parce que le faisait mystère sur son appel et dans sa situation il craignait et prélinulait par quelques protections il a commencé d'avertir sa tribu et ses proches c'est un verset coranique :

(وَاَنْذِرْ عَشِيرَتَكَ الْا قْرَبَين)

"Avertis les partisans les plus proches. " Sourate les poètes verset 214.

Dans une information pure de Abdoullaye Ibn Abass que l'imam Ali (a) dit :

(لما نزلت هذه الا ية على رسول الله (ص) وانذر عشيرتك الاقربين ) دعاني رسول الله (ص) فقال لي: يا علي ان الله امرني ان انذر عشيرتي الا قربين فضقت بذلك ذرعا, وعرفت أنّي متى اباديهم بهذا الامر ارى منهم ما اكره, فصمت عليه حتى جاءني جبريل, فقال يا محمد إلاتفعل ماتؤمر يعذبك ربك فاصنع لنا صاعا من طعام واجعل عليه رجل شاة واملا لنا عسا من لبن ثم اجمع لي بني عبد المطلب حتى أكلمهم وأبلغهم ما امرت به ففعلت ماامرني به ثم دعوتهم له وهم يومئذ اربعون رجلا يزيدون رجلا أو ينقصونه فيهم اعمامه ابو طالب والحمزة والعباس.

"Lorsque ce verset coranique est descendu sur le prophète (s a w) "avertis tes partisans les plus proches" le prophète de Dieu m'appela et dit : ô Ali ! Dieu m'a ordonné d'avertir mes partisans les plus proches. Je me lasse de cela, j'ai compris quand je veux les exterminer de cette situation je verrai de la part d'eux quelques choses qui ne le plaisent pas. J'ai gardé le silence jusqu'à ce que le saint Gabriel m'est venu et me dit : O Mohammed ! si tu ne fais pas ce que ton seigneur t'a autorisé, tu vas te punir, prépare pour nous une quantité de grains de nourriture met sur elle une pied de bétail, remplis pour nous une corbeille du lait puis appelle-moi la famille d'Abdel mouttalib pour que je leur parle et que je les informe ce que je suis autorisé puis j'ai fais sa demande je les appelais en ce jours ils étaient quaratante hommes ou quarante une ou trente neuf il était parmi eux ses oncles Abu Talib Hamza, Abbass et Abdoullah ".

Tabary rapporte en disant que le prophète de Dieu dit :

(يا بني إنّي والله عبد المطلب ما اعلم شابا في العرب جاء قومه بافضل ما جئتكم به إني جئتكم بخير الدنيا والاخرة وقد امرني الله تعالى إن أدعوكم إليه, فايكم يؤازرني على هذ الأمرعلى ين يكون أخي ووصيي وخليفتي فيكم ).

" O la famille d'Abdel mouttalib ! Je jure par Dieu je ne sais aucun jeune dans le monde arabe qui a envoyé ses gens le plus meilleur de ce que j'ai envoyé pour vous qui d'entre vous qui va m'aider dans cette situation pour qu'il soit mon régent et mon successeur il dit :

فاحجم القوم عنها جميعا, فقلت إني لاحدثهم سنا وارمصهم عينا ...أنا يا نبي الله أكون وزيرك عليه, فاخذ برقبتي ثم قال (ص): إن هذا أخي ووصيي وخليفتي فيكم فاسمعوا له وأطيعوا قال: اي الامام علي فقام القوم يضحكون ويقولون لابي طالب قد أمرك أن تسمع لابنك وتطيع ...)

"Tout le monde cessèrent la situation, j'ai dis moi qu'il me faut le parler…moi le prophète de Dieu je serais ton ministre dans la situation, puis il prit mon coud et dit : Celui ci est mon régent et mon successeur d'entre vous écoutez-le et obéissez -le. Il dit les gens se levèrent en souriant, puis ils disent à Abu Talib, il t'a autorisé d'écouter ton fils et de l'obéir ".[1]

A Partir de cette narration nous pouvons connaître que la première pratique de la préparation de la nation pour accepter l'imam Ali un régent et successeur c'était dans un milieu particulier les partisans plus proches du prophète de Dieu (s a w) cela était vis à vis avec la proclamation de son message et l'annonce de sa prophétie et sa commission - que Dieu le garde en bonne santé ainsi que sa famille, puis il suivit une autre méthode pour prépare la nation d'accepter la succession pour l'imam Ali (a) le jour que le petit frère du prophète de Dieu a vendu son âme pour défendre le messager avec toute possibilité qu'il avait ensuite il combattait dans la semaine par son cœur et sa langue et ses mains sont incarnés dans des versets coraniques. Qui Ont cité la faveur de l'imam Ali (a) est construit par ses mérites pour accomplir le but coranique même qui a débuté par le verset de l'avertissement (al Invar) ! Souyouty a rapporté d'Ibn Asakir (le Coran n'est descendu dans le cas de personne comme il est descendu dans le cas d'Ali).[2] Ibn Assakir aussi a rapporté d'Ibn Abass " Il y a trois cents versets coraniques qui sont descendu dans le cas d'Ali ".[3]

Nous citons ici certains versets qui sont racontés qui ne sont pas seuls descendues dans le cas de l'imam Ali (a) elles rentrent dans cette recherche cela veut dire qu'elles montrent la réalité de préparer la nation et l'éduquer dans cette tendance.

Dieu a dit dans le saint Coran :

(إَّن الِذينَ آمَنُوا َوعَمِلُوْا الَّصاِلحَاتِ سَيَجْعَلُ لَهُمُ الَّرحْمنُ ُودًّا)

"Oui le miséricordieux accordera son amour à ceux qui auront cru et auront accompli des bonnes œuvres".

Il y a beaucoup de narrations qui ont raconté que ce verset est descendu dans le cas de l'imam Ali (a) parce que qu'il n'y a aucun musulman sauf l'amour d'Ali se trouve dans son cœur.[4]

Ils ont raconté après Barra'a Bun Azib que le prophète de Dieu (s a w) a dit :

(ياعلي قل اللهم اجعل لي عندك عهدا واجعل لي في صدور المؤمنين مّودة).

"ô Ali ! dis: ô mon seigneur ! Fais-moi une promesse chez toi, fais-moi dans les folies des musulmans un amour".

Dieu fait descendre :

( إن الذِينَ آمَنُوا ...)

Il dit qu'il est descendu dans le cas d'Ali

b-

(هَذَانِ خَصْمَانِ اخْتَصَمُوافِي رَبِّهِمْ )

"Voici deux adversaires qui se disputent au sujet de leur seigneur". Sourate le pèlerinage verset 19.

Ils ont raconté que l'imam Ali dit : "je serai le premier qui va s'agenouiller devant le miséricordieux pour litige le jour de la résurrection".

Qays a dit que ce verset coranique

(هَذَانِ خَصْمَانِ اِخْتَصَمُواْ فِي رَّبِهِمْ.....)

Est descendu dans le cas de ceux là (Se sont eux qui ont combattu le jour de Badri Ali et Hamza et Oubayda, et Saybata bun Rabi'a).[5]

(وَرَدَّ الَلهُ الذِينَ كَفَرُوْا بِغَيْظِهِمْ لَمْ يَناَلُوا خَيْرًا وَكَفَى الَلهُ الْمُؤْمِنِينَ الْقِتَالَ).

" Dieu a envoyé les incrédules avec leurs rages ; ils n'acquerront jamais aucun bien Dieu a épargné aux croyants les combats".

Il y a beaucoup de narrateurs qui ont raconté qu'Abdoullaye bun Mas'ud récitait le verset comme çà (Dieu a épargné les croyants du combat) par Ali Ibn Abu talib.[6]

d- (ياَ اَيُّهَا الذِّينَ ءَامَنوُا اتّقُوا الَلهَ وَكُونوُا مَعَ الصَّادِقِينَ )

"O vous qui croyez ! Craignez Dieu et restez avec ceux qui sont sincères".

Il y a beaucoup de narrateurs de hadiths qui ont raconté après Ibn Abass qu'il a dit : le verset est descendu particulièrement pour Ali [7](a).

e-

(وَالذِينَ يُؤْزُونَ الْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ بِغَْيِرمَااكْتَسَبُوا فَقَدِاحْتَمَلُوا بهْتَانًا وَاِثْمًا مُبِينًا)

"Ceux qui offensent injustement les croyants et les croyantes se chargent d'une infamie et un péché notoire ". Sourate les factions verset 58.

Il est beaucoup mentionné que ce verset est descendu dans le cas d'Ali, puisque certains parmi les hypocrites lui nuisaient et mentaient sur lui.[8]

Ceci affirme que les versets précédents élucidaient la place de l'imam Ali (a) et la grandeur de sa personnalité et son grand rôle dans la vie du message et le messager, les croyants doivent garder ces réalités et les obéir c'est ce qui est venu dans la traduction prophétique pour affirmer ces sens.

Le compagnon Sa'ad Bun Abu wagghas a raconté que Ma'awiya m'a autorisé d'insulter Aba Tourab "imam Ali (a) j'ai dit quant à moi je me rappelle trois choses dont le prophète de Dieu l'avait dit, je ne l'insulterai jamais pour avoir l'une parmi ces trois choses la mort est préférable pour moi. Le prophète de Dieu lui a donné la succession dans certains de ses envahissants.

(يارسول الله خلفتني مع النساء والصبيان).

" ô prophète de Dieu ! Tu m'as laissé avec les femmes et les enfants ".

j'ai entendu le prophète de Dieu dit :

(أما ترضى إن تكون مني بمنزلة هارون من موسى إلا إنه لانبي بعدي)

"Est-ce que tu ne seras pas content d'être au près de moi comme Haroun à la place de moise, sauf lui n'y a aucune prophétie après moi ".[9]

J'ai l'entendu parler le jour de khaibar, il dit :

(لاعطين الراية رجلا يحب الله ورسوله ويحبه الله ورسوله).

"Qu'il me faut donner le drapeau à un homme qu'aime Dieu et son prophète et qui Dieu et son prophète l'aiment ! "

Il dit : tout le monde a eu l'audace il dit : ?دعوا لي عليا "Appelez-moi Ali" Il a été envoyé malade (le prophète de Dieu essuya ses eux avec sa noble salive).

Puis il le donna le drapeau, Dieu lui a fais cause de conquérir.

Lorsque ce verset coranique est descendu.

"Si quelqu'un te contredit après ce que tu as reçu en fait de science, dit- venez ! Appelons nos fils et vos fils, nos femmes et vos femmes, nous même et vous-mêmes nous faisons alors une excrétion en appelant une malédiction sur les menteurs ".

Le prophète de Dieu appela Ali et Fatima Alhassane et Alhoussein et dit : ô mon Dieu ! ceux-là sont ma famille, rapporté par Tirmizi[10]et Mouslim[11] cette narration rapportée par Sa'ad affirme ce qui suit :

a-Le verset cité dans la narration dans le cas de l'imam Ali (a) et Fatima et leurs fils Alhassan et Al housseine(a) b-Il affirme que ce sont eux la famille du prophète de Dieu ni les autres, en suite nous comprenons que se sont eux qui sont visés dans le verset de la purification qui suit :

(?ِنَّمَا يُرِيدُ الَلهُ لِيُذْهِبَ عَنكُمُ الرِّجْسَ ?َهْلَ الْبَيْتِ وَيُطَهَّرَكُمْ تَطْهِيراً)

"O ! Vous gens de la maison, Dieu veut seulement éloigner de vous la souillure et vous purifier totalement. " Sourate les factions verset 33.

Ce verset nous a montré l'honnêteté de l'imam Ali(a) sa confiance, sa noblesse et sa purification et aussi son infaillibilité.

C'est depuis là que son mérite commence pour qu'il s'occupe la place de la succession et guider la nation Raghiboul Esfahani dit : Tout le monde ne sera pas bon pour la succession de Dieu, elle ne sera pas entière pour ses serviteurs et revivre sa terre, sauf celui qui a une âme immaculée que sa souillure et son impureté sont déjà enlevées l'âme a la souillure comme le corps aussi a une impureté, mais l'impureté du corps peut être découvrit par les yeux tandis que la souillure ne sera découvrit que par la prévoyance la succession ne sera pas bonne sauf pour celui qui a une âme immaculée.

C'est parce que la succession de Dieu-que sa grandeur soit exaltée-sur la possibilité humaine, celui qui n'est pas immaculé dans sa parole et son travail.

Il nous montre de cela que le saint Coran après qu'il a exalté la vertu de l'imam Ali (a) sa faveur il l'a mit à la place de l'unanimité absolu (purification) puis il lui envoya à une place plus élevée et plus importante puisqu'il a fait l'imam Ali (a) comme l'âme du prophète Mohammed (s a w) comme le verset al moubahala a montré cela pour le fonder, le prophète de Dieu a affirmé plusieurs fois en disant :

علي مّني وأنا من علي " Ali est de moi et je suis d'Ali.[12]"

Lorsque certains personnes ont voulu se pleine de l'imam Ali (a) en souhaitant la perturbation sur sa place et son degré, le prophète de Dieu dit : (ماتريدون من علي ؟ )

"Qu'est ce que vous voulez d'Ali ? ".

Il le répliqua trois fois et dit : (إن عليا مني وأنامنه ) " Comprenez qu'Ali est de moi et je suis d'Ali.[13] "

C'est pour ne pas laisser un doute devant les sceptiques par ce degré très élevé Dieu -que sa grandeur soit exaltée - a fais descendre à propos de l'imam Ali (a), et pour affirmer sa succession après le prophète de Dieu (s a w), dans tout ce qui concerne les musulmans c'est pourquoi ce verset coranique est descendu :

?ِنَمَاوَلِيُكُمُ الَلهُ وَرَسُولهُ وَالذِينَ آمَنُوا الذِينَ يُقيِمُونَ الصَّلاةَ وَيُؤْتُونَ الزَّكَاةَ وَهُمْ رَاكِعُونَ.

" Non,Vous n'avez pas de maître en dehors de Dieu et son prophète et de ceux croient ceux qui s'acquittent de la prière, ceux qui font l'aumône tout en s'enclinant humble. " Sourate al ma'ida verset 55.

Zamakhsari a rapporté que ce verset est descendu à propos de l'imam Ali (a) lorsqu'un captif lui demanda au temps qu'il était agenouillé dans sa prière, il lui donna sa bague. Ce pour éviter toute confusion et supprimer toute transformation dans ce sens visé de(wali) et le déterminé comme il se trouve dans ce cas le prophète de Dieu (s a w) a déclaré mainte fois en disant :

(وهو ولي كل مؤمن بعدي)

" sachez qu'Ali est de moi, moi je suis de lui, il est le tuteur (wali) de tout croyant après moi ".[14] Pour son rôle important en proposition du message islamique et le prophète de Dieu (s a w).

(علي مني وانا من علي ولايؤدي عنّي إلا أنا أو علي).

" Ali est de moi et moi je suis d'Ali personne ne peut à ma place-en tant qu'il est prophète-sauf moi ou Ali (a)[15]".

Puis cette narration a été affirmée pratiquement et publiquement dans l'histoire de sourate (bara'a) tel que l'imam Ahmad bun Hambal a rapporté cette narration dans son ouvrage à travers Abu bakri qu'il dit : (que le prophète lui commissionna avec sourate bara'a il partit trois fois, puis il dit à Ali : Rejoignez-le ! Ali retourna Abu Bakri puis l'annonça lui-même, lorsque Abu Bakri est retourné chez le prophète de Dieu il demanda est ce qu'il y a une chose du nouveau de ma part ! le prophète de Dieu dit :

(ماوجدت فيك إلاخيرا, لكنني أمرت ان لايبلغ إلاأنا اورجل مني).

"Je ne t'ai pas trouvé sauf bon, mais je suis autorisé de ne pas l'annoncer sauf moi ou une personne de moi ".[16]

Kachaf aussi a rapporté que lorsque Abu bakri était dans la route -d'annoncer la sourate bara'a - le saint Gabriel est descendu et dit :

(يامحمد لايبلغن رسالتك إلارجل منك, فارسل عليا).

"O Mohammed ! Aucune personnalité ne doit annoncer ton message sauf un garçon de toi, commis-sionne- Ali[17]".

finalement le Coran a déterminé l'option vitale et importante cela veut dire l'opération idéologique et éduca-tive dans les derniers versets qui étaient descendus dans le verset de la notification (la succession) puis dans le verset de l'assimilation de la religion, après la tradition renommé d'El khadir comme les narrateurs des hadiths ont rapporté cela avec un peu de différences elle est terminée comme se suit :

Lorsque le prophète de Dieu (s a w) est revenu de son dernier pèlerinage (alwida'a) ce verset coranique est descendu :

(يَا َايُّهَاالرَّسُولَ بَلِّغْ مَاُاُنزِلَ ?ِلَيْكَ مِن رَبِّكَ وَاِنْ لَمْ تَفْعَلْ فَمَابَلَّغْتَ رِسَالَتَهُ وَالَلهُ يَعْصِمُكَ مِنَ النَّاسِ.)

"O prophète de Dieu! Faites - connaître de ce qui t'a t'avait été envoyé par ton seigneur si tu ne le fais pas tu n'auras pas fait connaître son message Dieu te protestera contre les hommes Dieu ne dirige pas un peuple incrédule".

Sourate ma'ida verset 6.

Il se reposa à un lieu appelé khadir khoum, il réunit les gens en pleine journée, l'atmosphère était très chaude il fit son sermon en disant :

(كاني قددعيت فاجبت وإني تركت فيكم الثقلين أحدهما أكبرمن الاخركتاب الله وعترتي وفي رواية مسلم وأهل بيتي فانظروا كيف تخلفوني فيهما, فانهما لن يفترقا حتى يردا علي الحوض) ثم قال: (إن الله مولاى وأنا مولى كل مؤمن) ثم أخذ بيد علي فقال: من كنت مولاه فهذا وليه - فهذا مولاه- اللهم وال من والاه, وعاد من عاداه ,واخذل من خذله وانصر من نصره وادرالحق معه حيثما دار ).

"J'ai été convoqué par (Allah) et le temps m'est venu pour moi d'y répondre (mourir) je laisse pour vous deux choses précieuses l'une est plus grand que l'autre, le livre d'Allah et ma progéniture-dans la narration de Mouslim-regardez comment me succédez-vous dans les deux choses, qu'ils ne seront jamais séparés avant de me rejoindre à loisir (au paradis) puis il dit : Dieu est mon maître (mawla) moi je suis le maître de tout croyant)

en suite il prit la main d'Ali et quiconque je suis son maître (mawla) celui-ci est son tuteur et son maître (mawla) ô mon Dieu aime celui qui l'aime haï celui qui l'abandonne, aide celui qui l'aide[18] tourne la raison avec lui partout où il se trouve.[19]"

Ce grand fait a laissé une postérité, la révélation une autre fois est descendues :

الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الْاسْلَامَ دِيناً.

"Aujourd'hui j'ai rendu votre religion parfaite j'ai parachevé ma grâce sur vous j'agrée l'islam comme étant votre religion ". Sourate la table servie verset 3 !

Il est rapporté dans certaines narrations que le prophète de Dieu (s a w) après la relation de ce verset dans ce jour mémorable c'est le huit de jil hijja le jour d'al khadir il dit :

?لله ?كبر الحمد لله على إكمال الدين وإتمام النعمة ورضى الربّ برسالتي وبالولاية لعلي بعدي.

"Dieu est grand, louange à seigneur sur le parachè-vement de la religion et le complément de la grâce et la satisfaction du seigneur mon message et par succession (al wilaya) pour l'imam Ali (a) après moi[20]".

Il y a dans une narration d'Ahmad (Oumar lui rencontra - l'imam Ali- après cela il lui a dit : Grand bien, vous êtes devenu le maître (mawla) de tout musulman et musul-mane.

Malheureusement en réalité certaines personnes ne voudraient que donne l'imam jouisse comme ces préro-gatives et ces places, certaines personne parlaient et protestaient souvent sur lui lorsque le prophète de Dieu s'adressait à l'imam Ali (a) dans ce domaine le prophète était obligé de les rappeler qu'il est le messager du seigneur de l'univers qui accomplit sa mission il est celui qui :

(وَمَايَنطِقُ عَنِ الْهَوَى إِنْ هُوَإِلَّاوَحْيٌ يُوحَى)

" Il ne parle pas sous l'empire de la passion c'est seulement une révélation qui été inspiré." Sourate les étoiles verset 3, 4.

Il y a parmi ce témoignages ce qui a été rapporté par Tirmzi qu'ils ont rapporté après jabir bun Abdoullaye qu'il dit : Le prophète de Dieu a appelé Ali le jour de tarif et lui parla en bas vois les gens ont dit : Sa confiance avec son neveu a duré, le prophète de Dieu dit :

(ماإنتجيته ولكن الله إنتجاه)

" je ne l'ai pas confié, mais c'est Dieu qui a lui confié".

Ils ont rapporté après zeydou bun Argham de prophète (s a w) qu'il a dit : (il y avait certaines personnes parmi les compagnons du prophète qui avaient des portes en vers la mosquée le prophète de Dieu dit un jour (fermez les ces portes sauf la porte d'Ali),

Il dit : les gens insistent dans ce cas il dit : Le prophète de Dieu se leva et loua son seigneur, puis il dit :

(أما بعد فاني أمرت بسد هذه الابواب, إلاباب علي وقال فيه قائلكم, وإني والله ما سددت شيئا ولافتحته ولكني أمرت بشىء فاتبعته)

"Après le préambule, je suis autorisé de fermer les portes, sauf la porte d'Ali, certains parmi vous ont parlé, je jure par Dieu je n'ai rien fermé ni ouvert mais je suis autorisé quelque chose et je le suis."[21]

C'est comme çà le prophète chaque fois qu'il attribuait une position pour l'imam Ali (a) il déclarait et élucidait pour la nation que cela était l'ordre de Dieu-que sa grandeur soit exalté-cela a eu lieu lorsque le prophète commissionna l'imam Ali le sourate de l'unimité "tawba" à la place d'Abu bakr une autre fois le jour el mounafidiate à ta'if une autre fois le jour d'El khadir etc il faut noter aussi que les attitudes concurrentes dans l'histoire de l'islam et dans la vie du prophète (s a w) avec tout ce qui concerne la protection de l'expérience islamique et son avenir ont remarqué que le prophète de Dieu (s a w) préférait l'imam (a) à un autre.

Il l'appelait particulièrement sans les pour exempter attitudes et défendre le danger, cela a eu lieu à la guerre sainte de Badri, puisque l'imam était celui qui tenait le drapeau il a tué un grand nombre parmi les têtes des incrédules à Ouhoud aussi il était présent, Tabary rapporte que lorsque Ali a tué les gens d'Alawi'a le prophète a vu un nombre d'hypocrites il dit à Ali يحمل عليهم "attaques-les " puis il les attaqua en suite les détacha finalement il tua Amroul jamhi puis le prophète a vu un certains nombre aussi, il dit à Ali :

(?حمل عليهم) " Attaque-les " il les attaqua puis il tua Saybat bun Malik , le saint Gabriel dit :

يارسول الله إن هذه للمواساة "O Prophète de Dieu! Ceci est pour les réconfortés" le prophète de Dieu dit :

إنه مني وأنا منه "Il est de moi, je suis de lui " saint Gabriel lui répondit : وأنا منكما " je suis de vous deux " Tabary dit qu'ils entendus une qui crie لاسيف إلاّ ذوالفقار ولافتى إلاعلي )Il n'y a aucune sabre sauf joul fighar (le sabre vertèbre), il n'y a aucun jeune sauf Ali"[22] ce que certains parmi les compagnons du prophète (s a w) ont raconté çà nous suffit :

(لاعطين الراية غدا رجلا يفتح الله على يديه يحب الله ورسوله ويحبه الله ورسوله).

"Qu'il me faut donner le drapeau demain un homme Dieu lui donnera l'occasion d'ouvrir, il adore Dieu et son prophète, et Dieu et son prophète lui adore."

C'est l'imam Ali qui a donné cette occasion après que tout le monde était à l'attente ; Qu'il nous faut aussi signaler ce que Tabary et Ibn hatam ont rapporté d'après ibn Abbass qu'il a dit :Dieu a blâmé les compagnons du prophète ( s a w) il n'a pas dit à Ali sauf du bien [23] il y a dans ce sens qui est plus relogeant que la déclaration du droit de l'imam Ali (a) à la succession et sa mérite pour elle le Coran a déclaré cela :

(قَالَ ?ِنِّي جَاعِلُكَ لِلنَّاسِ ?ِمَاماً قَالَ وَمِنْ ذُرِيّتِي قَالَ لَايَنَالُ عَهْدِيَ الظَّالِمِينَ).

"Je veux de toi un guide pour les hommes ", Abrahalm dit : " Et pour ma descendance aussi." Le seigneur dit : "Mon alliance ne concerne pas les injustes." Sourate la vache verset 124 !

________________________________________

[1] l'histoire de Tabari volume 3 page 218 -219 voir le détail de la narration dans ce qui est descendu du coran dans le cas D'Ali page 155 voir aussi tafsur el khazin tome 3 page 371

[2] l'histoire el khoulafa page 171

[3] voir le même refference

[4] voir ce qui était descendu dans le cas d'Ali par Abou na'il el esfahani page 127

[5] tazel jami'i lil oussoul volu me4 page 181

[6] ce qui est descendu dans le cas d'Ali par Abou Na'il page 172

[7] tafsir al kassaf volume 3 page 559

[8] même référence

[9] Sounan Tirmizy volume 5 page596 et sawa'ighi El mouhrigha page 143 et jamièil oussoul volume 31 page 333

[10] sahih mouslim volume 4 page 1873

[11] sounan tirmizi volume 5 page 596 et chawahigh El mouhriqua par ibn hajarpage 143 et tajoul jami'i lil oussoul volume 3 page 333

[12] Tajoul jami'i lil oussoul édité par seikh Mansour Ali nassif volume 3 page 334 et l'histoire d'El khoulafa édité par souyouti page 169

[13]sounan tirmizi volume 5 page 594

[14] sounan Tirmizi volume 5 page 594 chapitre les vertus de l'imam Ali

[15] même ouvrage

[16] SOUNAN Ahmad volume 1 page 3 sounan tirmizi volume 5 page 594 l'ouvrage de zamakhsari volume page 243.

[17]tafsir el kaschaf volume 2 page.

[18] Mousnad Ahmad bun hambal volume 4 page 281, 268 et Sounan Ibn Majah la representation du 1 volume 11 porte, Tafsir ibn kathir volume 1 page

22, Bidaya et Nihaya; ibn kathir l'a cité aussi de differences versions volume 7 page 360-361.

[19] Tajoul oussoul volume 3 page 337.

[20] Managhib Amiril Mouminine édité par hafij Mohammed un Souleymne el koufi el ghadi volume 1 page 119

[21] Mousnad imam Ahmad bun hambal volume 4 page 369, et l'histoire d'ibn kathir volume 355.

[22] l'histoire de Tabary volume 2 page25 765 66

[23] l'histoire d'el khoulafa de souyouty page 171

LA DEUXIEME RECHERCHE
La persistance de la frequance du texte sur les imams (a s)
Un chercher équitable et celui qui cherche la réalité, peut connaître à travers de ce que nous avons présenté que l'opération d'affirmer le texte et la planter dans le droit de l'imam Ali (a) par la succession et l'imamat après le prophète (s a w) était fini immédiatement en même temps sur les imams après lui, les hadiths qui viennent de prophète à ce propos découvre cette réalité, prends le détail :

L'affirmation de la fréquence de l'imamat de notre imam et le texte pour eux n'est pas rapporté par une seule voie mais il était rapporté par plusieurs voies nous envoyons certains ici à titre de résumé.

Prémieurement : les voies communes pour l'affirmer l'imamat des imams de la sainte famille (Ahlul-Bait)

Elle est figurée par les hadiths racontés dans les ouvrages plus concédés chez les sounnites et les autres. Nous choisissons parmi eux deux hadiths pas plus, le premier hadith :

من مات ولم يعرف إمام زمانه مات ميتة جاهلية

"Quiconque meurt sans connaître son imam meurt d'une manière ignorante." Un autre hadith qui s'explique le même sens comme le hadith

من مات وليس في عنقه بيعة مات ميتة جاهلية

"Quiconque meurt sans reconnaître un imam meurt d'une manière ignorante." Et le hadith (من مات بغيرأمام مات ميتة جاهلية ) "Quiconque meurt sans un imam meurt d'une façon ignorante." Voici certaines references citées par les sounnites.

Ses references :

1-Boukhary dans son ouvrage " a sahih" dans la partie des séductions volume 5 page 13.

2- Mouslim dans son ouvrage " a-sahih" volume 6 page 21 22.

3- Ahmad bun Hambal dans son ouvrage volume 2 page 83 et volume 3 page 446 et volume 4 page 96.

4- Ibn Habbane dans son ouvrage, el ihsane bi tartib sahih ibn Habbane volume 7 page 49 4554.

5 -Tabrani dans Mou'oujam El kbir volume 10 page 350 publication de Bagdad.

6 -El Hakim naysaboury dans son ouvrage el moustadrak volume 1page 77.

7- Abou Na'im El esfahani dans son ouvrage "hilatoul awlya'a" volume 3 page 224.

8-Ibn athir El Jazari dans son ouvrage diami'il oussoul volum 4page 7.

9-Tayyalissy dans son ouvrage (mounad) page 259.

10-A-Dolani dans son ouvrage Alluma wal Asma'a

11-Bayhaghi dans son ouvrage (sounan) volume 8page 156et 157.

12-Sarkhassi dans Mabsout volume 1 page 113.

13-Ibn Abil hadid el mou'tazili dans charhou nahaj volum 9 page 155.

14-Nawawi dans le commentaire de sahih mousli volume 12 page 440.

15-Zahabi dans talkhis el moustadrak volume 1 page 77 et 177.

16-Ibn kathir dans le commentaire du saint coran volume 2 page 517.

17-Haythami dans son ouvrage " majma'a jawahid " volume5 page 218,219, 223, 225, 312.

18-Taftazani dans charhoul maghasid volume 2 page 275.

19-El mouttaghil hindi dans kanzoul oummal volume 3 page300.

20-Ibn Rabi'i chibani dans on ouvrage taysiroul wous-soul volume 2 page 39.

21-El gandouzil hanafi dans ouvrage yanabi'il mawa-dda page 117.

22-El Iskafil mou'outazili dans son ouvrage khoulassat nagd kitabul outhmaniya lil diahij page 29.

Sa signification :

Quant à sa signification elle ne sera pas en droit sauf sur les principes chi'ites immamites qui reconnaissent les douze imams immaculés çà s'applique que sur ces imams (s) quiconque revendique qu'il s'agit d'un imam dont celui qui ne le connaît pas meurt d'une manière ignorante c'est le sultan ou un juge ou un prince quoique sa qualification même s'il soit débauché, injuste malfaiteur. Il doit affirmer çà par un témoignage est ce que d'avoir la connaissance avec un débauché fait partir de la religion de d'un ? de deux qu'il le faut montrer aussi le fruit d'une connaissance avec ceux qui ont capturé la progéniture du prophète de Dieu et les assassinat.

Il y a parmi eux qui ont assassiné Hajrou bun Adyi et ses compagnons injustement comme Ma'awia, malheur à lui des compagnons de Hijr selon le reportage de Hassanoul basri, en réalité comment il peut être un imam ?

La loi céleste a affirmé l'obligation de l'honnêteté d'un témoin d'une cause et la considéré essentielle pour accorder son témoignage. Elle est plus élevée d'avoir la confiance à une personne traître qui domine son peuple et prend les biens de la nation. Puis il ordonne tout le monde de l'obéir et l'admettre à toute personne qui déroge sa loi, qui va le faire un imam dont celui qui meurt sans le connaître meurt d'une manière ignorante ? .

L'accusation de Zourara par l'incopréhentiosion de l'imam de son époque
La situation de zourara bun A'ayoun- que Dieu repose son âme-c'est vraiment étonnant en disant qu'il est décédé san connaître l'imam de son époque puis ils ont dit: si le contexte était fréquent chez les chi'ites imamites comme zourara n'aller pas ignorer la situation.

La réponse à cette calomnie et exposer son masque.

Comprends que cette accusation c'est une accusation sur l'imam Sadigh (a) parce qu'il est évident qu'il (a) dit dans les grands ouvrages chi'ites "je jure- ils sont des gens les plus aimé chez moi vivants et morts".

Il ont rapporté que l'imam sadigh (a) qu'il dit :

من مات و ليس له أمام فميتته ميتة جاهلية

"Quiconque meurt n'a pas un imam meurt d'une manière ignorante".[1]

Est-ce qu'on peut imaginer que l'imam Sadigh (a) pousse Zourara et lui abandonne banalement il meurt d'une manière ignorante ?

Comment il a dit qu'il est plus aimé des gens chez lui, vivant et mort puis il ne lui dit pas qui est l'imam s'il n'est pas au courant il le laisse dans la voie égarée après lui(a) ?

Disons pourquoi Zourara n'a pas consulté l'imam sadigh (a) dans sa vie qui va être l'imam après lui, s'il ne savait en réalité qui devrait être imam ? Comme nous le trouvons dans l'initiative de l'ignorance de ceux-ci parmi les narrateurs ou bien, il a voulu être sûr de la sureté des narrations pour consulter l'imam de son époque qui va être l'imam dans l'ensemble des informations ? .

Pourtant zourara a rapporté de l'imam Sadigh (a) qu'il a dit :

إعرف أمامك فانك إذا عرفته لم يضرك تقدم هذا الأمر أو تاخر

" fais connaître ton imam si tu l'as connu ca ne t'empêche pas si cette situation s'avance ou reste en derrière[2]".

Tu vois est ce que ceux la voient que Zourara avait connu l'arrivée de sa mort, la mort de l'imam de son époque (imam Sadigh) (a) ? C'est pourquoi il se dispensait de connaître qui va être après lui.

Est-ce que c'est le Zourara qui était à la première ligne des jurisconsultes de la doctrine Ahlul bait (a) ou feind l'ignorance comme cette situation importante si nous considérons son incompréhension anticipé du texte ?

La situation de Zourara c'est vraiment étonnant et mourut sans connaître l'imamat de l'imam El kazim (a) que Zourara avait une connaissance de l'imam Mahdi à l'époque de son père l'imam sadigh à propos de çà des poésies reconnu, Diahiz dans son ouvrage "El hayawan" les animaux.[3]

Est-ce que c'est imaginable à un homme chi'ites qui la connaissance de l'arrivée de l'imam El Mahdi(a) deux siècles avant sa naissance puis il ignore ses perdants (a) il ne suit pas ce qui a été rapporté parmi les influences pour les déterminer par non-qualification et titre ? .

Quant en disant c'est une calomnie sur Zourara il est très clair, parce que les narrations rapportées dans ce domaine c'est par les hommes de kassiyi, en conclusion Zourara avait commissionné son fils Oubaid de couffa jusqu'à Médina à cause du décès de l'imam Sadigh (a) pour avoir l'information claire de son décès tandis que l'information du décès de l'imam Sadigh est arrivé à kouffa en 148 de l'hégire certains chi'ites se contredirent pour savoir le second imam après lui.

Ceci n'est pas quelque chose bizarre il n'y a pas personne parmi les chi'ites qui disent que tous les chi'ites dans tous les époques des imams connaissaient la renomination de texte sur l'imamat des douze imams immaculés (a) par leurs noms.

C'est que nous disons que le prophète (s a w ) a dit : les successeurs après lui sont douze comme se sera raconté dans le deuxième hadith puis il informa Salman farissi et Houzeifa -que Dieu les bénisse - et des autres que se sont les douze imams, comme "Ghanwazi" a rapporté dans son ouvrage " yanabi'il mawadda " et Zarandi dans son ouvrage " le martyr de l'imam housseine (a) cela est connu en ce qui concerne tous les savants chi'ites, ils ont raconté le contexte par leurs noms. Il n'est pas mal que certains parmi eux ignorent cela parce que la situation de leurs imam El kazim était un époque très noir sur les chi'ites, car le pharaon de cet époque matait l'imam de la nation dans l'obscurité du prison jusqu'à ce qu'il Est mourut Martyre on appelle sur son saint corps - ceux qui étaient au pont de Bagdad - voilà l'imam de raffida ! Est-ce qu'on peut nier ceci ?

Il n'est pas étonnant alors que son arrivé aux certains chi'ites de Médina laminée et autre une certaine ignorance provisoire dans l'imamat de l'imam El kamzim (a), certainement il y a eu plus que cela dans l'imamat des autres comme celle est connu à travers de l'idéologie des groupes chi'ites qui ont ignoré la route principale cité les autres causes le temps ne nous permette pas de les citer dans cette petite recherche par exemple l'adoration de ce monde et l'oublie le monde à venir et le mélangeant du vrai avec le faux comme il est mentionner dans les ouvrages chi'ites.

Si tu n'as pas compris cela comprend qu'il avait parmi les chi'ites de kouffa qui n'avaient pas reçu un contexte pour celui qui sera l'imam après l'imam Sadigh (a) même s'ils connaissaient qu'il devrait être l'un des ses fils.

Il n'est pas mal que ceux-là demandent après avoir reçu l'information du décès de leur imam (a) qui va être le second.

Il n'y a aucun doute qu'ils ne vont pas demander sauf leurs savants et leurs hommes de confiance qui étaient proches à l'imam comme Zourara et autre, c'est à partir de là était affligé puisque ont lui demandé en ce moment qui devait être l'imam après Abu Abdillah (a).

On peut comprendre de cette narration deux choses très importantes.

La circonspection de l'imam Sadigh (a) le ravage de Mansour par l'imam kazim, s'il trouve que la succession était pour lui seulement c'est pourquoi il a joué un rôle de les traite.

Le volume d'hermétisme (Ataghiya) dans le testament si non quelle est la relation entre l'honnêteté de la sainte famille et Mansour Dawanighi jusqu'à ce qu'il le donne son testament.

A partir de là nous pouvons connaître la patience de Zourara jusqu'à ce qu'il reçoive une formation de l'imam lui-même n'était pas au hazard.

Une autre fois ce qui était rapporté de Zourara par kassi qu'il dit : " je jure par mon Dieu si j'avais parler de tout ce que j'ai entendu d'Abu Abdillah, les pénis des garçons seront broyés sur les bois" c'est une périphrase en équivalence de les crifier sur les dossiers. Comme cela est le travail d'un libertin avant comme yazid bun Soumaya et ses excellents partisans. Finalement nous rappelons deux choses :

Le témoignage du seikh que tout le monde reconnaît sa majesté Abil gassim Al Housseine bun rouh - que Dieu repose son âme - pour la famille de sourira par toute chose du bien en commençant par leur guide sourira, puis ses enfants et ses petits-fils jusqu'à l'époque le chef Bail khalib El razi il dit à propos d'eux : "c'est une grande famille très considérée dans cette affaire.[4]"

Tu vois, est ce qu'il veut dire (cette affaire) une autre chose que l'imamat ?

Deuxièmement: Nous signalons que Zourara était parmi les compagnons de l'imam El kazim[5](a) il mourut deux ans après l'imamat de l'imam El

kazim.[6]

Supposez que Zourara n'était pas au courant du contexte sur l'imam El kazim à l'époque de son père, puis, il a comprit cela pendant les deux ans qu'il a passé avec l'imam El kazim (a) cela ne décommande pas le contexte surtout certains comme Zourara croit la situation même s'il n'est pas au premier moment cela découvre sans doute que zourara croit la situation du contexte cela nous suffit d'affirmer ce que nous disons le cas imposé sur zourara ne lui empresse rien.Voilà ce que nous avons voulu parler de zourara à titre de résumé -que Dieu repose son âme-mais pas en titre de détail de ce qui est caché sur ce qui aides doute nous souhaitons que cela fait tâche dans les cœurs justes.

J'ai une finasserie dans celui qui médire,

Moi je garde ma parole en vers lui

Le menteur crée souvent sa parole

Quelle est la finasserie dans celui qui est colonisateur hostile !

Le deuxième hadith

(الخلفاء إثنا عشركلهم من قريش)

"Les successeurs sont douze, ils sont tous des ghouraiche ". Voici certains ouvrages sounnites qui ont rapporté ce hadith.

Ses références

1-Boukhary dans son ouvrage kitab El ahkam El istikhlaf volume 4: 164.

2-Mouslim dans son ouvrage volume 2 page 119 kitabul imamat.

3-Ahmad dans son ouvrage El mousnad volume 5 pages 90 93, 97,100, 106,107.

4-Sounan Abu Dawoud volume 4 page 106.

5-Tabary dans son ouvrage El mou'oudiamoul kabir.

6-Sounan -Tirmizi volume 4 page 501.

7-Abu Na'im dans ouvrage hilatoul Awli'a'a volume 4 page 332.

8- Moustadrak El hakim volume 3 pages 618

9-Fathoul bary dans son commentaire d'El boukhary volume 3 page 221.

10-Sahih Mouslim commentaire de Nawawy volume 12 page 201.

11-Tabrizy dans son ouvrage miskatoul misbah volume 3 page 327.

12-Al Albany dans son ouvrage a-Silsilatou -sahih hadith n 37.

Sa signification :

Quant à signification du hadith nous disons est ce que nous pouvons imaginer le successeur ici sur tous ceux qui ont gouverné parmi les califes oumayides et la famille de marwan etc. les imams des hadiths se sont devisés pour déterminer leurs noms (les successeurs) ils se sont troublés toutes sortes des troubles, prends Ibn gayim El Diawzy dans son commentaire sur Sounan Abu Dawoud[7], prends Ibn kathir dans son interprétation du Coran[8] voici Magrizi il n'a pas enregistré personne parmi les oumayides dans son ouvrage "a- soulouk li ma'afif douwaloul moulouk[9]

Puis le contenu du hadith indique la continuation de cette affaire jusqu'à la fin du monde ce qui est rapporté parmi les noms des princes et des gouverneurs injustes est rejeté ce que le public (sounnites) a rapporté ne peut pas correspondre avec la réalité, et que le seul critère juste ce sont les imams infaillibles de la sainte famille, revois dans leurs biographies et continuations de leurs existences par l'existence de l'imam Mahdi : prends ce que sawa'ighil mouhrigha a rapporté de l'imam zeinoul Abidine si tu veux connaître la réalité, il dit que l'imam Ali dit :

فاِلى من يفزع خلف هذه الامة وقد درست أعلام هذه الملة ودانت الامة بالفرقة والاختلاف يكفر بعضهم بعضا, والله تعالى يقول (ولاتكونوا كالذين تفرقوا واختلفوا) فمن الموثوق به على إبلاغ الحجة وتاويل الحكم الا أبناء أئمة الهدى ومصابيح الدجى الذين إحتج الله بهم على عباده ولم يدع الخلق سدًى من غير حجة هل تعرفونهم أو تجدونهم إلا من فروع الشجرة المباركة وبقايا الصفوة الذين إذهب الله عنهم الرجس وطهرهم تطهيرًا وبرأهم في الآفات وافترض مودتهم في الكتاب.

"Où on achète refuge au près de celui qui est dernière de cette nation, les titres de cette religion sont disparus la nation se divise et se diverse certains parmi eux accusent d'autres par l'incrédulité Dieu que sa grandeur soit exaltée dit dans le Coran, ne soyez pas ceux qui se sont divisés et se sont mis à disputer." Sourate 3 verset 105 qui est autorisé la communication du preuve et détaillé le jugement sauf les fils des imams de la bonne voie et les lampes des ténèbres dont Dieu a riposté par eux sur ses serviteurs il n'a pas abandonné sa créature sans preuve est ce que vous les connaissez ou bien vous les trouvez sauf parmi les branches de cet arbre glorifiant et les restant du crème des hommes dont Dieu a éloigné d'eux la souillure et les a purifié totalement. Il les a guerié de fléaux, il les a imposés de les affectionner dans le Coran ".[10]

Si c'est la protection de l'adversaire en disant que les chiites sont divisés après la martyre de l'imam Housein ils doivent préciser la nature de division pour que nous puisons répondre, comme ils ne sont pas au courant du sang chiite versé pour réclamer vengeance à cause de l'imam Houssein (a)-peut-être, ils ont voulu de cela la guidante d'Ibnoul Hanafia si leurs positions trouvent que cela sache que cela se sont les idées kissaniya pas les chiites imamites nous les considérons qu'ils veulent dire ce qui a été rapporté que Ibn Hanafiya avait contestait l'imam Ali Ibnoul Houssein la situation de la succession ceci n'est pas affirmé par une information sûr, plutôt ce qu'il est affirmé chez nous c'est sa parole l'imamat de son neveu El Imam zaynoul Abidine (a) faite à ta connaissance celui qui prend ce prétexte fragile.

Il ne sera pas au courant de la divergence d'embrayage jusqu'au degré de la contradiction dans les différents sortes de problème qu'ils sont au fait de l'idéologie musulmane en commençant par les sujets de Dieu que sa grandeur soit exaltée - jusqu'à la vie future ainsi de suite. Est-ce que cela étincelle dans ses principes?

Est-ce qu'elle sera l'occasion pour refuser ? Puis la nation est divisée en soixante-treize partie. La division est basée sur quoi ? Est-ce que ce doute veut dire un doute d'un principe de l'islam et son idéologie aussitôt de l'arrivé de la division !

Deuxièmement : la fréquence du prétexte chez les chiites,

La transcription est très connue chez les chiites imamites descendants et ascendants au sujet du prétexte du prophète (s a w) sur les imams en commençant par l'imam Ali (a) et en terminant par l'imam Mahdi (a) en plus la transcription fréquente chez eux dans le prétexte d'amiral mouminine (a) sur celui qui le suit c'est comme çà chaque imam nomme le second qui le suit jusqu'à l'imam Mahdi (a) de cette nation.

Quiconque reçoit les ouvrages de la traduction prophé-tique chiites va connaître la réalité de ceci nous n'avons pas besoin d'allongement pour montrer cela non seule-ment, il est nécessaire de signaler certains transcriptions qui sont tiré dans les ouvrages publiques elles sont claires dans la nomination de l'imamat d'Ahlul bait (a) après le prophète de Dieu (s a w) avec leurs noms certains ont rapporté d'El gandawzi El Hanafi dans son ouvrage yanabi'il mawadda[11] il l'a apporté à travers de Salman Farsi et ibn Abbass et Diabir bun Abdallah ansari et d'autre.

Qu'il soit connu qu'il est de règle que quiconque croit une doctrine, le vertige du chemin de la transcription, son propagandiste se réunit sur sa transcription, les circons-tances de son adversaire sont ci-inclus et de l'étouffer et l'attaquer-nous avons vu l'accord de ce lui qui nous a contrevenu dans cette situation avec nous.

Rapporter ce qui indique sur l'imam de nos imams comme il est détaillé dans la première partie, ce ci veut dire que Dieu-que sa grandeur soit exaltée-les a aveuglés.

Il les a imposés de transcrire ceci ! S'ils avaient la connaissance ils n'allaient jamais le rapporter, cela suffit toute personne juste qui croit le jour de la résurrection.


2
LA TROISIEME RECHERCHE DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE LA TROISIEME RECHERCHE
Les ambiguités provoquées sur le texte
Tu peux trouver celui qui prétend que la croyance de la contradiction des compagnons du prophète (s a w) c'est l'incrédibilité on dirait qu'il n'a jamais lu l'histoire des compagnons du prophète (s a w) et n'a jamais leurs contradictions au prophète face à face plusieurs fois et dans beaucoup d'occasions comme la traduction prophé-tique El khadir et dizaine d'autres qui ne sont pas affirmés à travers les chiites seulement les grands ouvrages Sihah et Massanids publiques et d'autres parmi les ouvrages renommés jusqu'au texte étend limité fréquente dans leurs voies seulement les plus grandes nombres d'entre eux essayent de transformer ces textes évidentes et jeter la perturbation et de l'édition sur elles, et provoquer des ambiguïtés autour d'elles les descendants croient les ascendants ils n'ont pas cherché la Pure réalité à travers des critiques et des vérifications pour qu'ils soient au courant que les idées hérités ne font pas partir à la réalité au sur plus l'affronter.

C'est pourquoi nous apportons les plus de leurs ambiguïtés et puis nous les disputons et nous démontrons leurs engouements de dans comme se suit :

La première ambiguïté
S'il y avait un texte les compagnons du prophète l'auront pratiqué

Celui qui a prétendu que les compagnons du prophète (s a w) dans la croyance de chi'as imamites n'ont pas travaillé par ce texte divin, ils se permettent de contradictoire. Cette opinion dans toute doctrine qui a un esprit cartésien c'est une incrédibilité apostasie c'est une dénégation certains parties de la religion connu par nécessairement. Si cela est vrai comment ce résultat sera pure avec le grandeur de leur professeur le prophète de Dieu (s a w) ? Est-ce que le prophète de Dieu les a éduqué plus des vingt ans pour qu'ils deviennent traîtres en fin !

La réponse de la première ambiguïté
Les compagnons ont désobéi les ordres du prophète de Dieu (s a w).

La désobéissance des compagnons du prophète (s a w) qui sont des ordres divins, et traînasser de les pratiquer aussitôt de travailler sur ses contradictions ces choses reconnues dans leurs comportement dans la vie du prophète de Dieu (s a w) comme ils l'ont désobéi d'assassiner si thadyat[12]dans la guerre sainte de Ouhoud et ce qui est incombé sur çà des résultats effrayants le prophète (s a w) était sur le point de mourir dans la guerre sainte de houneine puisque certains parmi eux ont fuit, puis prétend de ne pas entendre (El raziyat) le grand malheur selon le savant de la nation Abdoullahi bun Abbass que le prophète (s a w) avait demandé un encrier pour écrire une note (son testament) qui les empêchera d'égarer après lui.

Ils se divisent et se disputent et disent des mauvaises paroles-ils mélangent les choses-jusqu'à ce que ses collabo-rateurs étaient obligés de lui remplacer par une autre parole métissée "la souffrance prime sur lui."

Voici ce qui viennent dans leurs grands ouvrages " a-Sihahh" Boukhary a rapporté dans son ouvrage " sahih Boukhary " lorsque le prophète de Dieu est sérieusement tombé malade.

Il y avait des hommes dans sa maison Oumar était d'eux le prophète de Dieu (s a w) dit :

هلمّ أكتب لكم كتابا لاتضلوا بعده.

"Donnez-moi, je vous écris une lettre, vous ne serez jamais égarés après elle".

Oumar dit : La souffrance prime sur le prophète de Dieu, le livre de Dieu nous suffit, les gens se disputèrent. Il y a parmi eux qui disent :

Donnez le, il vous écrit une note dont vous ne serez jamais égaré après elle, tendis que d'autres soutiennent l'opinion d'Oumar lorsque les propos inutiles et les discussions sont devenues nombreux le prophète de Dieu dit :

قوموا عني "Quittez-moi"

Puis ou se trouve le propriétaire d'ambiguïté de problème de la rigole d'Outhmane et leur désobéissance plusieurs fois jusqu'à ce que le prophète soit obligé de sortir pendant qu'il était sérieusement malade pour les parler en disant :

(انفذوا جيش أسامة لعن الله من تخلف عن جيش أسامة)

"Exécuter le bataillon d'Oussamat Dieu a maudit celui qui retarde derrière le bataillon d'Oussamat"[13]

Quant leurs désobéissances après sa mort et transformer les textes, prends le hadith de l'oasis il va te raconter ce conte et t'informera ce problème Boukhary a rapporté dans son ouvrage dans la partie de l'oasis que Abu Hourairata a dit : Que le prophète de Dieu (s a w) dit :

يردعلي يوم القيامة رهط من أصحابي فيحلاون عن الحوض فاقول يا ربّ أصحابي فيقول :إنك لاعلم لك بماذا أحدثوا بعدك إنهم إرتدوا على أعقابهم القهقرى.

"Le jour de la résurrection un groupe parmi mes compagnons seront rejetés et seront éloignés de l'oasis et je dirai : O mon seigneur ! Se sont mes compagnons puis il va me dire tu n'es pas au courant ce qu'ils ont fait après toi ils ont renié leurs religions et tournèrent leurs pas à reculons."[14]

La deuxième ambiguïté
Le Coran a loué les compagnons du prophète cela ne correspond pas avec l'idée qui dit qu'ils ont nié le texte.

Il y a parmi ses ambiguïtés engouées en disant que le Coran a adressé des éloges aux compagnons du prophète (s a w) les mecquois et les médinois, puis ils se demandent comment cela peut.

Correspondre avec la grande contradiction du texte s'elle existait.

La réponse de la deuxième ambiguïté
Le Coran n'a jamais adressé des éloges sauf sur ceux qui étaient dévoués parmi les compagnons.

Il y avait parmi les compagnons qui étaient nobles-que Dieu repose leurs âmes-ils combattirent derrière le prophète de Dieu et ont obtenu le gloire de martyr dans la guerre sainte du Badri, Ouhd, Houneine et autres.

Il y a d'entre eux qui ont obéi la sounna du prophète (s a w) suivi ses paroles et sont devenues pieux par son ordre et son interdit, ceux-là il n'a aucun doute se sont eux que le Coran a adressé des éloges tandis qu'il y avait d'entre eux ceux qui l'ont désobéi et l'ont fait fâcher et l'ont nuit ce sont eux que le Coran a blâmé.

الّذِينَ فِي قُلُوبِهِمْ مَرَض

"Parmi les habitants de Médina il y a des hypocrites obstinés." l'imminite verset 101

Nous ajoutons dans çà que les compagnons du prophète Moise ont adoré le veau.

وَأَضَلَّهُمُ السَّامِرِيُ...

"Samiri les égara" sourate taha verset 85.

Mais cela n'a pas dominé la grandeur du prophète Moise (s) ni dans son effort ni dans son effort éducatif dont il l'a dépensé pour éduquer ses compagnons mais leurs âmes les a trompé la majeur partie déteste la réalité.

La troisième ambiguïté.
L'imam Ali a loué (a) sur les compagnons.

L'imam Ali (a) a loué beaucoup de ses compagnons le moment où il blâmait ceux qui disaient qu'ils sont ses compagnons dans son discours. Il comparait avec les compagnons du prophète de Dieu, comment il s'adresse l'éloge pour eux à supposer qu'ils aient usurpé son droit ?

La réponse de la troisième ambiguïté.
La clarification de la situation de l'imamat de l'imam Ali (a) et ses sectes de compagnons :

Bien sûr le prophète de Dieu (s a w) avait des compagnons nobles, beaucoup d'entre eux ce sont martyrés dans les premières guerres de l'islam dans la vie du prophète de Dieu (s a w) comme beaucoup d'entre eux sont devenus après avec l'imam le chef des croyants pour pratiquer les ordres du prophète de Dieu en aimant l'imam Ali et déteste celui qui le haie, il était entre eux Ammar qui a été tué par les groupes injuste (Ma'awiya et son groupe) il y avait beaucoup d'entre eux qui ont été martyrés dans la guerre de Siffine et Naharawan, ils sont nos grands et nous les glorifions.

Quant à celui qui a nié le contexte et devancé sur l'imam ou l'injuste où a violé son serment a ruiné sa religion, ceux là tous prendront la responsabilité de leur mal fait, nous l'avons mains de leurs travaux Ma'awiya par exemple fait partir d'eux Hassanoul Bassary dit à propos de lui (Ma'awiya avait quatre qualités s'il n'y avait sauf une seule quatre qualité elle devrait être péril : dominer la nation par son sabre jusqu'à ce qu'il a pris le pouvoir sans consultation, il y avait parmi eux les restants des compagnons du prophète (s a w) qui avaient le vertus, nomma son fils yazid le buveur du vin un successeur après lui, assassinat Hadiar Ady El kanady et ses compagnons malheur à lui de hadjar)[15] Bien sûr les chiites glorifient et sanctifient les grands compagnons du prophète (s a w) qui étaient avec l'imam Ali (a) dans toutes ses guerres pour respecter la parole du prophète de Dieu (s a w) :

(اللهم وال من والاه وعاد من عاداه واخذل من خذله وانصر من نصره)

" O mon Dieu ! Aime celui qui l'aime repousse celui qui le repousse, aide celui qui l'aide."

C'est indispensable celui qui aime et aide l'imam Ali et déteste celui qui le déteste nous le glorifions, quant à celui qui transmigra la succession du prophète et combattatut l'imam Ali (a) et l'injuste nue son serment et renia sa religion tel que Ma'awiya et comme les khawaridjs dont le prophète avait arisé de les combattre, c'est indispensable que les sectes de l'imam Ali (a) voient que ca fait partir de la justice de ne pas confondre ceux-ci avec ceux-là c'est une parole de Dieu :

(أفَمَن كَانَ مُؤْمِنًا كَمَن كَانَ فَاسِقًا لاَيَسْتَوُونَ)

"Le croyant serait-il semblable au perceur ? Ils ne sont pas égaux." sourate la prosternation verset 18

Quant à la position de l'imam Ali(a) en vers les trois ce sont les multiples plaintes sur eux qui sont affirmés nous avons parlé ce qui montre cela dans cette recherche et nous parlerons ce qui a la relation avec sa position en vers eux.

La Quatrième ambiguïté
L'imam Ali a accepté le principe de la consultation (soura)

Ils ont obscuré (l'affaire) en disant que l'imam Ali a des paroles affirmées chez les chiites il y a parmi ses paroles celle-ci.

(إنما الشورى للمهاجرين والانصار فان اجتمعوا على رجل وسموه إماما كان ذلك لله رضى.)

" La consultation (a-sourra) c'est pour les compagnons méquois qui se sont enfuits avec le prophète de Dieu à médina et les défenseurs (al ansar s'ils sont tombés d'accord sur quelqu'un qu'il est l'imam cela sera la satisfaction de Dieu."[16]

La réponse de la quatrième ambiguïté
Il n'était pas une consultation plutôt s'était une bévue.

La parole de l'imam Ali (a) tombe sur l'adversaire elle est de l'imam Ali ici est claire elle est plus proche de sa position puisque quand les compagnons mecquois migrateurs et médinois défenseurs sont tombés d'accord ? est ce que c'était à la préau (a- saghifa) leurs discussions la bas sont connues leurs paroles sont mentionnés (de vous un émir de nous un émir) puis le beuve avait était lorsque Oumar prêta légende à Abu Bakr ensuite Abu Oubaidadat était le second.

Il y a beaucoup de choses qui se passaient mais je n'ai pas le temps de les citer dans cette petite recherche.

Il est bizarre qu'un rechercheur de la réalité oublie de s'abstenir de Sa'ad Bun Ibada le maître de khazradj et la parole de Hammad bun Mounsir (si vous voulez nous la renverserons à un tronc[17]puis s'abstenir de bani Hassim et Zoubeir et Talha et autres où se trouve l'opinion prétendue ?

Oumar a dit : la reconnaissance de la succession pour Abu bakr était une preuve que Dieu a sauvé les musulmans de son malheur[18] il dit : Celui qui réplique comme elle tuez-le si c'était à l'opinion général, il n'allait pas prononcer cette parole Fatimatou zahra la fille du prophète de Dieu dit :

(خوف الفتنة زعموا ألافي الفتنة سقطوا وإنّ جهنم لمحيطة بالكافرين)

"Ils disent c'est craint de séduction, en même temps ils se sont tombés d'elle, l'enfer entoure les incré-dules."[19]

l'émir des croyants éprouva les extravagances de la consultation
Quant la succession d'Oumar et Ousmane bun Affane voici la parole de l'imam Ali(a) en vers eux :

(فيا عجبا ..بيتا هو يستقيلها في حياته إذعقدها لآخر بعد وفاته لشد ما تشطراضرعيها فصيرها في حوزة خشناء ..فمني الناس -لعمرالله - بخبط وشماس وتلون واعتراض, فصبرت على طول المدة وشدة المحنة حتى إذامضى لسبيله جعلها في جماعة ّ زعم أني أحدهم فيا لله وللشورى).

"C'est vraiment étonnant…pendant qu'il se démissi-onnait au pouvoir dans sa vie il le confia à un autre après sa mort combien ils divergèrent leurs pis (ils divisèrent le pouvoir entre eux deux ils le furent devenir en possession de la brute.

Les gens se sont affligés par une mauvaise direction et se sont égarés de la voie droite, je me patientai durant tout ce temps et je supporta les adversités jusqu'à un moment où il le mit entre des personnes il prétendait que je suis l'un d'entre eux quel malheur entre la consultation (a-sourra) et Dieu "[20].

Ce récit montre sans doute le reniement de l'imam Ali (a) en ce moment on ne dit pas pourquoi l'imam Ali se taira et pourquoi il accepta de rentrer dans la consultation (a-sourra) ? !

écoutez bien sa réponse dans ce même discours
أماوالله لقد تقمصها فلان (يعني أبوبكر) وإنّه ليعلم أنّ محلي منها محل القطب من الرحا ينحدر عني السيل ولايرقى إلي الطير فسدلت دونها ثوبا وَطَوَيْتُ عنها كَشْحاً وطفقت أرتاي بين أن أصول بيد جذّاء أوأصبر على طخية عمياء يهرم فيها الكبير ويشيب فيها الصغير ,ويكدح فيها مؤمن حتى يلقى ربه

" Je jure par mon Dieu un tel la transmigra (il veut dire Abu Bakr) il connaît sûrement ma place de cette succession c'est comme la place d'un pavot de poitrail dans cette situation le torrent ne descend pas sur moi (il explique sa place très élevée) un oiseau n'est pas sur moi, j'ai fait un rideau entre moi et la succession et je me suis méfié d'elle je commençais d'avoir le dessus par une main mutilée où je me patiente sur l'obscurité aveugle à la quelle un grand vieux, et petit blanchir, un croyant se fatigue jusqu'à ce qu'il rencontre avec son seigneur[21]" est ce qu'on peut donner une explication claire plus que çà !

En ce moment quelle est la manière du soulèvement contre lui après cette plainte ? L'imam connaît mieux la situation et les souhaits ; mais oui s'il n'avait pas protesté sur eux et s'en va à la (saghifa) et laisse le saint corps du prophète de Dieu (s a w) et applaudit avec eux la protestation aurait lieu à sa place.

La sixième ambiguïté
le hadith d'El khadir et sa disproportion sur le texte de la succession
Il y a parmi leurs ambiguïtés mentionnées sur le texte qu'il n'y a aucun témoignage dans le hadith El khadir qui détermine la succession bien que les chiites disent, et leurs arguments - comme nous le trouvons dans certains récit - c'est ce qui a été rapporté de Hassan Mouthana Bun Hassane Assib en disant qu'ils l'ont demandé le hadith El khadir est ce qu'il est un récit qui mentionne la succession de l'imam Ali (a) ? Il dit en réponse de cette question : si le prophète avait voulu nommer un successeur après lui par cette traduction prophétique il allait dire une parole claire (O gens ! Celui-ci est mon successeur celui qui va vous diriger après moi entendez et obéissez-le) puis Hassan (El Moutana) dit : Je jure par mon Dieu s'il avait choisi Ali (a) pour cette situation Ali n'a pas obéi l'ordre de Dieu et son prophète (s a w) et n'a pas travaillé par cet ordre, il allait commettre une erreur qui est le plus grave par la désobéissance de l'ordre de Dieu et son prophète (s a w).

La réponse de la sixième ambiguïtée et montrer son engouement et ce que nous disons.

En supposant la réalité de ce qui a été rapporté de Hassan ici, la protestation sur le hadith El khadir par cette façon pour celui qui s'étonne la chose est très étonnante, on n'imagine pas que ca vient de celui qui comprend la jurisprudence de la langue arabe, en outre celui qui a la connaissance de l'atmosphère de hadith El khadir, les incites l'entourent et les témoignages renforcés et la compréhension des compagnons et autre les gens ont assisté le jour d'El khadir après leurs retour du dernier pèlerinage du prophète de Dieu (El wida'a) par la demande du prophète de Dieu (s a w) il les réunit dans un lieu pendant l'atmosphère était très chaude, à la croisé des semaines pour les informer ce qu'il a été ordonné par son seigneur-que sa grandeur soit exaltée après qu'il a commencé en disant :

ألست أولى بكم من أنفسكم ؟

" Est-ce que je ne suis pas plus apte que vos âmes ? " Ils répondent : Oui, prophète de Dieu puis il la répliqua plusieurs fois en suite dit :

من كنت مولاه فهذا علي مولاه، اللهم وال من والاه وعاد من عاداه، وانصر من نصره واخذل من خذله.

" Celui pour qui je suis le maître, Ali est son commandant, ô mon Dieu ! Aime celui qui l'aime, hait celui qui le hait, aide celui qui l'aide repousse celui qui le repousse."[22]

Les compagnons ont suit qu'il est leur maître c'est -à dire leur émir, ils vont vite pour saluer leur maître le poète Hassan bun Sabit demanda une permission pour faire une poésie de cette occasion, il y a des congratulations pour l'imam Ali dans ses poésies[23] ceci est un verset coranique qui est descendu immédiatement après cette communication.

الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الِا سْلاَمَ دِينًا.

" Aujourd'hui j'ai parachevé pour vous votre religion et accompli pour vous mon bien fait, il m'agrée que la soumission soit votre région." Sourate 5 verset 3.

waghidi a cité cela[24]c'est une narration selon Souyouty le hadith El khadir n'était la première narration ou bien la dernière dans cette situation je veux dire pour nommer l'imam Ali (a) un successeur après le prophète de Dieu (s a w) c'est indiscutable ça montre l'extravagance sur Hassan El Mouthanna et l'accuser par cette parole, parce que les alawites sont des Housseinites, ils connaissent mieux cette réalité qui est connue par les compagnons .Nous avons parlé les déclarations sur ce que les biographies et les historiens ont cité dans les recherches précédentes. Ce qui a été rapporté par les grands ouvrages Sihahs et Massanids dans ce problème tel que le hadith (a-dar) et le hadith a-thaghalein (les deux choses lourdes) et des autres récits.

Quant à celui qui pose la question pourquoi l'imam Ali n'a pas obéi l'ordre de Dieu dans cette situation comme il est rapporté de Hassan El Mouthana ? Il est bon de revoir le discours (chagh-chaghia) de l'imam Ali )a s) dans le commentaire d'ibn Abul Hadid sur la voie de l'élégance on peut montrer ici que le prophète de Dieu (s a w) lui a confié des testaments qu'il n'a point confié à un autre sur ce que Ibn Abass a cité Hilla a rapporté dans son ouvrage qu'il lui a dit : on disait que le prophète de Dieu a confié à Ali soixante-dix promesses qu'il n'a jamais confié à un autre l'imam Ali dit à propos de cette situation après avoir citer que les gens ont pris la succession il dit :

فرأيت الصبر على هاتا أحجى

"Puis j'ai vus que la patience sur ces deux-là est plus mieux."

Puis on doit connaître que la parole de Hassan El Mouthana en supposant sa réalité n'est pas comme certains la transforment si Dieu est son prophète avaient choisi un successeur puis, il n'a pas obéi, il allait commettre une erreur plus grave par cette désobéissance de ce que Dieu et son prophète lui ordonnent ?

C'est pourquoi si nous avions accordé que la protection par le texte n'a pas eu lieu, on accorde pas que cela est une preuve qui l'annule, ni sans la protection par elle est une erreur parce que celui qui ose aller à la maison de Fatima (a) et s'arrête devant la porte de l'imam Ali et dit : Je jure par celui dont mon âme se retrouve avec lui qu'il vous faut sortir ou bien je brûle la maison avec ceux qui se trouvent de dans " on lui a dit : ô Aba Hafcha ! Fatima se trouve de dans.

Il répondit : Même si elle se trouve de dans !

Il n'est pas loin s'il avait protesté par le récit il n'allait pas accepter, cela était une sagesse et une mesure dans un temps où le préjudice était en vers lui jusqu'à ce qu'il dise : On ne dit pas s'il (a) avait protesté par le texte l'opinion générale allait connaître, parce que nous avons dit que : Celui qui n'est pas chi'ite a rapporté cela, et parce que la protestation par le texte. Il faut absolument qu'il soit de dans une preuve pour ses sectes, il doit être chacun de ses rapporteurs sont chiites parce qu'il y avait l'adversaire oumawite qui empesait.

La septième ambiguïté
L'imam Ali (a) a loué les trois personnes et alliacé avec eux et a nommé ses enfants par leurs noms et les apoursuivi avec bonté et la facilité : Il y a parmi ces ambiguïtés en disant qu'il les a loué dans la voie de l'éloquence et alliance avec eux comme il a donné sa fille Oummou Koulthoum à Oumar en mariage puis, il a donné ses enfants leurs noms jusqu'à ce qu'il a blâmé Ousmane dans la voie de l'éloquence une blâme d'un frère aimable ?

La réponse de la septième ambiguïté
Premièrement la nullité de la preuve de l'éloge par l'affirmation de la diffamation sur eux.

Quant à cette preuve froide l'adversaire doit rappeler souvent la parole de Dieu :

َأفَتُؤْمِنُونَ بِبَعْضِ الْكِتَابِ وَتكْفُرُونَ بِبَعْضٍ فَمَا جَزَاءُ مَن َيفْعَلُ ذَلِكَ مِنكُم إِلَّاخِزْيٌ فِي اْلحَيَاةِ الدُّنْيَا).

"Croyez-vous donc a une certaine partie du livre et restez--vous incrédules à l'égard d'une autre ? Quelle sera la rétribution de celui d'entre vous qui agîte ainsi sinon d'être humilié durant la vie de ce monde" sourate la vache verset 85 !

Ce qu'il a rapporté de Nahaj, il n'a pas compris sa réalité, la parole de l'imam Ali (a) l'émir des croyants démontre la vérité il dit :

فيا عجبا !! بينا هو يستقيلها في حياته إذ عقدها لآخر بعد وفاته, لشدّ ما تشطرا ضرعيها, فصيرها في حوزة خشناء يخلظ كلمها, ويخشن مسها ويكثر العثار فيها.

" C'est vraiment étonnant pendant qu'il démissi-onnait au pouvoir dans sa vie il le confia à un autre après sa mort combien ils divisèrent leurs pis (ils divisèrent le pouvoir entre eux deux il le fit devenir en possession brute. Il augmentera blessure, il devient dur de toucher la scandalisation se multiplie de dans".[25]

Quant aux mauvaises explications dont certaines personnes prennent comme dans cette localité, sa n'arrange pas celui qui a un bon esprit, et pour celui qui cherche la raison, si non il ne sera pas égaré sur celui qui est dominé par sa passion.

Puis où est le problème s'il avait hermétisme (taqhia) pour sauver son âme ?

On ne dit pas de sauver l'âme n'est pas valable, parce que nous disons pourquoi pas, ils l'ont fait sortir de sa maison par la force pour lui obliger de prêter serement d'élégance.[26]

Puis pourquoi pas, même le prophète avait pris garde avant lui où se trouve dans un récit clair "quel vilain homme ! Qu'un frère de tribu" parce que les hargnes et de crudité se trouve dans le caractère de cet homme !

Est-ce que l'éloge oblige sur un fait fixe plus de s'encourager sur la perservenance sur lui quand le loué a eu droit sur la succession plus que le louangeur ? !

Puis est ce que le discours de (chagh-chaghiya) a laissé influence pour la louange, ici il faut signaler un point original que la louange ne montre pas sur la modification en tant qu'il y a une blessure dans le discours de (chagh-chaghiya) et que c'est la blessure qui est désigné pour prendre le bien tout devancé qu'il est un cas de pieux d'égalité.

Ceci, il est rapporté à travers plusieurs versions sure qui les blâment et démontrent leurs défauts et ce qu'ils ont commue dans le droit de la nation lorsqu'ils ont dégradé l'imamat et la succession de l'imam Ali (a) le maître des croyants, et ce qu'ils ont entraîné des misères sur la nation et la domination des libertins et des adultères sur le peuple musulman et ce que Aissa la femme du prophète (s a w) a montré ; tout cela est enveloppé dans le dialogue de Abdoullah bun Abbass avec oumar comme Zoubeir bun bakr a cité dans son ouvrage El Akhbaroul Mouwafaghiyat elle est rapporté par ibn Abil Hadid dans le commentaire de Nahadj.

La signalisation de Fatimatou Zahra dans son discours :
Quant au discours de Fatimatou Zahra (a) comme ibn Ta'ifour l'a cité dans son ouvrage Bala khat nissa'a, elle a découvert beaucoup et appelé la nation de ce qu'il va rejoindre ; sa suffit qu'elle soit décédée fâché sur eux et enterré la nuit sans qu'il accompagne son cortège funèbre, il y a dans ce cas un argument plus clair dans leur fait.

Deuxièmement : l'argument de parenté par alliance :

Quant à l'information qu'il l'a donné Oumar sa fille en mariage, ils parlent çà souvent mais l'adversaire oublie que la saint famille a fait un titre général de suivre leur grand-père le prophète de Dieu son résumé de travailler avec un musulman sur son apparence de l'islam sans examen de conscience de l'islam sa suffit pour un mariage, il y a certaines de nos voies indiquent hermétisme (taghiya) dans le mariage, en supposant sa réalité tandis que certains ont nié cette proposition, il argumente par un ensemble des arguments.

Quoi que çà soit, la parenté par alliance ne montre pas plus que de garder les contacts et les relations et pratiquer la sounna il y avait parmi les beaux-pères du prophète de Dieu les fils d'Abu lahab leur mère est celle qui mettait des bûches sur la route du prophète de Dieu.

Troisièmement : l'argument de nomination :

Quant à leurs argument que Ahul bait donné les noms de ses enfants les noms de trois sont parmi les cas souriants en réalité parce que tu vois les meilleurs sectes de la sainte famille du prophète ( s a w)qui s'appelle soit yazid Ma'awiya soit Marwan soit Oubeidoullah, Ziyad et d'autre noms qui étaient portaient par les adulateurs et les pharaons de la nation comme tu trouves aussi à coté de l'adversaire s'appelle Ali avec toute sa haine pour l'imam comme Ali bun djaham le poète reconnu par sa haine et son comportement vers l'imam Ali (a) .

Quatrièmement : l'argument du rapprochement de conduire.

Quant au rapprochement sur outhmane dans le (nahaj) s'était la méthode de l'imam Ali contre eux qui ont prit son droit (la succession) et découvrit leurs fait par sa méthode particulière qui recherche l'intérêt de l'islam l'offre du conseil et la consultation pour eux plus qu'autre chose, c'est pourquoi nous trouvons l'imam Hassan dire au messager de Ma'awiya lorsqu'il a menti sur son patron l'imam lui dit : " Ne trahi pas ce lui qui a la confiance en toi çà te suffit de m'aimer par l'amour du prophète et par mon père et ma mère, il fait partir de la trahison avoir la confiance de la part des gens puis toi tu es leur ennemi et tu invoque Dieu contre eux."[27]Est ce qu'on peut dire çà sur l'amour de la progéniture du prophète de Dieu par Mou'awiya ? C'est la même chose.

La huitième ambiguïté
Le martyre Zeyd n'était au courant du texte parce qu'il n'était pas fréquent.

Si l'imamat par le texte était connu chez la sainte famille (a) pourquoi Zeyd bun Ali bounul Housseine appelle pour lui-même …ceci est une contradiction avec ce que les chi'ites dirent la fréquence du texte en supposant son existence, il est parmi les hadiths qui ne sont pas considérés dans la principe de la jurisprudence islamique.

La réponse de la huitième ambiguïté :
Zeyd connaissait le texte :

Il était fréquent ce lui qui dit qu'il n'avait pas la connaissance c'est un mensonge inventé sur lui -que Dieu le bénisse - la preuve la plus éclairante est la parole de l'imam Moussa rida (a) lorsqu'il a dit : à Ma'amoun au temps qu'il l'explique de Zeyd bun Ali bun Housseine :

أنّه كان من علماء آل محمد, غضب لله تعالى فجاهد أعداءه حتى قتل في سبيله ولقدحدثني أبي موسى بن جعفر أنّه سمع أباه جعفر بن محمد يقول:رحم الله عمّي زيدا أنّه دعا إلى رضى من آل محمد ولو ظفر به لوفّى بما دعا?ليه ...أن ّزيد بن علي لم يدع ماليس له بحق, وإنّه كان إتقى لله تعالى من ذلك, أنّه قال : أدعوكم إلى رضا من ال محمد (ص)

"Il était parmi les savants de la sainte famille du prophète de Dieu, il se fâcha à cause de Dieu, puis combattu ses ennemis jusqu'à ce qu'il soit martyré dans son chemin, Abu Moussa bun Djafar me dit : Que Dieu pardonne mon oncle il a appelé à la satisfaction de la sainte famille s'il avait eu la victoire il allait accomplir ce qu'il avait promit zeyd bun Ali n'a pas laissé ce qui n'est droit il était plus pieux pour Dieu que cela, il avait dit : Je vous appelle à la satisfaction de la famille du prophète (s a w) ils ont raconté dans une autre version ils ont raconté devant l'imam Sadigh ceux qui sont sortis pour le combat parmi la sainte famille du prophète (s a w) il dit :

لاأزال أنا وشيعتي بخيرماخرج الخارجي من أل محمد, ولووددتأنّ الخارجي من ال محمد خرج وعلي نفقة عياله .

"Je ne cesse pas mes sectes et moi en bonne santé en tant qu'un défenseur de la sainte famille du prophète Mouhammad (s a w) j'avais souhaité que ce défenseur soit de la sainte famille et qu'il est sorti et la dépense de sa famille sera à mon compte."

La position de l'imam Sadigh (a) avec ses cousins de Bani Hassane montre son grand regret et son affection sur ce qu'ils ont raconté avec les rudes des justices ça existe dans oussouloul kafi et des autres dizaine de narrations qui montrent ça.

Quant à la fréquence du texte il est connu chez les musulmans, les narrations sont venues dans beaucoup d'occasions, par exemple prends le hadith (a-dar) de la maison et le hadith El manzilat et le hadith a-thaghalein (les deux choses lourdes) et le hadith les douze imams qui sont tous de ghouraichites, le hadith celui qui meurt sans connaître l'imam de son époque meurt d'une manière ignorante ajoute le hadith el khadir qui est accordé par les deux cotés, sont tous des récits clairs et surs fréquents dans le sujet mais la méthode des adversaires d'Ahlul bait (a) transforment les textes de ses apparences et les expliquent comme ils veulent leurs pensées et justices aussi sont comme ça chaque fois qu'ils ont combattus par la réalité ils se dirigent vers les fausses explications[28] ou bien de nier les hadiths chaque fois les preuves les attaquent sur ce qu'ils disent comme ibn Taimiya et ses homologues.

Puis ici il est nécessaire de connaître que cette revendication est corrompue parce que les adversaires de l'imam Ali font deux parties : une partie qui regarde les ouvrages des chiites et découvre leurs paroles il y a dans cette partie qui l'empêche de croire sa réalité.

Il y a parmi eux des grands personalités extérieurement, mais intérieurement ce sont des personnes qui courent derrière leurs objectifs, il y a parmi eux qui reconnaît mais garde le silence tandis qu'il y a parmi eux celui qui est reconnaissant et confesseur à la réalité.

Quant à la deuxième partie, ce sont les propagandistes et des fanatises qui ne regardent jamais dans notre informations ils les abandonnent on dirait dans leurs idéologies ma confiance et le chiisme se renient pas dans une personne musulmane c'est pourquoi eux ils ne connaissent pas nos informations parce qu'ils les négligent, celui qui nue la fréquence du texte ne sera pas fanatiste pour nous déterminer la position en vers eux.

Quant à leurs prétentions en disant que la sainte famille (Ahlul bayt) ne la connaît pas et l'ont nié ces paroles étonnantes sont plutôt rejetables, parce que celui qui a la connaissance de l'histoire et les grands ouvrages (Sihah) et les biographies, la vérité s'éclate devant lui par la connaissance de l'adversaire d'ahlul bait le texte et comment est la saint famille (a) et celui qui est inclus d'eux !

Prends le dialogue qui était passé entre Oumar bun El khattab et ibn Abass qui est rapporté par Ibn Hadid dans le commentaire de nahadj nous les citons ici au pied de la lettre, ils ont rapporté qu'Ibn Abass dit : Je suis rentré chez Oumar dans le début de la succession. Il était envoyé pour lui un panier de datte il m'invita de manger il dit : ô Abdoullah ! Tu auras des problèmes si tu l'a gardé, est ce qu'il y a quelque chose de la succession qui reste pour Ali ? Je dis : Oui, il dit : Il croit que le prophète l'a nommé je dis : Oui j'ai demandé mon père ce qu'il dit, il dit :

Qu'il a raison, Oumar dit : Le prophète de Dieu (s a w) avait dans sa situation une parole qui n'affirme pas une preuve, qui ne coupe pas une excuse dans sa maladie il a voulu déclarer son nom j'ai refusé cela.

Il y a une déclaration de sa parole que le prophète de Dieu (s a w) dit des insanités ou bien il est dominé par la souffrance le livre de Dieu nous suffit, selon le rapport de Boukhary [29] voir le dialogue dans l'histoire de Tabary et ce qui été cité par Oumar bun khattab sa parole avec ibn Abass (votre peuple déteste que la prophétie et la succession se ressemblent à vous) [30].

Il y a aussi quelque chose plus claire et élégante c'est le hadith Al Mousnad voir dans l'ouvrage d'Ahmad (El Mousnad) plus d'une version il y a de dans trente compagnons se levèrent et témoignèrent le hadith El khadir. [31]

La neuvième ambiguïté
La saine d'imamat est coupé chez les chiites par l'imam Askary (a)

Ils ont dit que l'idéologie chiites de l'existence de l'imam Mahdi est basé sur une seule revendication c'est avec elle, ils affirment son existence et son imamat.

La réponse du neuvième ambiguïté
Ce que nous disons dans la réponse de cet ambiguïté que les chiites ont affirmé par certains livres imprimés qui les a montré la fréquence de l'imam El Mahdi (a) à la réponse d'une extravagance orné par une seule ligne !

Nous rappelons qu'il y a parmi leurs preuves sur ce qu'ils détestent leurs témoignages, c'est parce que les savants sounites ont reconnu selon les siècles en commençant le quatrième siècle de l'hégire jusqu'au quatorzième siècle de l'hégire jusqu'à ce qu'ils atteignent cent vingt-huit personnes en un savant ou un jurisconsulte et un narrateur de hadith et un interpelateur du saint Coran, leurs noms sont cités et leurs paroles sont rapportées clairement dans certaines études.[32]

________________________________________

[1] Sadough dans son ouvrage kamal dine volume 1 page 71

[2] Oussouloul kaffi volume 1 page 303.

[3] Kitab El Hayawane volume 7 page 49, 55

[4] Ridial seikh Toussy page 337 et ridial barghi

[5] Seik toussy dans son ouvrage al khaibat page 183

[6] Ridial Nadiachi page 175 466 et ridial seikh page 210

[7] le commentaire de Hafiz ibn Gayim el diawzisur le sounan Abi Dawoud volume 11page 363 dans le commentaire de hadith (4259)

[8] Tafsir ibn Kathir volume 2 page 24 dans le commentaire du verset (12) de sourate el ma'idat.

[9] A- Soulouk li ma-rifat douwalil moulouk édité par Maghrizi volume1 page 13, 15 de la première partie.

[10] Sawa'igh El Mouhrigha page 120.

[11] Ibnul Ghayim dans son ouvrage el manaroul mounif page 54.

[12] Mousnad Abu You'oula volume 1page 90

[13] Ahamad bun Hambal volume 1 page 39

[14] Sahih El Boukhari volume 8 page 150.

[15] El kamil fi tarikh volume3 page 487

[16] Nahaj El Balakh la vocalisation de Docteur Soubh Salih.

[17] Le commentaire de la voie de la loguence édité par ibn Abil hadid volume 6,8,2 page21,66.

[18] Boukhary dans son ouvrage volume 8 page 210.

[19] Le commentaire de nahdjoul balakh volume 6 page234.

[20] la voie de l'eloguence vocalisé par docteur soubh Salih

[21] La voie del'eloguance vocalisée par docteur Soubh Salih.

[22] Mousnad Ahmad Bn Hambal, volume 4 page 281.

[23] tu trouveras la comgratulation de l'imam Ali de deux seikhs et les grands compagnons de cette occation dans le commentaire de Fakhrou Razi dans le verset يا?يها الرسول بلغ ... l'histoire de bagdad

[24] Tadijul ja'mi'i lil oussoul par seikh Mansour Ali Nasif volume 3 page 335

[25] La voie de l'eloguence vocaliser par donteur Soubh Salih le troisième discours.

[26] le commentaire de la voie de l'eloguance, ibn Abil hadid

[27] A- tasrif bil minan de ibn Tawous page363

[28] Ibn taimiya l'expliquations qui ne sont pas attachés à une source scientifique dans son ouvrage Minhaj -sounna ainsi ce qu'il a rapporté de l'ouvrage (étude des groupes dans l'histoire des musulmans (khawaridj et chi'ites) par docteur Ahmad Mouhammad Diali.

[29] commentaire de nahadj el balakha édité par ibn Abil hadid el mou'outazily volume 12page 20,21.

[30] Voir sahihil boukhary volume 8 page.

[31] Mousnad Ahmad bun Hambal volume page 88, 118.

[32] Difa'a anil kafi par seyyed thamir el oumaydi volume page 567,592


3
LA QUATRIEME RECHERCHE DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE LA QUATRIEME RECHERCHE
L'engouement public et leur perturbation dans l'imamat et la succession (al khalifa)

Certaines doctrines et les groupes islamiques sont tombés dans des engouements abondants et des contradictions flagrantes dans beaucoup de ses idéologies et ses paroles.

Nous voulons dire les Mardji'ites et les Moudjassimites et les salafites et le patrimoine wahhabite de nos jours.

Chacun d'entre eux note les inventés de l'autre beaucoup de remarques se sont des discutions connues entre eux, les savants des certains essayent de les garder et les nier pour tromper les naïfs qui ne lisent pas et ne recherchent pas la raison !

Il se peut que le plus important de ce qu'ils ont trompé leurs paroles tremblantes dans l'imamat et la succession (El khilafa).

Ils se vagabondent d'une parole à l'autre avec la transformation des formules historiques en montrant la vacuité générale dans l'avis de cette proposition importante. Chaque fois une situation arrive le calife s'écarte dans l'histoire précédente.

Ils le font un jugement, jusqu'à ce qu'ils arrivent à dire la légitimité de l'anarchie et la sédition. Combattre à cause de la succession et légitimité de l'imamat d'un adulateur et un ignorant et l'injecteur !

Ahmad Bun Hambal dit : (l'imamat est pour celui qui vaincre) !

Il dit : Quiconque gagne par un sabre jusqu'à ce qu'il devienne un calife il s'appelle l'émir des croyants, il est illicite à toute personne qui croit à Dieu et le jour dernier de se coucher sans reconnaître qu'il est l'imam qu'il soit juste ou mauvais)[1] leurs jurisconsultes (la situation est une règle, si l'imamat était affirmé pour une personne par la force un autre vient le battre et prend le pouvoir, le premier s'écarte et le second sera l'imam[2] !

C'est une thèse dont aucune religion ne le reconnaît et aucune personne qui a un esprit saint l'accepte, seulement elle est de la religion l'époque anti-islamique hier et aujourd'hui.

Ils ont peins le visage de la grandeur de l'islam pour des hypocrites et des tyrans qui ont mis la succession islamique une possession qu'ils disputent sur elle pas de plus !

Ils ont soutenue cette idéologie corrompue que Abdoullah bun Oumar a dirigé la prière collectif à la guerre de Harrat qui était provoqué par les gens de la Médina sur yazid bun Ma'awiya, en ce temps Ibn Oumar dit : (Nous sommes avec celui qui va vaincre)[3] c'est comme çà ils ont pris cette parole une traduction et religion ils le défendent pour chaque gouverneur, pour une seule cause qu'il est la plus part devenu un gouverneur, ils obéirent toujours pieux qu'il soit ou bien bandit, équitable qu'il soit ou bien injuste, uniquement l'obéissance est pour le gouverneur ca suffit ! Ils ont suivi Abdoullah Bun Oumar abandonné Alhoussein le descendant du prophète de Dieu (s a w) le maître des jeunes du paradis dont le prophète de Dieu (s a w) dit à son droit :

(حسين مني وأنا من حسين أحب الله من أحبّ حسينا .حسين سبط من الاسباط)

" Houssein est de moi, je suis de Housseine Dieu aime celui qui aime Houssaine. Housseine est un parmi les petits- fils."

Housseine est celui qui a dit de la part de yazid

(أيها الناس إنّ رسول الله (ص) قال: من رأى سلطانا جائرا مستحلا لحرم الله ناكثا لعهد الله مخالفا لسنة رسول الله يعمل في عباد الله بالاثم والعدوان فلم يغير عليه بفعل ولا قول كان حقا على الله أن يدخله مدخله.

" ô vous les gens ! Le prophète de Dieu dit : Quiconque voit une autorité injuste qui permet les interdits de Dieu et trahit son serment, contredit la traduction de son prophète (s a w), fait des péchés sur les serviteurs de Dieu, puis il ne l'a pas changé par un fait ni par une parole, Dieu a le droit de le prendre ensemble ".

Comprenez que ceux-là ont gardé l'obéissance de Satan et abandonné l'obéissance de Dieu.

Ils montrent l'immoralité et suspendent les limites et monopolisent l'ombre et rendent les interdits de Dieu licites, et interdisent son licite, je suis celui qui a le droit de changer.

En ce moment comment ils ont envoyé cette parole étonnante "Nous sommes avec celui qui va vaincre". Puis la considèrent une religion et abandonnent la religion dont ils sont ordonnés de suivre et refusent la réalité, pour quoi pas Houssein est celui dont nous avons la parole du prophète (s a w) en vers lui il était parmi les quatre personnes dont le prophète avait réuni sous sa couverture puis dit :

اللهم هؤلاء أهل بيتي فاذهب عنهم الرجس وطهرهم تطهيرا تطهيرا.

" ô mon Dieu ! Ceux-là sont ma famille éloigne d'eux la souillure et purifies - les totalement. " Dieu fit descendre :

إِنَّمَايُرِيدُ الَلهُ لِيُذْهِبَ عَنكُمُ الرِّجْسَ أَهْلَ الْبَيْتِ وَيُطَهِّرَكُمْ تَطْهِيرًا

" ô vous gens de la maison ! Dieu veut seulement éloigner de vous la souillure et vous purifier totalement." Sourate 33 verset 33.

Il y a plus de trente références considérées dans la traduction prophétique et l'interprétation du saint Coran entre sounites et chiites qui ont annoncé cette réalité.

Houssein fait partir de la sainte famille dont le prophète de Dieu (s a w) a montré à la nation leur place en disant :

أني تارك فيكم ما أن تمسكتم به لن تضلوا بعدي كتاب الله وعترتي أهل بيتي ولن يفترقا حتى يردا علي الحوض.

"Je laisse parmi vous de ce que si vous le tenez solidement vous ne vous égarerez jamais : Le livre d'Allah et ma famille ils ne seront jamais séparés jusqu'au ce qu'ils me rejoignent à l'oasis."[4] en ce moment ces gens -là ont commis une grande erreur, le hadith le plus fréquent à propos de l'imam Ali (a)

من كنت مولاه فهذا علي مولاه اللهم وال من والاه وعاد من عاداه .

"Pour qui je suis son dirigeant Ali est son dirigeant, ô seigneur ! Aime celui qui l'aime repousse celui qui le repousse."[5]

Les textes précédents obligent de rester derrière la sainte famille et les obéir, malgré ceux qui sont animés par la passion et l'hérésie mélange le bon et le mauvais, ils n'ont pas compris de quoi ils vont prendre, nous avons puisqu'ils ont laissé les successeurs orthodoxes du prophète de Dieu dont il avait indiquer leur place en disant :

عليكم بسنتي وسنة الخلفاء الراشدين المهديين من بعدي عضوا عليها بالنواجذ

"Prenez ma traduction (sounna) et la traduction de mes successeurs orthodoxes après moi vous vous le cramponnez".

Le prophète de Dieu a dit aussi :

أني تارك فيكم ماأن تمسكتم به لن تضلوا بعدي كتاب الله وعترتي أهل بيتي.

" Je laisse parmi vous ce que si vous le tenez solidement vous ne vous égarerez jamais après moi, le livre de Dieu et ma famille."

Le prophète de Dieu dit :

من كنت مولاه فهذا علي مولاه

"Celui pour qui je suis son dirigeant voici Ali c'est son maître."

Il a dit tout cela pour que certains expliquent à, l'autre et personne ne pourra demander une excuse, ils n'ont pas abandonné la voie droite seulement et tombé dans un piège très dangereux au moment ils ont abandonné la religion dont ils sont autorisés de suivre et suivre une autre chose ! Plut-à Dieu, ils s'arrêtent dans cette limite et acceptent une parole et abandonnent l'autre, mais ils exagèrent dans la déviation de conduite lorsqu'ils ont mis l'imam Houssein un homme dans le commentaire de l'histoire, il avait l'ensemble de vertus puis ils permettent Abdoullah Bun Oumar dans la connaissance et la délibération juridique !

certains parmi eux se dirigent vers la plus mauvaise idéologie et la plus détesté chez Dieu et son prophète (s a w) ils accusent l'imam Houssein (a) et défendent l'adultere, Yazid Bun Mou'awiya avec toute capacité il se revendiquait qu'il avaient raison comme leur cheikh ibn Taymiya a fait, les wahhabites de nos jours sont basés sur son influence, s'ils soutiennent d'être sounnites c'est la sounna de bani Oummaya et leurs compagnons, là ils ont raison, quant en disant qu'ils soutient la sounna du prophète (s a w) et les croyants. Ils ont menti et dit des extravagances. Dans cette opinion ils ont séparé celui qui ne se sépare pas avec le Coran et négocié avec son ennemi, ils ont avec celui qui dont le prophète de Dieu dit :

ينا حرب لمن حاربكم و سلم لمن سالمكم

"Je suis combattant à celui qui vous combatte, et je suis paix à celui qui établit la paix avec vous."

Ils ont séparé avec ceux-là et négocié avec leurs ennemis qui les ont détesté et diminué leurs situations. Ils les prennent d'amis face au serviteurs de Dieu et son prophète (s a w), ils deviennent par leurs idéologies et leur position celle-ci un combat sur Dieu et son prophète (s a w) par le texte du prophète de Dieu et ses pareils comme sa parole :
اللهم عاد من عاداهم ووال من والاهم

" ô mon Dieu ! Haïs celui qui les haït aime celui qui les aime."[6]

Ils n'ont pas abandonné la route pure et nuée son propriétaire seulement, plutôt ils ont transformé la réalité et l'ont bouleversé et remplacé par leurs successeurs qui ont pris le pouvoir par la force ils s'éloignent les propriétaires ils les ont mis à la place des califes orthodoxes sans aucune raison ni un argument !

C'est sur ces sophismes et ces extravagances les précédents ont fondé leurs idéologies les pauvres génération sont venues après eux mais elles n'ont pas une religion sauf ces visages transformés, elles deviennent fanatistes par des allusions, ils croient que c'est la réalité, et toute chose qui les contredit c'est une vanité !

Il y a parmi ses savants quand il s'arrête sur ces sophismes son fanatisme s'augmente, il nie ceci et déteste cela, ceci n'est autre chose que l'adoration de la passion.

Il existe entre eux qui arrête à une position des libres de fanatisme et la passion jusqu'à des niveaux qui ne sont pas mauvais et critique ces idées intolérantes, de suivre la majorité et accorde l'excuse aux ascendants et de faire des crimes des adulteres entre eux sous titre de la jurisprudence. Pour argumenter les travaux des certains compagnons.

Il dirent que le prophète de Dieu (s a w) était décédé et abandonné la nation sans imam et laissé la situation avec elle de ce fait.

Ils ont menti sur Allah et son prophète (s a w) mais la chose la plus étonnante est que chaque fois on en parle d'Abu bakri et Oumar et autre, ils les glorifient par cette erreur.

Ils disent : pour eux il est impossible qu'ils laissent la nation sans imam en ce moment la séduction tombe[7]

Si le calife est purifié d'abandonner la nation sans imam ? Est-ce que ce n'est pas le prophète qui est plus apte de cette purification ? Est-ce que les califes avaient une connaissance que le prophète n'avait pas ? Ou bien il (s a w ) était plus moyen de désir sur cette religion et la nation qu'eux ?

lorsque les gens de la réalité les partisans du prophète de Dieu et la sainte famille disent que cela est impossible le prophète de Dieu ne jette pas la perturbation dans sa religion, et sa nation dans des séditions, il ne les abandonne pas sans imam qui est à la capacité de les guider vers la voie droite qui a la connaissance du livre de Dieu et la traduction prophétique il ne les ignore à jamais, purifié d'aimer le monde d'ici bas et suivre la passion c'est pourquoi le prophète de Dieu a dit à l'ordre du seigneur :

وَمَايَنْطِقُ عَنِ الْهَوَى أَن هُوَإِلَّاوَحْيٍٍٍ يُوحَى

" Il ne parle pas sous l'empire de la passion c'est seulement une révélation qui lui a été inspirée " sourate l'étoile verset 3-4

C'est ce que nous avons étudié dans les recherches précédentes.

Quand les gens de la réalité disent cela sous titre de l'obligation intellectuelle sur Allah" c'est à dire il est impossible que Dieu abondant çà il soit miséricordieux l'adversaire riposte et dit : Rien n'est obligatoire sur Dieu et rien n'est impossible sur lui, il impute sur Dieu même le mauvais Dieu est exalté de leurs qualifications puis ils disent, il peut annuler le monothéisme ! Et ordonner la trinité et l'adoration des idolâtres !

En disant que s'il avait fait cela c'était une sagesse et justice, le monothéisme devait être un crédibilité et l'injustice s'il avait voulu choisir un enfant il allait choisir dans sa créature de ce qu'il veut " c'est comme çà ils ont autorisé les plus mauvaise chose sur Dieu-que sa grandeur soit exaltée -par exprès et fanatique !

Si on le dit que Dieu -que sa grandeur soit exaltée -aime ses serviteurs, il fait ce qu'il leurs guide vers son obéissance et éloigne des péchés plutôt un approchaient et renforcement et faciliter - ils contre dirent cela aussi en disant :

Dieu n'a pas autorisé de faire quelque chose pour approcher ses serviteurs vers son obéissance ou de les éloigné de son péché ! Puis ils ripostent par ce qui montre leur faiblesse de la connaissance ils disent :

Si l'amour de Dieu sur ses serviteurs était obligatoire, on n'allait pas trouver un incrédule ni un libertin[8]et pourtant, ils rapportent de gens qui disent Dieu est aimable, qu'ils ne veulent pas dire à degré attribue et coercition seulement c'est la douceur qui approche vers l'obéissance elle est comme une porte mit pour rentrer à la maison.

Aucun intelligent ne dit si la porte est ouverte personne ne reste pas au dehors de la maison sauf qu'il rentre. Il y a dans les deux une différence claire, un intelligent ne l'ignore pas, même s'il est caché pour un partisan fanatitse ses soucis c'est de rester derrière une personne quoi qu'il soit ni autre.

Ce qui leur pousse de tout cela c'est le problème de l'imamat aussi chaque religion et idéologie et un texte sont difficiles d'accorder par ceux qui ont prit l'imamat par la force, ils doivent le répéter et le démentir en demandant les califes ni autre chose, eux ils Connaissent que de croire Dieu est aimable sur ses serviteurs ouvre devant eux la porte vers son obéissance. Il a envoyé les prophètes par sa gentillesse pour qu'ils arrivent à lui connaître et de l'obéir. Il a fait après eux des tuteurs légaux qui portent leurs messages.

Ils les communiquent comme il faut, puis qu'ils n'ignorent rien de ses connaissances et ses jugements comme il avait çà avec leurs autres nations il l'a fait aussi pour les meilleures nations, dans la nation du prophète Mohammed il a choisi des tuteurs légaux d'elle-même, pour qu'ils soient fidèles sur cette religion et sur la nation après le prophète de Dieu (s a w).

S'ils ont cru cela, ils vont connaître que leurs successeurs étaient égarés de l'ordre du prophète de Dieu (s a w) et les récits du message. C'est pourquoi ils démentissent, ils ont imputé Dieu par tous les mauvais, mais ils ne sont pas satisfaits de citer les mauvais faits commais par leurs successeurs.

________________________________________

[1] El Ahkam el soultania édité par farra'a page 20à 23.

[2] El Ahkamoul soultaniya édité par farra'a page 20, 22, 23.

[3] El Ahkam soultaniya édité par farra'a.

[4] Moulim dans son ouvrage sahih volume 4 page 1873 , 2408, sahih mouslim commentaire de Nawawi volume15page 179, 181 sounan tirmizi volume5 page 662,3786.Sounan darami volume 2page 431 et Mousnad Ahmad bun Hambal volume 3 page 14,17 ,26et 29 volume 4 page 367, volume 5 page 182,189 et touhfatoul Ahwazi volume 10page 287 289, 3874, 3876.

[5] c'est la tradiction prophètique El khadir dont nous avons repliquer plusieurs fois comme Allama El Amini a detaillé cela dans son ouvrage el khadir volume 1 page 14, 72, nous avons cité certains, nous le repliquons ici ceux qui l'ont reconnu sans raconté tous ceux qui l'ont rapporté. 1. Tirmizi dans son ouvrage sounan volume 5 page 633, 1713 kitab el Manaquib il dit "c'est un hadith juste ".

2. Ibn Abdel Birri volume 2 page 273 il dit : tout cela est une influence " Taharani dans son ouverage Mouskiloul Athar volume 2 page 8 "ce hadith est juste il n'est pas accusé par personne.

3. Hakim dans son ouvrage el Moustadrak volume 3 page 109, 110.

4. Ibn Kathir dans son ouvrage El Bidaya et Nihaya volume 5 page 209dans le troisième volume il dit : notre cheikh Abou Abdoullah zahary dit : ceci est un hadith juste.

5. Ibn hadjar El asqualani dans son ouvrage fathoul Bary.

6. ibn Hadjar El Makki dans Saza'igh El Mouhrigh il : c'est un hadith sans doute.

7. el Djawzi-a-safa'i dans Asnal Matalib page 48 il dit : il est juste dans plusieurs version il est frequent de l'imam Ali (a) le maitre des croyants, il est frequent de prophète Mohamed (s a w) cela netite pas au consequance par celui qui essaye de le transformer et qui n'est pas renseigné dans cette connaissance il est rapporté par des hommes de confiance.

[6] Sounan Tirmizi volume 5 page 360, 3962 et Ibn Madiah dans son sounan volume1 page 52, 145 il l'a rapporté à travers de Zeyd Bun Argham qu'il a dit : le prophète de Dieu a dit à Ali et Faitima et Hassan et Houssaine : je suis paix à celui qui l'etabli avec vous je suis combatant à celui qui vous combattent " Ahmad aussi l'a rapporté dans son Mousnad volume deux page 442 Bakhari aussi dans son ouvrageMasabih sounna volume 4 page 19 et Hakim dans son Mousnad volume trois page 149, en ce moment de combattre Ali et Hassan et Al housseine c'est de combattre le prophète de Dieu (s a w)

par le texte de ce reçit, tu as compri déjà ceux qui les ont combattu au nom de(guide des croyants comme Ma'awiya l'adulteur et son fils et ses homologues dont les wahabites n'ont pas cessé de les considerer des examplaires !

[7] el Ahkam el soultaniya page 10

[8] Charhoul Maghassid.

LA DEUXIEME PARTIE
DES MENSONGES ET DES EXTRAVAGANCES SUR LES CHIITES IMAMITES.
LA PREMIERE RECHERCHE : Des extravagances sur la dénaturation du saint Coran.
LA DEUXIEME RECHERCHE: l'expression de la pensée (Al Bada'a) et la connaissance de Dieu
Des extravagances sur la dénaturation du saint Coran
Une véracité un mot résumé de livres de hadiths chez les deux côtés.

Ajoutes à ta connaissance cher musulman que les ouvrages fondamentaux chez les chiites sont quatre le premier ouvrage est kaffi édité par kouleini 329 de l'hégire, ensuite l'ouvrage " Manla yahadourou houl faghih " par Seikh Sadough 381 de l'hégire puis El Istibsar et Tahzib sont tous édités par cheikh Touchi (460 de l'hégire) ces livres là s'appelle les quarte principes.

Les chiites ne les considèrent pas les plus justes livres après le livre de Dieu, au contraire du public (sounnites) dans Sahihil Boukhari et Mouslim comme il paraît à celui qui suit le déroulement de leurs paroles hier et aujourd'hui, çà suffit qu'ils les appelles " Sihahs " ! Méfies-toi de leur exagération par " Sahihain " ! Zahri et Sarkhasi par exemple et ibn Taimiya ont annoncé que tous ce qui se trouve dans ces deux livres chahihain sont correcte, kasmiri a rapporté dans son ouvrage Faidoul bari sur Sahih El Boukhari sous titre " le dernier mot que les récits de deux " a-sahihain " sont toutes correctes puis il dit : faite à ta connaissance que l'opinion général (El ijma'ou) est tombé d'accord sur Boukhari et Mouslim.[1]

Nous trouvons qu'Ibn Khaldoun a déclaré dans son ouvrage de l'histoire d'une l'opinion générale c'est sûrement la nation a gardé avec les deux livres (a-sahihain) pour travailler ce qui se trouve de dans puis il dit : Il y a dans l'opinion générale la plus grande protection et la plus grande défense.[2]

Il veut par cette parole défendre toute parole qui contredit cette opinion générale !

Il existe dans Oumdatoul ghari'i (les savants et les sounnites " sont tombé d'accord qu'il n'a aucun livre correct après le livre de Dieu sauf Sahihil Boukhari et Mouslim.[3]

Celui qui reçoit le préface de fathoul bary et oumdatoul ghari'i et rechad sari et wafiyatoul ayan et sahih Mouslim commentaire denawawi et kachfou zounoun trouvera tous les savants sounnites ont conclu un accord sur cela, plutôt le plus mauvais que tout cela tous les traducteurs et les contemplateurs d'El Boukhary rapportent qu'il a dit : J'ai pris ce livre entre deux cent mille hadiths vrais !

En échange de cela nous trouvons que les chiites ont pris une position modérée de ces quatre livres commencer par El kaffi de seikh Sadough dans son ouvrage Manla yahadourou houl faghih la partie de deux exécuteurs testamentaires chacun prend la moitié de l'héritage [4]et le jeune de tatawou'ou (celui qui a jeûné difficilement) et sa récompense[5]et seikh Moufid dans Diawabat Ahlul Moussil [6] et Seyyed Charif El Mourtada dans Diawabat Massa'il rassiya et Diawabat Massa'il Trabloussi'a-Thalitha et trabloussiya et A-tabaniyat et les autres qui sont venues après eux parmi les savants chiites jusqu'à nos jours.

Sûrement ils ont montré leurs positions émancipées de liens du fanatisme vis à vis des narrations El kaffi et autres parmi leurs ouvrages des hadiths personne d'entre eux ne peut pas se tromper dans une pote quelle d'eux et les appelle au contraire de leurs noms, puisqu'il n'existe pas un livre dans le dictionnaire des chiites qui ne contient pas des défauts (sauf le livre de Dieu) personne n'a dit que les narrations de kaffi tous déterminent la raison, ni l'opinion générale surtout ce qui est de dans, sauf si nous avons exeptionné de ce que les informateurs (al -Akhbariyoun) ont opiné comme Al Istirbadi qui a voulu faire les hadiths de kaffi sont tous surs de ce qu'il a adopté par des textes qui ne sont pas accordés par tout ceux qui ont vécu avec lui et ceux qui sont venu après lui ! ca suffit que le dernier narrateur d'El-Akhbariyine et Al Mirza Annouri approuve sur son acte dans son ouvrage " Moustadrakoul Wassa'il ".

Voici Kouleini il n'a pas annoncé l'authenticité des hadihs El kaffi, comme Boukhary a annoncé l'authenticité de tous les hadiths de son ouvrage, tous les sounnites l'ont suivis jusqu'à ce qu'ils annoncent leur opinion générale dans çà comme nous l'avons vu.

Des mensonges sur le livre El kaffi par une situation de soupçon de dénaturation du saint Coran.

Si tu as compris cela, ajoutes à ta connaissance que certains parmi eux ont dit que les chiites de nos jours se taisent sur les défauts de leurs savants précédants plutôt ils essayent de défendre ces défauts qui obligent l'incrédulité comme les narrations soupçons du dénaturation (Coran) dans le livre de kaffi édité par seikh El kouleini en demandant est- ce qu'il y a une place de doute pour accuser celui qui rapporte la dénaturation par l'incrédibilité, Allah a dit dans le saint Coran

(إِنا نَحْنُ نَزَّلْنَا الذِّكْرَوَإِنَّالَهُ لَحَافِظُون َ)

" Nous avons fais descendre le rappel ! nous en sommes les gardiens" El hidjr sourate 15

la ripostation de ces mensonges et le traitement de ce soupçon :

Je dis la réparation d'une erreur-en tant qu'il n'est pas intentionnellement-danstous les livres, parmi les livres du patrimoine chez tous les musulmans et dans toute leurs doctrines ne finiront pas par accuser son auteur par des incrédibilités, uniquement ont montré où se trouve l'erreur pour pouvoir l'éviter.

Quant à celui que son erreur est intentionnellement de son auteur la situation est différente. Chacun selon le modèle de s'errer et le niveau et la qualité et son impression, chacun d'entre eux a un détail.

supposez que cette erreur c'est ce qu'il occasionne l'apostasie de sa religion, l'intéressé à la connaissance de cela, et le piste dans çà, son jugement ici n'est pas un jugement de celui qui a mélangé ou un inconscient ou un distrait, et celui qui est forcé, même s'il n'est pas forcé en réalité or qu'il se vante d'être forcé, on accepte pour lui et on ne juge pas son apostasie, puis on ne le tue pas, parce qu'il est affirmé chez les musulmans le soulèvement de ces choses le prophète de Dieu dit :

رفع عن أنأمتي تسعة أشياء: الخطا والنسيان وماأكرهواعليه ومالايطيقون, ومالايعلمون, ومااضطروا إليه, والحسد والطيرة, والتفكّر في الوسوسة في الخلق, مالم ينطق بشفة.

" Neuf choses sont soulevés sur ma nation : l'erreur l'oublie, et ce qu'ils ont forcé, et ce qu'ils ne supportent pas, et ce qu'ils ne connaissent pas, et ce qu'ils sont obligés, et la jalousie, et la réflexion dans les scrupules dans la créature en t'en qu'ils n'ont pas prononcé."[7] En tant que l'affirmation n'a pas eu lieu. S'il est affirmé, on regarde son l'islam à fin de son apostasie est ce qu'il était de sa nature à fin de l'exécuter sans régularité ? Par la traduction prophétique

من بدّل دينه فا قتلوه

" Celui qui renie sa religion tuez-le."

Ou bien son apostasie était d'une religion, on lui demande de retourner dans sa religion, s'il se repenti on lui accorde, si non on l'exécute après le désespoir

En tout cas celui qui croit la négation du doute dans l'accusation des savants aussitôt qu'on présuppose la matérialisation de leurs paroles par l'ambiguïté de la dénaturation du Coran.

Il nous a affirmé son ignorance. Il n'avait ni la connaissance précédente du saint Coran ni la jurisprudence de musulmans, ni les livres des traductions prophétiques, ni les dépositaires des doctrines. Certainement il n'a pas de problèmes de ce qu'il croit par le récit rapporté (les neuf choses soulevés). Il y a d'entre elles (de ce qu'ils ne connaissent pas).

Les savants chiites imamites sont tous tombés d'accord sur l'incrédibilité de certains compagnons d'imam Ali (a) comme Abil khattab et ses compagnons malheur à eux ! Ils ont surnommé Diafar le fils de l'imam El hady un menteur bien qu'il était fils d'un imam et le frère d'un imam et oncle d'un imam parmi les imams de la sainte famille (a), eux ils ne craignaient pas le blâme pour démentir un menteur, et maudir un ignorant égaré et incrédule, plutôt ils disaient l'incrédulité quel qu'en soit, c'est pourquoi eux ils maudissent comme celui dont Boukhary a rapporté dans son ouvrage Asahih la narration de l'enchevêtrement de soi : Je veux dire Oumar bun Hattane soudaissi le poète d'El khawaridj celui qui a fait éloge pour Abderrahman ibn Maldjam malheur à lui -parce que celui qui a assassiné imam Ali-par sa poésie où il a dit : Quelle belle frappe d'un pieux, qu'elle n'était pas voulue sauf avoir la satisfaction de Dieu.

En même temps nous voyons celui qui le défend parmi les adversaires, ils rapportent de Adiali son resserrement ![8]

Où se trouve la justice ? Où sont les silencieux sur le faux et ceux qui le défendent entre nous ? Tu vois la paille dans l'œil de loin tu ne vois la poutre dans ton œil.

La discussion sur la source de l'ambiguïté et l'affirmation de leur fausse argument.

Ici si nous retournons à la source d'ambiguïté nous ne trouvons pas quelque chose qui l'indique dans le livre d'El kafi d'une façon qu'il affirme la dénaturation du Coran chez Kouleini, nous témoignons que les argumenteurs qui ont dis la voie de seikh kouleyni et la dénaturation ont suivi deux arguments.

Le premier argument :

Kouleyni a rapporté des narrations sur le sujet de la dénaturation.

Les provocateurs de cette ambiguïté ont dit : que Kouleini a rapporté des narrations dans ce sujet puis il n'a pas parlé de ses diffamations !

La discussion du premier argument :

Ajoute à ta connaissance que la réponse de leur premier argument parvient de kaffi même avec notre avis au lecteur que nous n'accordons pas que kouleyni a rapporté de cette façon clairement sauf dans une seule version qu'il a rapporté sous le titre " a-nawadir" quant à l'excepter, il n'a pas un argument qui dit qu'elle est dans le cercle de dénaturation prends cette détaille.

Quant à la narration qui a été diffamé sur le Kaffi et les chiites aussi, c'est ce qu'il a été rapporté de la partie " A-nawadir"

les hadiths rares dans Oussouloul Kaffi volume 2 page 463 qu'il est rapporté de Abi Abdoullah (a) qu'il a dit :

إنّ القران الذي جاء به جبرئيل (ع) إلى محمد (ص) سبعة عشر ألف اية

" Le Coran dont saint Gabriel (a) a envoyé sur Mouhamed sont dix-sept mille versets ".

Au dehors de la discussion du chaîne de la narration, elle n'est pas rapporté sauf d'une seule version et dans le kaffi pas seulement dans tous les ouvrages chiites, elle est donc parmi les narrations faibles (al ahad) elle est rapportée aussi dans la partie de narrations rares (a-nawadir) une narration rare est celle qui est excepté et non pratiqué, il est rapporté de l'imam Sadigh (a) dans le même ouvrage d'abandonner les narrations rares dont qu'elles ne sont pas connues, prenez les narrations accordés par l'opinion générale (El idjma'ou) parce que celles-là n'ont pas une doute[9]ca veut dire que kouleyni avait une information claire de l'Anatolie de la narration parce que lui-même il l'a mit dans les narrations rares, et celui Même qui a rapporté d'abandonner une version rare, comment on peut penser après cela qu'il croit la réalité de ce qu'il a rapporté dans ce domaine ?

Si nous ajoutons cela sur ce qui a été rapporté précédemment incompréhension de celui qui a dit la sûreté de la polmilguation de narration El kaffi, et kouleyni n'a jamais déclaré ni témoigné la sûreté de tous ce qui se trouve dans son livre avec ce qu'il a dit des règles pour différencier une information vraie et fausse dans la partie complète parmi les parties d'oussoul El kaffi. Il a rapporté douze hadiths pour connaître ces règles, le plus meilleurs entre eux c'est de prendre ce qui correspond avec le saint Coran et la sounna fixe.

La position de kouleyni vers les narrations faibles et rares est comprise. Ils ne sont pas accompagnés de génie mentale ou un rapport avec la contreversions de l'opinion général (El idjma'ou) de chiites imamites sur le deçà vie de dénaturation du saint Coran comme il est la parole déclaré de Siekh Sadough 381 de l'hégire et seikh El Moufid (413) de l'hégire) et seyyed El Mourtada (436 de l'hégire) et Seikh Touchi (460 de l'hégire) et des autres parmi les savants de cette doctrine et ses Seikh comme Allama Seyyid Ali El Milani dans son livre "l'enquête dans la négation de dénaturation du saint Coran[10]" mais on peut dire que l'idée de kouleyni est comme vous avez rapporté face à cette information pourquoi alors il l'a rapporté ? Est-ce qu'il y a d'importance à une narration mantis par exemple ?

La réponse est que nous n'acceptons pas que la narration de kaffi était par les mêmes mots cités (dix-sept mille versets) chez kouleyni, aussitôt en apparence qu'elle est transformée par une erreur du duplicateur, le juste comme il se trouve dans plusieurs ouvrages c'est (sept mille Versets) on dirait que le duplicateur de cette information trouve que le nombre est peu considérable (sept mille versets) il écrit à sa place (dix-sept mille versets) ce qui montre sur ça est que les savants chiites et certains sounites ont rapporté cette narration même de kaffi par le mot (sept mille hadiths) cela montre la divergence dans les exemplaires de kaffi surtout dans cette situation, dans ces mots précédents avec la divergence des exemplaires de kaffi surtout dans ce cas Cité la Protestation Se soulève parce qu'elle est contraire de la position de Kouleyni qui dit :

Abandonner une narration rare dont celui qui n'est pas connue, prenez celle qui est connue comme Kouleyni lui-même a déclaré cela.

Quant à celui qui a cité (sept mille versets) sont :

El Mouhqghigh Faydoul kassani (1041 de l'hégire).[11]

Moussa Diaroullah et Tourkistani (1369 de l'hégire).[12]

Abdoullah bun Ali Al ghassimi El wahabi.[13]

Abu Zouhra (1394 de l'hégire ).[14]

Docteur Wahady Ahmad Mouhammad.

Ihsane Ilhi zahir.

Si cela se décide par l'impossibilité de l'accorder de ceux-là-ils viennent des points différents-sur une chose à faveur de kaffi. Il y a d'entre eux celui qui lève sa voix pour diffamer sur son ouvrage et sa doctrine ajoute à ta connaissance que le nombre est (sept mille versets) elles ne sont pas adressées le but de dénombrement qui correspondent avec les nombres des versets, mais cela est venu à titre d'une manière absolue le nombre complet qui correspond avec la réalité après le retranchement des fonctions ou bien les complètes comme il est habituel à titre de tolérance parce que le but ne concerne pas de citer les fonctions imparfaites ou bien le redondante puisque le nombre des versets coraniques sont connues qu'ils n'atteignent pas sept mille versets, elles sont Six milles deux cent trente six versets.[15]

Cela est pareil de ce qu'il a été rapporté de l'imam Zeinoul Abidine qu'il ne cesse pas de pleurer après la martyre de son père Houssein pendant quarante ans et pourtant l'imam Ali Zeinoul Abidin n'est pas vécu après le fait du karbala plus de trente cinq ans dans toutes les versions, cela est contraire si nous avions voulu par le nombre qui correspond avec la réalité comme se trouve dans les versions de cette ambiguïté dans les livres sounnites nous citerons une partie d'elle sous le titre de :

Des pareilles narrations d'El kaffi dans les livres sounnites :

Sadjistani a rapporté de Yaya bun Adam qu'il a dit sur 1/7 du Coran : La première partie 547 versets, la deuxième partie 590 versets, la troisième partie 651 versets, la quatrième partie 953 versets, la cinquième partie 868 versets, la sixième parie 986 versets et la dernière partie 1624 versets.

Il dit dans Masahif après qu'il a cité cela de Yaya Ibn Adam (tous les versets coraniques sont six milles deux cens vingt-neuf versets il y a dans la totalité une diminution de trente versets dans le calcul."[16]

Je dis le nombre n'est pas comme il a cité puisque la totalité des versets dans ces parties font six mille deux cent dis neuf (6219) quant au nombre Sadistani quand on ajoute trente elles deviennent six mille deux cent cinquante neuf 6259 versets, cela est si nous supposons dans le premier chiffre par l'inattention du copiste, personne n'ignore que ce chiffre du fond encombre ne correspond pas avec la réalité malgré de vouloir la correspondance par l'argument de citer les fractions, ce qui se trouve dans le moushaf selon l'exemplaire imprimé par l'assemblé Malik Fahd bun Abdel Aziz à Médina laminée en 1414 de l'hégire sont six mille trois cent trente six 6236 versets sans doute que cette différence a son influence parce que le but de leurs calcul sur les versets coraniques selon les uns septièmes ne sont pas les chiffres vitativistes qui sont proches au versets coraniques.

Ils Ont voulu seulement un chiffre qui la correspond, il était nécessaire de signalé cela.

Que le problème est que le recensement public (sounite) de ce qui se trouve dans le saint Coran les soutes et les versets n'ont pas pris fin ici comme nous allons voir de leurs narrations !

Ils ont rapporté de Zoubeirou qu'il a rapporté d'Aïssa quelle a dit : Nous lisions la sourate El Ahzab à l'époque du prophète de Dieu (s a w) deux cents versets lorsque Outhmane l'a écris, il n'a pas pu de la rédiger sauf comme elle est aujourd'hui.[17]

Ils ont rapporté de Zirrou Bun Diaisse qu'il a dit : Oubbay bun Ka'ab m'a dit : Vous comptez sourate ahzab combien de versets ? Je dis :

soixante-treize versets ou soixante-quatorze versets il dit : elle se comparait avec sourate baghara ou bien elle était plus longue qu'elle. Ibn Hazim dit dans son ouvrage El Mouhalla de la saine de cette narration " C'est un hadith clair il n'a pas clin d'œil" si tu ne connais pas que sourate El baghara contient deux cent quatre vingt six versets, et la sourate Al Ahzab contient soixante treize versets la quantité manquant de ses versets sera selon cette narration sont deux cent treize versets soit plus " soit elle est plus longue " quant à la quantité dans la parole d'Aïssa elles sont cent vingt sept versets, tandis que nous trouvons Ibn Habban dans son ouvrage sahih rapporte de Oubbay bun ka'ab que le sourate El Ahzab se compare avec sourate Nour et pourtant sourate Nour contient soissante quatre versets.

Celui qui revoit sahih Mouslim et Douhran pour Zarraski et dourroul manthour dans le commentaire de sourate bayyina va connaître que leur recensement est diminué de ce quelle est aujourd'hui de cent vingt un versets parce qu'ils ont rapporté de Abu Moussa Al Ach'ari et autre qu'elle est longue comme sourate bara'a c'est à dire elle a cent vingt neuf versets entre tant que le Coran témoigne qu'elle a seulement huit versets.

Ce que nous avons dis sont moyens que le recensement d'Oumar bunil khattab sur les lettres coraniques comme se trouve dans la narration de Tabrani, certainement Souyouty a témoigné cela dans son ouvrage Al-itghan prends le texte dont qu'il a rapporté d'Oumar en disant : qu'il a dit : " Le Coran contient un million de lettres celui qui le récite avec la patience il aura chaque lettre une femme nymphe au paradis.[18]

Ici qu'il nous faut une ralentie et nous disons ce qui a été rapporté dans le recensement du saint Coran est : de Ibn Mas'oud 322670 lettres. De Ibn Abbass deux versions premièrement : 326221 lettres.

Deuxièmement 323670 lettres.

De Moudjahid 620621 lettres.

D'Ibrahima tamini 323015 lettres, Abdoul Aziz Ibn Abdoullah 321200les autres, ont dis : 321000 lettres.

Tous ces rapports sont cités par Abdoullah Nasr bun Mouhammed samaragandi El hannafi dans son ouvrage boustan El Arifine, mais le recensement de l'ordinateur montre que les chiffres des lettres ce saint Coran est égal 3307330 lettres depuis là on peut connaître les rapports publiques ne correspondent pas à la réalité des lettres du saint Coran.

Il est rapporté d'Oumar que les lettres du saint Coran sont 1000000 lettres avec la comparation de ce nombre avec un autre nombre de ce que nous avons cité les lettres diminuées seront deux multiples du Coran :

كَبُرَتْ كَلِمة تَخْرُجُ مِنْأَفْوَاهِهِمْ إِن يَقُولُونَ إِلَّاكِذْبََا

"La parole qui sort de leurs bouches est monst-rueuse, ils ne properent qu'un mensonge."

C'est tous ce que je connais des narrations de kaffi dans la partie des narrations rares le but de ces narrations sont complètement contraires de ce que j'ai entendu de ces fausses narrations.

Un retour à certaines narrations de kaffi.

Quant à ce qui est dit dans leur argument comme ils disent qu'il y a beaucoup de narrations dans kaffi de ce sens (dénaturation) c'est une fausse parole parce que tous les autres narrations n'indiquent pas sur l'accusation, mais leurs contenues ne sont pas bien compris, soit c'est la contradiction de la lecture coranique ou bien c'est l'argumentation d'illustration du Coran.

L'explication du texte ou bien son commentaire comme il est détaillé chacun à sa place par une étude critère approfondie pour toutes les narrations et discuté ses chaînes de transmetteurs et ses contenus.

prends certains parmi ces narrations :

1-kouleini a rapporté par cette chaîne d'Abu Abdoullah (a) qu'il a dit :

قرأ رجل على أمير المؤ منين (ع) (فانهم لايكذبونك ولكن الظالمين بايات الله يجحدون) فقال :بلى والله لقد كذبوه أشد التكذيب , ولكنها مخففة (لايكذبونه) لاياتون بباطل يكذبون به حقك .

" Un homme a récité devant le maître des croyants (a) ce n'est toi qu'il traite de menteur ce sont les signes de Dieu que les provocateurs nient bien sur eux l'ont traité à l'extrême mais ils n'envoleront pas un faux pour démentir ta raison."[19]

Tabrassi a mentionné dans Maj ma'oul bayane que la lecture allégé c'est une lecture de Nafi'a et kassani et Aissat la fille d'Abu bakri c'est lecture de l'imam Ali (a) qui est rapporté de l'imam Sadigh (a) quant à les autres, ils ont lu par un fatha sur le kaf avec un sadda. La pareil de cette narration existe dans kaffi aussi, comme la lecture ذَوَا عَدْلٍ) par ( ذُو عَدْلٍ مِنكُم et personne n'ignore que cela est une divergence du lecture, elle n'a aucune relation avec l'accusation du dénaturation, mais par la charité divine et autre on exclure pas d'eux de reprendre comme ces narrations sur kaffi, par la cause de leurs ignorance ou bien valoir la séduction et la déformation.

2-Il est rapporté de l'imam Diafar qu'il dit :

وَلَوْأَنَّهُمْ فَعَلُوامَا يُوعَظُونَ بِهِ (في علي) لَكَانَ خَيْرا لَهُمْ .

" S'ils avaient fais ce à quoi on exhorte (d'Ali) ce serait mielleux, pour eux. " sourate 4 verset 66

il y a des autres narrations qui déclarent par le nom de l'imam Ali (a) soit dans le milieux du verset ou une autre place d'elle, ils ont rapporté de chemin droit je m'impose " sourate 15 verset 4l, a narration se trouve dans oussouloul kaffi, ces surplus il n'a aucun doute qu'ils sont des surplus objectivations, sa veut pas dire qu'ils sont de la source du saint Coran le preuve qui montre cela ce que kouleyni a rapporté lui même de deux versions de Abi nassir, qu'il a dit : J'ai demandé Aba Abdoullah (a) de cette parole de Dieu.

أَطِيعُواالَلهَ وَأَطِيعُواالرََََََََّّسُولَ وَأُولِي الَامْرِ مِنكُم) فقال : نزلت في علي بن أبي طالب والحسن والحسين (ع).

" Obéissez à Dieu ! Obéissez au prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité " puis il dit : que ce verset est descendu sur Ali bun Abu Talib et Hassan et Houssein (a) je lui dis : les gens disent pourquoi il n'a pas cité Ali et sa famille dans le livre de Dieu -que sa grandeur soit exaltée - il dit :

قولوالهم إنّ رسول الله (ص)نزلت عليه الصلاة ولم يسم الله لهم ثلاثا ولا أربعا حتى كان رسول الله (ص) هو الذي فسّرذلك لهم ونزلت عليه الزكاة ولم يسم لهم من كل أربعين درهما درهم, حتى كان رسول الله ( ص) هو الذي فسّر ذلك لهم, ونزل الحج فلم يقل لهم : طوفوا ?سبوعا, حتى كان رسول الله هو الذي فسّر ذلك لهم ونزلت :( أطيعوا الله وأطيعواالرسول وأولي الامر منكم)

نزلت في علي والحسن والحسين فقال رسول الله (ص) أوصيكم بكتاب الله وأهل بيتي فاني سالت الله عز وجلّ أن لايفرق بينهماحتى يوردهما علي الحوض فاعطا ني ذلك .

"Dictez-les que la prière est descendue sur lui mais Dieu ne leurs pas dit la quantité de prière c'est trois ou quatre raka'a jusqu'à ce que c'est le prophète qui faisait détail pour eux, l'aumône est descendu sur lui, il n'a pas déterminé pour eux qu'à chaque quarante dirhams qu'ils leur faillent donner un dirham, c'est le prophète de Dieu qui les faisait le détail, le pèlerinage était descendu, il ne les a pas dis : Tournez au tour de la Kaba une semaine c'est le prophète qui les donnait le détail ce verset coranique descendu (obéissez à Dieu obéissez le prophète et à ceux qui d'entre vous qui déteniez l'autorité il est descendu à propos d'Ali et Al hassan et Al houssein, le prophète de Dieu a dit : Quiconque je suis son maître Ali est son maître puis il (s a w) dit : Je vous confie le livre de Dieu et ma famille j'ai demandé Dieu -que sa grandeur soit exaltée - de ne pas les différencier jusqu'à ce qu'ils me trouvent à l'oasis, puis il m'a accordé cela."

Si ces surplus était l'origine du Coran dans les avis d'Ahlul Bait (a) la réponse devait être nécessaire plus mieux que le détournement le questionnaire sur ce que la traduction prophétique a expliqué comme nous ne l'ignorons pas.

3-Ils ont rapporté de l'imam Ali sagigh (a) a dit :

كان علي بن الحسين (ع) يقول :إَنَّا أََنزَلْنَاهُ فِي لَيْلَةِ الْقَدْرِ (صدق الله عزوجل أنزل الله القرآن في ليلة القدر)وَمَاأَدْرَاكَ مَالَيْلَةُ الْقَدْرِ (قال رسول الله (ص) : لاأدري, قال الله عزوجل) لَيْلَةُالْقَدْرِخَيْرُُ مِنْ أَلْفِ شهَرٍ).

" Ali bun houssein disait : " Nous l'avons fait descendre durant la nuit du décret (Dieu- que sa grandeur soit exaltée tient sa promesse il l'a fait descendre durant la nuit du décret) comment pourrait- savoir ce qu'est la nuit du décret (le prophète de Dieu dit : Je ne sais pas, Dieu -que sa grandeur soit exaltée dit : " la nuit du décret est meilleure que mille mois " ou la nuit du décret n'existe pas "[20]

J'ajoute que l'éclaircissement de ces surplus personne n'ignore qu'ils ne sont pas l'origine du saint Coran dans l'idée de kouleyni.

Ces pareiles surplus élicidatives existent dans Sahihil Boukhary et Mouslim. Il y a parmi cela ce qu'ils ont rapporté d'ibn Abass qu'il a dit :

(Le prophète de Dieu (s a w) remuait sa langue et ses lèvres lorsque saint Gabriel descendait avec la révélation, la prononciation devenait difficile pour lui (s a w) saint Gabriel savait cela de lui, Dieu fait descendre ce verset :

لاتُحَرِّكْ بهِ لِسَانَكَ لِتَعْجَلَ بِهِ (أخذه) إِنَّ عَلَيْنَا جَمْعَهُ وَقُرْآنَهُ (أن ّعليناأن نجمعه في صدرك وقراءته فتقرأه ) فَاَذاَقَرأََنَاهُ فَاتَّبِعْ قُرْآنَهُ.

" N'en remue pas pour autant ta langue avec ceci comme pour le hâter (il le prend) à nous, oui son ordonnance et sa récitation (c'est à nous de le collectionner dans ton cœur et sa récitation pour que tu le lises)quand donc nous l'aurons récité, alors suit sa récitation." Sourate de la résurrection verset 16, 18 et sahih Mouslim volume 1 page 33o,147, 1481 la partie de l'écoutation du saint Coran ; pourtant Souyouty a rapporté dans son ouvrage Dourroul Mansour à travers Abdel razak et Abdel hamid et ibn Diarir et Mouhamad bun Nasr et ibnoul Mounzir dans la parole de Dieu :

(ليلة القدرخير من ألف شهر )

" la nuit du décret est meilleur que mille mois ".

Ils disent qu'elle plus meilleur de mille moi qui n'ont pas une nuit décret et finalement kouleiny aussi a rapporté sourate ghadri sans ces détailles par la lecture de l'imam Sadigh (a).

Le deuxième argument : ils ont riposté sur les titres de la référence de kaffi :

Ils ont riposté sur ce que kouleyni a titré dans son ouvrage al kaffi, ils visent de cela (la partie personne n'a collectionné tout le Coran sauf les imams infaillibles) en disant que les groupes des savants connaissent les figures de leurs livres.

C'est l'idée de ceux qui ont provoqué cette ambiguïté autour du livre Al kaffi comme la charité divine apparente et ceux qui sont venus avant lui et après lui[21] Ils n'ont pas le troisième argument sur ce qu'ils disent selon notre recherche poursuit.

La réponse du deuxième argument

L'ensemble des narrations nous citons parmi elles :

1- Ils ont rapporté d'Abu Abdillah qu'il a dit : Le prophète Quant à leur argument c'est ce que tu as compris c'est le problème de titrer les parties de son livre nous disons en réponse de cet argument que cet argument doit être pour kouleini après l'invertir ni contre lui.

Pour éclaircir nous disons qu'il a titré dans son ouvrage El kaffi sous titre "prendre la sounna et témoignage du livre " il a rapporté de dans que Dieu dit :

إنّ على كل حقّ حقيقة, وعلى كل صواب نورا فماوافق كتاب الله فخذوه وما خالف كتاب الله فدعوه.

1-" Il y a sur chaque raison une réalité, il y a sur chaque raison une lumière, toute chose qui est d'accord avec le livre de Dieu prenez -le et tout ce qui contredit le Coran déposez-le".

Le but est clair de laisser ce qui contredire le livre c'est de ne pas le pratiquer après l'affirmation que la contradiction est sur le point de la réalité ni la contradiction doutée de dans dont qu'il est possible de le soigner.

Ils ont rapporté après Abu Abdillah (a) qu'il a dit :

كل شيء مردود إلى الكتاب و السنة وكل حديث لايوافق كتاب الله فهو زخرف.

2- "Toute chose est comparé sur le livre de Dieu et la traduction prophétique, chaque hadith qui ne correspond pas avec le livre de Dieu est enjolive."

Ils ont rapporté après lui (a) qu'il a dit le prophète de Dieu avait fait un discours à Mina il dit :

أيها الناس ماجاءكم عني يوافق كتاب الله فانا قلته ,وماجاءكم يخالف كتاب الله فلم أقله.

3- " ô gens ! Tous ce que vous parviennent de moi qui corresponds avec le livre de Dieu c'est moi qui le dit et tous ce qui vous parviennent contredire le Coran c'est pas moi qui le dis "

Si on peut connaître les positions des savants à travers leurs traductions pourquoi la position de Kouleiyni ne sera pas rejeter tous les hadiths qui ne correspondent pas avec le livre de Dieu et la traduction prophétique et considérée des enjolives de la parole aucun prophète ni un serviteur les dit ?

A partir de là la partie dont kouleyni a écris dans oussouloul kaffi sous le titre de "Tout le Coran n'est pas collectionné sauf par les imams (a) ils ont toute sa connaissance" ce titre n'indique pas diminution dans les versets coraniques qui se trouve chez nous ni un surplus sur ce qui est collectionné par les imams, peut être ne rappelle pas cela sauf celui qui a un esprit intelligent.

Il est mentionné dans le premier hadith de cette partie indiqué par une chaîne correcte de l'imam Al Baghir (a) qu'il a dit :

ماادعى أحد من الناس إنّه جمع القرآن كله كما أنزل إلاّ كذّاب, وماجمعه وحفظه كما نزّله الله تعالى إلاّ علي بن أبي طالب (ع) والائمة من بعده (ع).

" Il n'y a aucune personne parmi les gens qui prétend qu'il a collectionné tout le Coran sauf un menteur, personne ne l'a collectionné et récité

comme Dieu l'a fait descendre sauf Ali ibn Abi Talib (a) et les imams après lui."

Pour comprendre la réalité de ce hadith qu'il nous faut deux choses :

1- Affirmer que l'imam Ali (a) avait un moushaf (volume).

2- démontrer la substance de ce moushaf. puis nous disons :

Quant à l'affirmation que l'imam avait un moushaf (volume) c'est ce que les savants sounites ont affirmé eux-mêmes Sadjistani a mentionné par sa chaîne après ibn Sirine il dit : lorsque le prophète de Dieu (s a w) est décédé Ali (a) jura qu'il ne porte pas son abaye (vêtement) sauf pour la prière du vendredi à fin de collectionner le Coran dans un volume puis il fit).

Ibn Nadid a déclaré cela comme Souyouty a mentionné dans son ouvrage El itghan, et l'ouvrage d'Abu Na'im " Hilatoul awliya, et ghatiboul bagdady dans son ouvrage Al arba'in et autres selon la recherche de Seyyed Sadr . Alors il y a parmi les sounnites qui sont tombés d'accord avec Kouleiyni que l'imam Ali avait un moushaf (volume) où il avait collectionné les versets coraniques personne n'a était devant lui parmi les compagnons du prophète (s a w) comme cela est manifesté dans la narration d'bn Sirin.

Quant à la nature de la subsistance de ce moushaf (volume) peut être connu à travers de celui qui réfléchit la narration précédente de kaffi, l'expression comme il est révélé (كماأنزله الله تعالى)"comme Dieu l'a fais révéler" il y a dans les deux expressions une induction claire que la méthode du collection était selon la disposition de la révélation des versets, il n'était pas par la disposition connu aujourd'hui tu trouves certaine sourate qui sont descendu à Médina contient sur des versets qui sont descendu à la Mecque et par contraire.

Pour éclairer cela prenez l'exemple qui suit :


4
le verset de la purification : DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE le verset de la purification :
إِنَّمّا يُرِيدُ الَلهُ لِيُذْهِبَ عَنكُمُ الرِّجْسَ أَهْلَ الْبَيْتِ وَيُطَهِرَكُمْ تَطْهِيرًا.

" Dieu veut seulement éloigner de vous la souillure gens de la maison et vous purifier totalement " Al Ahzab verset 33 !

Il n'existe aucun texte dans tous les livres des hadiths et des traductions coraniques qui montrent que ce verset est descendu avec un autre verset. Plutôt tous les récits rapportés dans ce domaine chez tous les deux côtés déclarent que ce verset est descendu seul le plus petit ouvrage qui suit les livres des hadiths et les interprétations du saint Coran accordent cette réalité, soit qu'il est descendu dans la maison d'Oumou Salama c'est une opinion prépondérante par des multiples narrations dans ce cas, quant à la maison d'Aissa comme il est la manifestation des narrations particulières par le hadith al kicha'a, puisqu'il y a de dans la narration de chacun deux (ce verset est descendu dans ma maison) puis tu lis le verset, mais malgré toute la multiplication des ce qui atteignent le degré de la fréquence qui s'expliquent cette réalité,[22]tu trouves le verset dans le sourate Ahzab a lié pour une parole du saint Coran, elle était une partie d'un verset, pas un verset, jusqu'à ce que les deux parties sont devenues un seul verset comme se suit :

وَقَرْنَ فِي بُيُوتِكُنَََّ وَلاَتَبَرُُُُُّجْنَ تَبَرُّجَ الْجَاهِلِيَةِ الُاولَى وَ?َقِمْنَ الصَّلَاةَ وَآتِينَ الزَّكَاةَ وَأَطِعْنَ الَلهَ وَرَسُولَهُ إِنَّمَايُرِيدُالَلهُ ِليُذْهِبَ عَنكُمُ الرِّجْسَ أَهْلَ الْبَيْتِ وَيُطَّهِرَكُمْ تَطْهِيرًا

" Restez dans vos maisons, ne vous montrez pas dans vos étours comme le faisaient les femmes au temps de l'ancienne ignorance acquitez vous la prière, donnez l'aumône, obéissez à Dieu et son prophète. O vous gens de la maison Dieu veut seulement éloigner de vous la souillure et vous purifier totalement " sourate les fractions verset 33 !

Puis Dieu-que sa grandeur soit exaltée-dit immédia-tement après cela :

وَاذْكُرْنَ مَايُتْلَى فِي بُيُوتِكُنَّ مِنْ أَيَاتِ الَلهِ وَالْحِكْمَةَ إِنَّ الَلهَ كَانَ لَطِيفًا خَبِيرًا.

" Souvenez-vous des versets de Dieu et de la sagesse qui vous ont été récités dans vos maisons, Dieu est en vérité subtil et bien informé. " Sourate les fractions verset 34.

Ici nous remarquons plusieurs choses mais nous citons une seule.

Le commandement du premier verset- il est le troisième verset de la sourate Al Ahzab-il est différant de ci-dessus :

La première partie parle d'avertissement et de menace tandis que la dernière partie en parle de l'éloge et de glorification.

Si la dernière partie été enlevée et le trente-quatrième versets est venue au début des trente-troisième versets il n'aurait pas une divergence dans l'expression ni dans la rhétorique ni l'harmonieux dans l'intervalle des versets, lesens devait être clair sans aucune note qui peut disposer sur le soulèvement de la dernière partie du trente-troisième versets.

Cela s'explique que le verset de la purification n'est pas une partie d'un verset au début. Plutôt, il était un verset complet donc de le mettre de cette place dans sourate Al ahjab soit par la permission du prophète (s a w) ou bien se sont les collecteurs du Coran après lui.

Le pareil de ce verset exactement :

الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمُ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمِتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الِاسْلَامَ دِينًا

" Aujourd'hui j'ai parachevé pour vous votre religion et accomplis sur vous mon bien fait et il m'agrée que la soumission soit votre religion " sourate 5 verset 3 !

Les deux côtés sont tombés d'accord que ce verset est descendu à khadir khoum après la finition du serment d'élégance pour l'imam Ali (a) par beaucoup de narrations qu'on ne peut pas nier quoi que ça soit[23]entre temps nous trouvons cette parole glorifiante est une partie d'un verset du sourate Ma'id et pourtant la première partie en parle de jugement de la viande.

Si les deux parties étaient succédés ensemble et on soulève ce qui concerne l'achèvement de la religion le sens devait être complet et l'expression devait être sainte dès la première remarque. Quant à la question qu'elle est la cause de mettre ces versets des parties des autres ? Nous pouvons éclaircir comme se suit :

Toute personne qui a la connaissance n'ignore pas que ce verset est descendu sur Ali (a).

إِنَّمَاوَليُِّكُمُ الَلهُ وَرَسُولُهُ وَالَّذِينَ آَمَنُوا الذِّينَ يُقِيمُونَ الصَّلاةَ وَيُؤْتوُنَ الزَّكاَةَ وَهُمْ رَاكِعُونَ.

" Non, vous n'avez d'autre ami que Dieu et son messager et les croyants qui établissent l'office et acquittent l'impôt pendant qu'il s'incline." Sourate 5 versets55 !

Parce qu'il a donné sa bague pendant qu'il était s'incliné pour son Dieu -que sa grandeur soit exaltée- la question est que pourquoi Dieu -que sa grandeur soit exaltée-n'a cité le nom de l'imam Ali (a) dans ce verset en même temps l'expression est au pluriel ce qui était la position de l'adversaire de le contourner de l'imam Ali (a) ils n'ont pas pu !

La réponse est en résumé dans l'ouvrage de Seyyed Sarafou Dîne "la correspondance" le pluriel ici indique la glorification parce qu'il est nécessaire seulement l'expression est venue au pluriel avec la volonté du singulier, parce que Dieu sait que plusieurs personnes ne supportent de l'entendre par l'optatif du singulier, la sagesse commande en tenant compte de ceux-là, pour qu'il ne provoque pas quelques chose inquiétant, c'est possible que le verset purification et le verset de parachèvement de la religion et la satisfaction du seigneur, elles soient mises de même place qu'elles sont aujourd'hui par la même cause fréquente, quant à la deuxième parole l'argumenter connaît son objectif.

Si tu as eu la connaissance de ceci, ajoutes à ta connaissance que le désir de la narration Al kaffi c'est la collection du saint Coran selon la révélation de ces versets, ce que seikh Sadough a rapporté après l'imam Baghir témoigne cela :

إذا قام قائم ال محمد (ص) ضربت فساطيط لمن يعلم الناس القران على ما?نزله الله جل جلاله ,فاصعب مايكون على من حفظه اليوم لانه يخالف التاليف " Si un résurrecteur (al kha'im) de la famille du prophète Mohammed se lève, la grande tente en poil de celui qui le saint Coran comme Dieu -que sa grandeur soit exaltée- l'a fait descendu le plus difficile sera sur celui qui l'a appris par cœur aujourd'hui; Parce qu'il est contraire de cette composition c'est à dire la disposition".

il est connu dans plusieurs narrations que le moushaf (volume) Coran de l'imam Mahdi (a) c'est la même moushaf collectionné par son grand-père Imam Ali (a) c'est à partir d'ici le désir de titre El kaffi et le hadith dont qu'il a rapporté devient évident, c'est à dire la collection du Coran par l'ordre de la révélation n'as pas eu lieu sauf à la main de l'imam Ali, celui qui prétend cela autre que l'imam Ali et son fils c'est un menteur, nous n'avons pas voulu dire que personne n'a collectionner le Coran absolument sauf l'imam Ali (a) sauf l'imam Ali (a), comprends :

Les narrations de denaturrations dans les plus importants livres sounnites
Accompagnes-moi dans les deux grands livres sounites a-sahihayn pour que nous voyons les narrations qui existent de dans, est ce qu'un homme honnête saint d'esprit peut les expliquer au contraire de leurs sens plutôt elles sont claires aussi je jure si ces narrations ne sont pas des extravagances sur Dieu et son prophète en ce moment les narrateurs de sahihayn (Boukhari et Mouslim) ne seront pas sauvés de dénaturation du saint Coran, quant à l'opinion général sounites personne ne sera sauvé sauf un peu, parce qu'ils sont tous d'accord que tout ce qui se trouve dans ces deux livres 'Boukhary et Mouslim plutôt leurs déclarations que tout ce qui se trouve dans ces deux livres surtout Boukhari sont justes, s'il avait quelques choses plus considéré, il allait le placer à ce degré !

Des exemples des bottes dans les livres de Sihahs
Nous ajoutons à ta connaissance certains exemples sur ces fautes pour que tu sois sûr et que tu puisses comprendre les deux cas.

1-Il est mentionné dans SahihAl boukhari dans le livre El " mouharibine " dans la porte de lapidation d'une enceinte adultère par les propos d'oumar ibnil khatab qu'il a dit : ..Puis nous lisions dans le livre de Dieu : N'ignorez-vous pas vos pères cela est une incrédibilité d'ignorer vos pères ou bien d'ignorer vos pères est une incrédibilité)[24]

Ce qui est étonnant dans ce verset nous l'avons trouvez c'est l'une des narrations d'Abu Hourayra dans le livre de Mouslim (sihah) dans la partie du foie et la porte de celui qui renie son père à sa connaissance[25] n'ignore pas qu'il y a dans cette partie ce qui affirme la précipitation de deux livres (sahihayn).

2- Il est mentionné dans Sahih Mouslim dans la partie d'allaitement la porte d'illicite des cinq allaitements par les propos d'Aissa qu'elle a dit : ce qui a été relevé du Coran sont dix allaitements qui sont illicites puis cinq sont effacés, le prophète de Dieu est décédé ce sont les mêmes qu'on récite dans le Coran.[26]

Je dis : Aissa faisait des délivrances juridiques parmi les femmes du prophète de Dieu (s a w) au dehors de tous les compagnons par la permission d'allaitement d'un homme à propos de ce verset supposé d'allaitement, cela est pratiquement arrivé pour sahlat bint Souhayl comme elle était allaité par un barbier qui a assisté la guerre sainte de Badr s'était Salim allié de son mari Abu Houzeyfa pour qu'il soit son fils d'allaitement, pour que la douleur d'Abu houzeyfa s'en va car il avait fait un rapport sexuel avec elle ".[27]

3- Boukhari a rapporté dans son ouvrage dans la partie "El mouharibine" dans la porte de projectile d'une enceinte adultère à propos d'Oumar qu'il a dit : il y avait parmi ce qui était descendu le verset du projectile (a-rajm) et nous le récitâmes, et prophète (s a w) lapida et nous aussi nous lapidantes après lui j'enquête la prochaine qu'un homme dit : Nous n'avons pas trouvé le verset de lapidation dans le livre de Dieu, il s'égare en laissant une obligation que Dieu a fait descendre ![28].Il existe dans une autre partie de Sahih Al Boukhari dans la partie de la jurisprudence "La porte de témoignage doit être chez le juge" la parole est à Oumar "Si n'était pas l'inquiétude que les gens disent Oumar a ajouté dans le livre de Dieu j'allais écrire le verset de lapidations par ma main.[29]

Le verset de lapidation se trouve dans Fathoul barri le commentaire de Sahihl Boukhary il est comme se suit :

" Si un vieillard avec une matrone font une rapport sexuel, lapidez-le c'est un châtiment de Dieu[30]à l'apparence ce verset n'est pas récité comme il le faut, parce qu'il est rapporté des mots différents il ne nous concerne pas est ce que la parole d'Oumar indique (j'ai peurs à la prochaine) et sa parole si n'était une inquiétude que les gens disent Oumar a ajouté) en voyant que le Coran qui était devant lui n'était pas complet par le manque de verset de lapidation (a-rajm) ?

إِنَّا نَحْنُ نَزَّلنَا نَزَّلْنَاالذِّكْرَوَإنَّالَهُ لَحَافِظُونَ .

4- Il est mentionné dans sahihil Boukhari dans le livre de la guerre sainte par la propos de Abbas que le prophète de Dieu a commissionné dix de ses compagnons parmi les lecteurs du Coran chez certaines tribus arabes tel que Ra'an et Zakwan et Assi'a et Bani lahyan Boukhari dit : " Quatadat a dit : Anas nous a rapporté qu'ils ont récité pour eux un verset : (Est-ce que notre nation a appris que nous nous sommes rencontrés avec notre seigneur puis il est satisfait de nous, et nous sommes satisfaits.) puis il est soulevé après cela.[31]

Ce qui est très étonnant dans cette information que Boukhari a déclaré de dans que les villageois trompèrent tous les lecteurs puis les exécutèrent la puis de Ma'oun. Cela veut dire qu'ils n'ont pas pu accomplir leurs missions. Parce qu'ils sont tués avant cela soit, ils ont accompli leurs missions en même temps assassinés à fin d'arrivé à la Mecque.

La question posée ici est que : Comment Anas a appris ce verset qu'ils ont récité, personne d'entre eux n'était pas arrivé à Médina pour lui informer le verset descendu ! Qui est récité et effacé ? Et pourtant l'information est prise d'Anas, il ne l'a pas élevé chez le prophète de Dieu (s a w) jusqu'à ce qu'ils aient dit par exemple : Ce sont les informations du messager, après cette discussion, est ce qu'une information basée sur un compagnon sera dans le Coran ? La seconde question comment il a enlevé ce Coran ? D'un écrit (el-Moushaf) ou bien du cœur ?

La première éventualité est fausse, puisqu'il n'a pas un texte même une fausse narration, la deuxième aussi. Il est mentionné dans Sahihil Boukhari dans la porte celui qui ne voit pas mal de dire sourate la vache ainsi de suite par un propos de Aissa qu'elle a dit : "le prophète de Dieu avait entendu un lecteur qui récitait le Coran dans la nuit à la mosquée il dit : que Dieu lui accorde sa miséricordieux, il m'a rappelé quelques verset dont j'avais déduis dans sourate telle et telle".[32]

Je ne sais pas s'il y a le plus grand que ce mensonge, le prophète de Dieu a annulé un verset coranique ?

Celui qui obéit un ignorant dans sa situation il le guidera vers une mauvaise situation.

Accoutumes-toi de dire la raison tu seras cru, mais n'écoutes pas la parole d'un menteur.

6- Mouslim rapporte également dans son ouvrage en s'appuyant de Moussa El Askari, qu'il a dit aux lecteurs de Basra -après la mort du prophète de Dieu (s a w) de quelques années-nous lisions une sourate que nous comparions sa longueur avec sourate Bara'a j'ai l'oubli, mais je retiens ce verset ci après "si les fils d'Adam avaient deux vallées de biens, il allait cherchait une troisième, rien ne peut remplir le ventre de fils d'Adam sauf la poussière ".

Ce qui est bizarre de Mouslim, il a rapporté ce verset prétendu qu'il est un hadith. Il se présente pour le critiquer.

Ce qui est plus bizarre que tout cela, il a basé çà sur ibn Abbas (l'interpréter du saint Coran qu'il a dit "si le fils d'Adam avait " : (Je ne sais pas s'il fait partir du Coran ou non."

7- Boukhary et Mouslim rapportent dans le livre de l'aumône le propos de Abil Moussa Al ach'ari qu'il dit : "Nous lisions une sourate et nous le comparions l'une des sourates de (sabbahates) je l'oublie mais je retiens ce verset si après : "O vous qui croyez pourquoi dites-vous de ce que vous ne faites pas le martyre est obligé sur vous et serez demandés d'elle le jour de résurrection.[33]

Je dis : la perte d'une sourate parmi les sourates du Coran dans ces fausses informations ou bien d'abandonner d'autres etc…de ce que nous avons vu n'est pas plus grand que les autres extravagances gardés par des narrations dans les livres de ceux qui les glorifient clairement ont dit qu'ils ne taisent pas sur un faux plutôt ils publient les propriétaires et les accusent par d'impiété !

Tel que ce qui a été rapporté d'ibn Oumar qu'il a dit : " personne d'entre vous ne dira que j'ai pris le Coran en complet " comment il peut le savoir complète-ment beaucoup parmi le Coran est perdu ? Mais il devait dire que j'ai pris dans le Coran qui apparaît ".

Quant au reniement d'Ibn Mas'oud la sourate fatiha et la sourate Nas (les hommes) et falghi (l'aurore) ils racontent qu'il n'y a pas un problème jusqu'à Souyouti dit : Ibn Hadjar dit la parole de celui qui dit : il a menti sur Ibn Mas'oud est prédicative et l'accusation des narrations sûres sans preuve et condamné plutôt les narrations sûres je dis la réjetation de son volume (Al'moushaf) est rapporté par Abu Oubaydata par un propos juste. En disant que cette narration est qualifiée par le publique (sounnites), les chiites l'ont démenti depuis de longue date nous les citerons après parmi le public; Sayalikouti l'a rejeté dans son ouvrage Hassia comme sourate Al khoul'u et sourate Hafr était récitée par Abu Hafcha Oumar dans sa prière et ses invocations selon Souyouti dans son ouvrage comme-ntaire du saint Coran si nous ajoutons cela sur la narration est basée de dire qu'il existe un million de lettres dans le Coran, nous pouvons comprendre que le verset de lapidation (a-rajm) qui est rapporté de ouvrage "Sihahs" est un simple mensonge qui dépasse le livre de Dieu par (678820) lettres selon le dernier enregistrement, c'est à dire ce qui équivaux au Coran trois fois ! C'est pourquoi Ibn Oumar a dit- il y a beaucoup qui ont disparu dans le Coran comme nous venons de dire !

Finalement il faut indiquer ici que Fadl boun Chazam (260 de l'hégire) il est parmi les sages et les jurisconsultes des compagnons d'Ahlul bayt (a).

Il a nié sur le public (sounnites) de jeter les compagnons du prophète (s a w) comme ses extravagances il l'a considéré une calomnie sur les compagnons du prophète.

Il est parmi le plus meilleur que Fadl bun chazam a riposté sur le public " Sounnites " par son ouvrage "el idah, il rapporta ce qu'ils ont rapporté de Aissa qu'elle a dit : "Lorsque le verset de lapidation et l'allaitement d'un grand dix fois il y avait dans une feuille au-dessus de mon lit, lorsque le prophète de Dieu est décédé nous étions occupés de son décés un animal rentra puis le mangea".

Fadl bun cha'san a nué sur eux comme ce suit :

Les hommes et les djins n'ont pas pu envoyer le pareil du Coran même un verset.

Les ennemis du Coran non plus n'ont pas pu de dénaturer le Coran, comment leur animal peut le manger ?

Ce qui est plus bizarre de sa proposition que Zamakhchari dans son ouvrage El kachaf -lorsqu'il n'a pas pu trouver un argument suffisant qu'il explique à travers elle comment ce Satan animal a pu rentrer dans la maison du Messager (s a w) et faire ce travail -il essaya de dérober de cette information et accusa les troupes de déserteurs (rafida) de l'inventer.[34]

Je dis qu'après que tu as compris ceux qui ont la rapporté de Sihah et les compagnons. Celui qui l'a riposté c'est (Al-fadl chaazam) de (rafida) comprends que nous sommes avec Zamakhchari dans son idéologie inventé.

Cela, Seyyed El milani a rapporté dans la recherche de (dénégation de dénaturation du Coran) plusieurs paroles parmi les grands renommés publics (sounnites) les anciens et les nouveaux par certains (rafida) et des autres narrations inventées chez le publique (sounnites) qui attaquent le Coran vis à vis.[35]

________________________________________

[1] Faidoul bari l'ouvrage de kasmiri a-diyoubandi volume 1 page 57

[2] L'histoire d'Ibn khaldoun volume 1 page 556.

[3] oumdatoul ghari'i le commentaire de Boukhari volume 1 page5.

[4] Man la yahadourouhoul faghih volume 4 page 151, 523, 524.

[5] Même hoteur volume 2 page 245, 55.

[6] Diwabat Massa'il Rassia

[7] Sadough dans son livre Atawhid page 353,23

[8] Moughaddimat Fathoul bary dans le commentaire d'El boukhari page 433

[9] Oussouloul kaffi volume1 page 68,10

[10] Notre centre avait produit un livre sous titre de (salamatoul ghour-an mina-taharif) il y a dans ce livre beaucoup des témoignages pour celui qui veut connaître les arguments des chiites imamites sur la négation du dénaturation du saint Coran et l'affirmation de sa sûreté avec les argument différents dans le saint Coran et dans la traduction prophétique et la biographie de la sainte famille et l'opinion général et dans l'esprit et l'histoire.

[11] Mohammad Hady Ma'arifat dans son ouvrage siyanatoul ghour'an page 223.

[12] El wachi'a fi nagdil Agha'id.

[13] A-sira'a baynal wathanuya wa lislam.

[14] Al masadigh page 323.

[15] Selon ce que nous avons collectionné les versets corraniques.

[16] Sadistani dans son ouvrage El Masahif

[17] Dourroul Mansour Souyouti volume 5 page 180

[18] El -Itghan dans les science du saint coran.

[19] rawdatoul kaffi volume 8 page 200, 241

[20] Oussoul kaffi volume 1page 193

[21] Oussouloul kaffi volume 1 page 55

[22] Tafsir Tabary volume 22 page 5, 7, Diami'il Ahkamil ghour'an volume 14 page 182, Tafsir ibn kathir volume 3 page 492, Bahroul Mouhite volume 7 page 228, Dourroul Manthour volume 3 page 603,604, Fathoul ghadir volume 4 page 279 et mousnad Ahmad volume 6 page 92, Sounan Tirmizi volume 5 page 351,3205et volume 5 page 663 3787 et volume 5 page 699, 3871, et Sahih mouslim volume 4 page 1874, El Mou'odjam Al kabir li tabrani volume 3 page 46, 2662, et volume 3 page 47, 3666 et volume 3 page 2668 et volume 23 page 281,612, et volume 23 page 333, 768 et volume 23 page 334,773, et volume 23 page 336, 779 et volume 23 page 396, 947 et Mouskiloul Athar volume page 333 et Moustadrakil Hakim volume 2 page 416 et Massabih Sounna volume 2 page 277 et Djami'il oussoul volume 10 page 100 et Madj ma'il jawa'id volume 9 page 167 et kanjoul oummal volume 13 page 163 et la tradiction de l'imam Houssein (a) dans l'histoire de Damas le hadith de 77 jusqu'à 111 et Tarikh Bagdad volume 10 page 278, 5396 dans la biographie de Abdoullah bun maroudji bun Ali El maroudji. ont peut connaître à travers tous ces versets sounnites que le verset du purification est independent, quant aux refferences chiites ils sont tous tombé d'accord de cela voir tafsir fourat el kaffi page 12 et tafsir Al hibri page 297, 311et tafsie tibyane volume 8 page 339 et madjma'oul bayane volume 8 pages 462, 463 et oussouloul kaffi volume 1 page 187 et ikmql Dine volume 1 page 278.

[23] khawarezmi a mentionné dans son ouvrage Maghtaloul Housseine volume 1 page 48 le recit de la révélation de ce verset après l'instalation de la succession pour l'imam Ali(a) imediatement par certains nombres du compagnons du prophète il dit ce texte " il rapporta ce hadith particulier pour la révélation de ce verset après l'instalation du calif à khadir khoum comme khawarezmi lui meme a rapporté avant cette parole immédiatement ils y avaient parmi les compagnons oumar et Ali et Bara'a Bun Azib et Sa'ad bun Abi waghas et Talhata bun oubaydoullah et Housseine Bun Ali, et ibn Mas'oud et Ammar bun yassir et Abu jarri, et Abou Ayoub et ibn oumar et Imran Bun Oussane et Bouraydata bunil Hassib et Abou Hourayra et Diabir bun Abdoullah et Abu Rafi'i le travailleur du prophète de Dieu (s a w) son nom est Aslam, et Habachi bundianadat, et zeyd bun sarahil, et diarir bun Abdallah, et Anas, et Houzayfa bun Oussayd El ghaffari et Zeyd Bun Argham et Abdourahman Ibn ya'amour Dou'ali, et Amrou bunhamgh, et Amir Bun charhoubeile et najiatou bun Oumar, et Diabir bun Samra, et Malik Bun Houwaira, et Abu Zouzyd sah'ir et Abdallah Bun rabi'a [24] Boukhari volume 4 page 167 à la fin du hadith 261.

[25] Mouslim dans son ouvrage volume 1 page 80,113.

[26] Sahih Mouslim volume 2 page 1075, 1452.

[27] Sahih Mouslim volume 2 page 1075, 1452.

[28] Sahihil Boukhari volume 8 page 300, 304.

[29] Sahihil Boukhari volume 9 volume page 125

[30] Fathoul Bari le commentaire de Sahihil boukhari

[31] Boukhari volume 4 : 167 à la fin du hadith

[32] Sahihil boukhary volume 6 page 240.

[33] Sahihil Bouhary volume 8 page 115 et Sahih Mousim volume 2 page 726, 1050.

[34] El kacchaf l'ouvrage de Jamakhchari volume 3 page 248

[35] pour connaître ces mensonges les ouvrages sounnites voir Difa'a anil kaffi seyyed Samir El Oumaydi volume 2 pages 440, 504 il cent exemplaires de dénaturations chez eux.

LA DEUXIEME RECHERCHE
L'expression de la pensée (Al Bada'a) et la connaissa-nce de Dieu-que sa grandeur soit exaltée-

Ajoutes à ta connaissance que les Israéliens ont nué l'annulation (a- naskh) parce qu'ils croyaient que cela est au contraire de la sagesse ne parvient pas sauf d'un ignorant les intérêts et les détériorations c'est ce que khazali et Razi ont déclaré et les autres parmi les têtes d'Acha'ira[1]comme l'expression de la pensée (Al bada'a) comprend avec la compréhension d'israéliens -par son sens négatif-sur l'annulation (a-naskh) ils l'ont considéré aussi contraire de la sagesse comme l'annulation aussi.

Plutôt ils se sont hâtés de nier l'annulation (al-naskh), parce qu'elle est une expression de la pensée (albada'a) et l'expression de la pensée est imaginable seulement pour celui qui ignore la conséquence de la situation. Dieu-que sa grandeur soit exaltée-est loin de cela, c'est ce qui est cité dans les livres d'Acha'ira et autres.[2]

Une expression de la pensée sur les chiites par la définition de l'expression de la pensée (Al-bada'a) et la connaissance de Dieu.

Si tu as compris cela, ajoutes à ta connaissance que les adversaires des chiites on dit faux que l'expression de la pensée (al-bada'a) oblige de transformer la connaissance de Dieu et cela est illicite.

Plutôt ils ont dit cela en accusant Dieu par l'ignorance - que sa grandeur soit exaltée - parce que le sens de bada'a complètement c'est la manifestation d'une chose après qu'elle était cachée.

Plutôt certains forgèrent des mensonges très bizarres sur les chiites ils disent comme çà (Al bada'a chez les chiites qu'il semble et paraît pour Dieu-que sa grandeur soit exaltée une chose qu'il n'avait pas connu). l'inventeur de ce mensonge est Mouhamad Maloulah bahreyni dans son livre (mawghif chi'a min Ahli sounna) page 28 il réplique cette extravagance dans son livre (les chiites et dénatu-ration du saint Coran) page 12 sans aucune différence en montrant dans la marge de ces deux livres le livre (les chiites et ses principes) page 231 deux parenthèse entre de ce qu'il a rapporté pour montrer au lecteur qu'il a prit cette parole dans le livre (les chiites et ses principes) édité par seikh Mouhammad El houssein Al kassif El khita'a. Malgré il est difficile de trouver cette extravagance chez un autre.[3]

La falsification de ce sens et la déclaration d'insolence ses inventeurs.

Mais si tu retournes dans l'ouvrage (les chiites et ses principes) tu trouveras que Seikh El kachif al khita'a dit comme çà il fait partir de ce que les gens l'ingénient et déprécient les chiites sur les chiites sont deux : Parce qu'ils disent l'expression de la pensée (al-bada'a) selon imagination des ignominateurs que l'expression de la pensée dont les chiites veulent dire. Il semble et paraît pour Dieu-que sa grandeur soit exaltée - une situation qu'il n'était pas au courant" voir l'ouvrage " les chiites et ses principes ".

1-Imprimé au Caire en 1958, page 23.

2-Imprimé en Iran goum en 1410 de l'hégire, page 231.

3-Imprimé à Nadjaf el Achraf en 1969, page 117.

4-Imprimé par la fondation Al a'alami à Beyrouth en 1983 pages 148.

5-Imprimé par la fondation de l'imam Ali par la recherche de ousthad Ala'a al Djafar, en 1415 de l'hégire page 3. Regardes comment il a blagué avec le texte. Il effaçât son début et laissa la suite sans aucun péché ni aucun doute et pourtant seikh kachif al khita'a a critiqué cette calomnie à l'origine de son livre immédiatement il dit : Est-ce qu'elle peut être sauf une ignorance horrible et incrédibilité terrible ? Parce qu'il oblige l'ignorance sur Dieu-que sa grandeur soit exaltée et qu'il est à la place du changement et la transformation, en ce moment il devient possible et quitte l'obligation.

C'est comme çà tu trouves qu'ils inventent des mensonges sur les chiites qui n'existe pas dans leurs idéologies et leurs pensées, il y a parmi ses inventeurs Al Boukhari.

La dénégation de l'ignorance de son champ-que sa grandeur soit exaltée-

Je dis il n'existe pas dans l'histoire de chiites celui qui dit : l'expression de la pensée (al -bada'a) par le sens de l'apparition d'une chose après l'ignorance de cette chose à Dieu -que sa grandeur soit exaltée-jamais ni hier ni aujourd'hui plutôt même les groupes chiites périssables qui sont niés par les imams infaillibles (a) et tous les savants imamites ils sont impressionnés de cela sauf de ce que certains fanatistes et diffamateurs de leurs adversaires rapportent.

Oui, cela est accusé aux autres groupes des anthopomophistes et les comparants par ce qu'il se trouve chez eux des paroles qui sont presque des extravagances par des religions jusqu'à certains parmi eux disent comme çà il existe dans l'ouvrage de chaharistani " Al milal " pardonnez-moi de sexe et la barbe, et demandez-moi en dehors de cela.[4]

Que Dieu soit bénisse et fié de ce que les inventeurs disent, c'est une chose très grave, de dire des mensonges sur Dieu.

Quand tu revois les ouvrages idéologiques chiites même dans les ouvrages de hadiths tu trouveras le contraire de cette idée, avec l'accusation d'athéisme de tous ceux qui dit : Dieu croit après une ignorance ils ont rapporté de kaffi le propos de Abu Abdillah (a) qu'il dit :

مابدا لله شيئا إلاّ كان في علمه قبل ?ن يبدوا له

"Rien ne semble pour Dieu sauf lui avait sa connaissance afin qu'elle se manifeste pour lui".[5]

Mansour bun Hazim lui demanda est ce qu'il y a aujourd'hui une chose qui n'était pas dans la connaissance de Dieu hier ? Il dit (a) :

قال: لا من قال هذا أخزاه الله

" Non, celui qui dit cela Dieu le déshonorera ".

Je dis : est-ce que tu as vu ce qui était et ce qui sera jusqu'au jour dernier ? Est-ce qu'il n'est pas dans la connaissance de Dieu ? Il dit :

قبل أن يخلق الخلق؟ بلى

" Oui avant qu'il crée la créature ".[6]

La connaissance de Dieu chez les chiites imamites :
Si elle s'ajoute aux paroles des savants chiites dans la connaissance de Dieu - que sa grandeur soit exaltée, la réalité n'est pas comme les inventeurs ont dit, Seikh Moufid a dit : " Dieu-que sa grandeur soit exaltée-est au courant de tout ce qui sera avant qu'elle soit, il n'a aucun contingent sauf qu'il le connaît avant sa création, ni un connu et possible qu'il soit connu sauf lui connaît sa réalité et que Dieu rien ne sera caché de lui dans la terre ni dans les cieux, c'est à partir de cela les preuves et les esprits commandant le livre de Dieu et les textes fréquents de la famille du prophète de Dieu et c'est la voie des imamites".

Il n'est pas nécessaire de citer les versions chiites dans cette situation mais il n'est pas mal aussi de signaler certains références importantes qui ont signalé le tapage du public (sounnites) et qui l'ont refusé par des paroles efficaces en déclarant que la connaissance de Dieu - que sa grandeur soit exaltée est entourée un entourage général par toute chose avant de la crée plutôt au-dessus de niveau d'entourage pour ainsi dire.

Voir : Zari'a par seyyed El Mourtada (436 de l'hégire) volume 128 et taghribil Ma'arif par Halabi (447 de l'hégire) page 41, et Rassa'il Al Achra par Seikh Toussi (460 de l'hégire) et Ightichad Al hady rachad pour lui aussi page 39 et Moutachabihil ghour'ane par ibn chahar Achoub (588 de l'hégire) volume 1 page 50 et Tadjridoul Itighad par Nassir Dîne Toussy (672 de l'hégire) page 192 et Kachfoul Mourad par Allamatoul Hilli (726 de l'hégire) page 310 et Baboul hadi'ata achara pour lui aussi page 13 et Nafi'i fi yawmil hachri par Mighdad souyouti (826 de l'hégire) page 13 et dans son ouvrage Irchad Talibine page 197 et Ghabassat par Seyyed Damada (1041 de l'hégire) pages 135, 325, 318 et Hikmatoul Mouta'aliya fil Achfail Aghliya par Sadroul Mouta'ahilin (1050 de l'hégire) volume 6 page 175 et haghoul yaghine par Seyyed Abdallah Soubbar (1242 de l'hégire) volume page 63 et Ala'ou rahman par seikh balkhi (1242 de l'hégire) page 227, et dans son ouvrage (Al bada'a) aussi page 18 et Naghdoul wassa'it par seyyed el Amine (1373 de l'hégire ) page 515 et Ma'alim al falsafatoul islamiya par Mouhammad diawad Moukhni (1401 de l'hégire) page 112, 114, et bidayatoul hikma par seyyed Tabataba'i (1402 de l'hégire) page 164 et son ouvrage Mizane aussi volume 15 page 189 et Al bada'ou inda chi'a par Allamat Seyyed Ali el fani el esfahini (1409 de l'hégire) page 63 et Mabhath el bada'a fi taghwime kitabil bayane fi tafsiril ghour'ane par Seyyed khou'i (1413 de l'hégire) page 390, Al bbada'ou inda chi'a par Seyyed Mouhammad kalantaari page 56 .et Al bada'a fii daw'il kitab wa sounna par seikh Soubhani page 121 et Difa'a anil kaffi par Seyyed Smir el Oumayri volume 2 page 8, et autres si leurs paroles sont comparés avec leurs idéologies dans les attributs de Dieu sur ce qui est connu qu'ils ont mit l'attribut de la connaissance (de Dieu) un attribut de sensualité par l'opinion générale maintenant c'est sûr qu'il est impossible dans l'idéologie chiites de changer la connaissance de Dieu-que sa grandeur soit exaltée-par l'expression de la pensée (Al-bada'a) dont qu'ils disent sur les chiites .

Une explication dans la généralisation de l'expression de la pensée (Al bada'a) sur Dieu que sa grandeur soit exaltée.

Saches que l'expression de la pensée (Al- bada'a sur Dieu -que sa grandeur soit exaltée- n'oblige pas le plus proche objet de la surconception après l'explication de ce mot par ce qui correspond avec les paroles de la sainte famille (a), que nous venons de citer. Ils ont refusé ce que les adversaires de chiites ont dit et accusé par l'incrédi-bilité à celui qui contredit le cas.

C'est à partir de cette idée les jurisconsultes chiites délivrent des délivrances juridiques que celui qui dit l'ignorance sur Dieu (que sa grandeur soit exaltée) d'où il est basé sur l'expression de la pensée (al-bada'a) sur lui par le sens de l'apparition après l'ignorance il est incrédule. Il existe dans les livres que nous avons cité Précédemment Beaucoup de déclarations par cette réalité, avec l'expression des délivrances juridiques des juriscon-cultes chiites. Il n'est pas nécessaire de les répété ici, néanmoins nous voulons expliquer que le sens visé du mot (Al bada'a) dans les paroles de la sainte famille et comme les références chiites présents ont déclaré un autre sens que le sens impossible sur Dieu-que sa grandeur soit exaltée- le pareil de ce qui est venu dans le saint Coran des mots (tromperie) et (félonie) et (ruse) et (oublie) ainsi de suite, par des qualités qui l'éloignent de ces choses. C'est pourquoi ils ont rapporté après l'imam El Baghir (a) lorsque Zourara lui demanda de ce verset coranique.

وَمَاظَلَمُوناَ وَلَكِن كَانوُا أ نْفُسَهُمْ يَظْلِمُونَ.

" Il ne nous est pas laissé mais ils se sont fait tord à eux même ". La vache sourate 1 verset 57.

إنّ الله تعالى أعظم وأعزوأجل وأمنع من أن يظلم ولكنه خلطنا بنفسه فجعل ظلمنا ظلمه, وولايتنا ولايته حيث يقول : (إِنَّمَا وَليُِكُمُ الَلهُ وَرَسُولُهُ وَالذِينَ ءَامَنوُا) يعني الائمة منا.

" Dieu- que sa grandeur soit exaltée plus grand et plus honoré et plus important d'injuster mais il nous a mélangé en soi il a fait nos injustices son injustice et notre serment son serment pendant qu'il a dit :

Le pareil de cela est rapporté de l'imam Sadigh et l'imam Al kajim (a).[7]

Certains de leurs commentaires sont basés de cette explication dans leurs ouvrages Nouhas voit par exemple le sens de ce verset.

إِنَّ تنَصُرُوا الَلهَ يَنصُرُكُمْ .

" Si vous aidez Dieu, il vous aidera" sourate Mouhammad verset 7, çà veut dire si vous aidez la religion de Dieu et ses serviteurs cela est un sens figuré."[8]

Cela, les savants chiites ont déclaré que l'expression de la pensée (al-bada'a) par son sens philologie qui est l'apparition d'une chose après l'incompréhension est différente que son sens qui veut dire l'annulation, le premièr sens Dieu est très éloigné d'elle, au contraire la deuxième qui ne lui oblige pas l'ignorance.

De ce fait Seikh Toussi dit :

" Si tu ajoutes ce mot Al bada'a sur Dieu-que sa grandeur soit exalté- il y a d'elle ce que nous ne pouvons pas dire une absolue, il y a aussi de ce que nous pouvons pas dire qu'elle est absolue.

Quant à ce que nous pouvons dire qu'elle est absolue c'est ce qui montre l'annulation, l'application cela sur lui devient multiple sur l'approfondissement, par cette figure nous prenons tout ce qui est rapporté des imams infaillibles des informations qui comprennent d'ajouter l'expression de la pensée (Al-bada'a) en deçà de ce qu'il n'est pas illicite sur lui d'avoir la connaissance après qu'il n'existait pas il devient la figure d'application cela sur Dieu, la comparaison est que si c'est ce qui indique sur l'annulation qui se manifeste par les responsables en tant qu'il n'est pas évident pour eux, ils arrivent de connaître après qu'ils étaient ignorants cela est appelé (Al-bada'a) l'expression de la pensée.[9]

Le professeur seikh Moufid dit : " Je dis dans le sens de l'expression de la pensée (Al bada'a) ce que tous les musulmans disent dans l'annulation (a-naskh) et autre, la dépendance après l'enrichissement, la petogenie après l'exemption, la mortification après la revivification et ce que les justes ont pensé particulièrement l'augmentation dans les rations et l'avenir et diminution de dans par les travaux, quant à L'absolue de l'expression de la pensée (Al-bada'a) je l'aboutis seulement par l'audition qui se trouve par intermédiaire entre les serviteurs et Dieu-que sa grandeur soit exaltée s'il n'y avait pas une audition que je connais sa réalité je n'allais pas appliquer cela, comme aussi si je n'avais pas l'information que Dieu -que sa grandeur soit exaltée- se fâche et se contente et aime je n'allais pas l'appliquer sur lui mais lorsque l'audition l'envoie c'est pourquoi je le dis sur les sens qui ne seront pas rejeter par les esprits.

J'espère qu'il n'y a pas de différences entre vous et moi les musulmans dans ce chapitre, ce lui qui les a contredit c'est seulement dans la prononciation …c'est çà la voie d'imamites en générale, toute personne qui n'est pas d'accord avec eux nie ce que je dis ici en prononciation par sens il ne sera pas satisfait d'elle.[10] je dis ce que les inventeurs disent sur les chiites dans le commentaire Zoudjadji de ce verset coranique :

وَلَنَبْلُوَّنَكُمْ حَتَّى نَعْلَمَ الْمُجَاهِدِينَ مِنكُمْ وَالصَّابِرِينَ

" Nous éprouvons pour connaître ceux de vous qui luttez ceux qui sont constants. " Sourate Mouhamad verset 35.

Il dit : Dieu- que sa grandeur soit exaltée- a chassé ceux parmi eux qui luttent et qui sont constants, mais il a voulu la connaissance avec le quel la recommpence aura lieu, parce qu'il les récompense selon leurs travaux.

L'interprétation de cette parole : jusqu'à ce qu'il connaisse pratiquement l'un d'entre eux qui lutte, il connaît secrètement mais la récompense et le châtiment tombe par la connaissance pratique.

Personne n'ignore que Zoudiadji a voulu dire que : Dieu a deux connaissances :

La connaissance invisible : c'est la connaissance qui entoure toute chose dans cet univers de l'atome jusqu'à l'abstrait jusqu'à la fin du monde c'est ce que les chiites disent en générale.

La connaissance par le témoignage : c'est une connaissance présentificatif, cette connaissance est à la deuxième étape sur le premier il veut dire dans son interprétation : pour que nous connaissions si vos courages existaient en réalité puis, nous vous récompensons malgré notre connaissance avant de vous créer, parce que la guerre sainte existait dans la connaissance invisible quant à la connaissance par témoignage non, parce que la proposition n'est pas elle dépend d'un privatif, la connaissance devint présentification seulement, après son l'activation certaine-ment, nous pouvons dire de cette façon il semble pour Dieu, mais pas d'une ignorance au contraire d'une connaissance complète. Si cela est devenu clair, sache que si l'application Al-bada'a sur Dieu est une application figurée. Elle est uniquement comme çà dans le visage de l'admission qui l'applique en un sens propre oblige l'ignorance.

Quant à celui qui n'a pas accordé cela en disant que l'expression de la pensée (Al- bada'a) est plus universelle de l'apparition d'une idée après l'ignorance. La situation est devenue plus claire en ce moment, il ne sera pas l'application d'une réalité plus proche d'un objet circonceptif, parce que tu as connu-selon l'idée de Zoudiadji que l'apparition du cliquetis des armes dans le champ de la guerre sainte, et morte dans le chemin de Dieu, ne sera pas une apparition pour Dieu - que sa grandeur soit exaltée- l'ignorance de cette chose est très éloigné de lui. Uniquement l'apparition pour Dieu c'est après une étape suivant d'une connaissance détaillé de cette chose. Cela c'est la connaissance invisible qui entoure toute chose avant sa Création, qui n'a donc pas de retentissement ni fin. Où est le changement dans la connaissance de Dieu- que sa grandeur soit exaltée ?.

Il est parmi les remarques de kaffi, ce qu'il a rapporté de Kouleyni qu'il dit :

"J'avais écris à Abu Hassan (Imam El kazim) dans une invocation " Louange à Dieu jusqu'à la fin de sa connaissance" il m'écrira :

لاتقولن منتهى علمه فليس لعلمه عزّوجل منتهى ولكن قل منتهى رضاه

"Ne dis jamais fin de sa connaissance, sa connaissance n'a pas de fin, mais dis la fin de sa satisfaction".

La croissance des sounnites sur le changement du destin.

Où sont ceux-là avec les hadiths de Sahihil Boukhary et les paroles de leurs savants ?

Comme le hadith du nocturne qui dit : Le changement de ce qui a été obligé quatre fois successivement dans un seul moment,[11]avec ce qui se trouve de dans des erreurs ; puisqu'elle contient l'accusation directe sur les prophètes par intrépidité sur la révision après la révision dans les ordres absolus comme nous n'ignorons pas.

Le pareil de ce hadith est le hadith de la prière pour obtenir la pluie[12] (Al istisgha'a) qui montre le changement du rite (religieux) sur prise se particulariser ce qui était conditionné dans le décret.

Le hadith que Dieu-que sa grandeur soit exalté-fait sensation dans sa situation comme il veut[13] et les hadiths l'impression de lien de sang et le sacrifice rapporté par Abu Hourerata et autre[14] et le hadith de pardon du péché dans la nuit du décret (laylatoul ghadr), rapporté aussi par Abu Hourayra[15]et le hadith de rocher qui encerclé trois hommes jusqu'à ce qu'ils acquirent la certitude de la mort puis elle était retiré par leurs invocations[16]et le hadith l'expression de la pensée (Al bada'a) rapporté par le propos de prophète(s a w) voici une partie de ce hadith :

إنّ ثلاثة في بني إسرائيل :أبرص وأقرع وأعمى بدا لله إن يبتليهم ." Trois personnes dans les enfants d'Israël étaient : Albinos, teigneux, aveugle, il sembla à Dieu de les examiner".[17]

Est-ce qu'il est droiture de ne pas découvrir (l'expression de la pensée de Boukhari puis on voit l'expression de la pensée de Kouleyni ?

je jure s'il revenait de ce que Aloussy a rapporté dans le commentaire de ce verset :

يَمْحُوالَلهُ مَايَشَاء ُوَيثُبِْتُ وَعِندَهُ أُمُّ الْكِتَابِ.

" Dieu efface ou confirme ce qu'il veut, la mère du livre se trouve au près de lui ". La tonnerre sourate 13.

Il a rapporté dans son ouvrage d'interprétation du saint Coran une lettre qui était écrit à Bagdad par un des savants sounites qui concerne le changement de la fatalité perpétu-elle, il dit : " Il y a de dans : Il n'y a aucune chose sauf, il est possible de le changer même la fatalité perpétuelle ! Il argumenta cela par des affaires". Puis, il cita des arguments très longs nous n'avons pas besoin de les citer.

Il doit d'être mentionner ici qu'Abal Hassan Al acha'iri l'Imam des Acha'iras a déclaré que le hadith est conditionné qu'il ne change pas ce qu'il était dans la vie du prophète de Dieu (s a w) et de mourir avec le foie".

C'est à partir d'ici Oumar disait : "Si quelqu'un appelle : Tout le monde est dans le paradis sauf un seul j'allais croire que c'est moi le seul restant".

Cela est pareil de ce que Sourtouchi a rapporté de Malik bun dinar qu'il a envoyé pour une femme en grossesse il dit : " ô mon seigneur ! Si ce qui se trouve dans son ventre est une fille change la, à un garçon tu effaces et affirme ce que tu veux la mère du livre se trouve au près de toi".

Ces diffamateurs devaient connaître très bien ce qui se trouve dans leurs idéologies et les idées de leurs savants dans la connaissance de Dieu-que sa grandeur soit exaltée- s'ils les avaient vu cela devait avoir honte de ces mauvaises paroles. Il existe dans les idéologies d'acha'ira que le changement dans l'arrêt immuable de (Dieu) n'oblige pas l'ignorance sur lui ni bouleversement dans l'essence de Dieu, parce que le changement chez eux est uniquement dans les relations. Ils voient que l'attribut de la connaissance est une relation particulière et un attachement entre la connaissance et le savant ou bien est un attribut propre qui a une relation.

Selon le premier, comme Aloussi a déclaré la connaissance elle-même. Quant à la deuxième c'est relation seulement qui se change dans tous les deux suppositions, l'altération n'est pas obligatoire dans un attribut qui existe, plutôt dans une notion virtuelle. C'est pourquoi nous trouvons dans la lettre dont Aloussi a rapporté son texte. Comme nous l'avons cité précédem-ment c'est une idéologie absolue qui permette un changement et la transformation de toute chose dans ce monde, même ce qui était prédestiné de toute éternité.

j'ai regardé la déclaration du professeur docteur Hamid Hanafi Dawoud El Masri, le texte est comme se suit :

"Les chiites imamites sont très éloignés de ce que le comprennent de l'expression de la pensée (al bada'a) puisque ce qui est agrée chez eux et chez les savants sounnites que la connaissance de Dieu est éternelle et éloignée de changement et de transformation, et la pensée qui est parmi les caractères de la créature.

Quant à celui qui surgit le changement et l'effacement après l'affirmation dans la table divine c'est une parole de Dieu :

(يَمْحُوالَلهُ مَايَشَاءُ وَيُثبِتُ)

" Dieu efface ou affirme tout ce qu'il veut"

Le pareil de cela, c'est la parole de Mouhammad Abdel karim Atoum. Tu peux sentir qu'il a pris de docteur Hamid Hanafi Daoud avec un changement très peu. Je dis : c'est une faute, personne entre les chiites ne l'a pas dit, bien sur eux ils ont parlé de l'expression de la pensée comme tu as suis ; mais ils n'ont pas dis que le changement et la transformation existent dans la connaissance de Dieu réservé. Cette connaissance là chez - eux ne se change pas.

Ils sont tous d'accord de cela, en suivant leurs imams (a) plutôt, ils ont dit que : c'est la table de l'effacement et l'affirmation qui se change dont qui représentent une apparence parmi les apparences de la connaissance de Dieu - que sa grandeur soit exaltée-certains l'appel la connaissance positive.

Seikh Soubhani dit : " Quant à la connaissance positive équivale à la table de l'effacement et l'affirmation, c'est une apparence pour la connaissance de Dieu dans la circonstance positive s'ils ont dit : Il semble pour Dieu dans sa connaissance, ils veulent dire l'expression de la pensée (Al bada'a) dans cette apparence.[18]

Soubhani les a critiqué par des discussions très longues dans trois de ces livres.

Il expliqua surtout dans son livre (Al bada'a fi daw'il kitab wa sounna) pour affirmer que le changement et la transformation dans certains étapes d'arrêt divin n'oblige pas de changer la connaissance. Il y a beaucoup de savants chiites qui lui devancèrent dans cette situation nous avons cité quelques uns.

________________________________________

[1] l'ouvrage d'El khazali volume 1 page 111 et Al Mahchoul par Razi volume 1 page 543 et Mountahal woussoul wal Amal par Ibn Hadjib pages 154, 155, et Tahassoul minal mahsoul par larmawi et autres dans l'interpretation du verset coranique (106) de sourate la vache.

[2] Oussoul sarkhasi pages 55 et 59 et Ahkam fi Oussouli Ahkam l'édition d'Amadie volume 3 page 102 et et Tafchir el ghourtoubi volume 2 page 62 et Monghoul par Ghazali page 288 et Ahkam fi ouchoulil Ahkam par khazali volume 4 page 47 et Bourhan par Zamaghchari volume 20 page 30.

[3] Chi'a et Sounna par Ihsan Ilahizahir page 63

[4] Milal wa nihal par chaharistani volume 1 page 96

[5] Oussouloul kaffi volume 1 page 114

[6] Awa'iloul maghalat seikh Moufid page 60

[7] Oussouloul kaffi volume 1 page 113 chapitre les rages

[8] Même ouvrage volume 1 page 112 .

[9] Iddatoul oussoul par Seikh touchi volume 2 page 29

[10] Awa'iloul Maghalat par Seikh Moufid page 92,93

[11] Sahihil Boukhari volume 1 page 98 le chapitre de la prière

[12] Sahihil Boukhari volume 2 page 34 chapitre la prière pour obtenir dans la mosquée el jami'i. Il l'a rapporté dans la deuxième volume par plusieurs version voir volume 2 page 35,36,37, 38.

[13] Sahihil Boukhari volume 9 page 34

[14] Sahihil Boukhari volume 8 page6

[15] Sahihil boukhari volume 3 page 59

[16] Sahihil Boukhari volume 8 page 3

[17] Shihil Boukhari volume 4 page 208, 209

[18] Al Ilahiyat par soubhani page 582


5
LA TROISIEME PARTIE DES CAUSERIES DANS LA PENSEE ET L´ IDEOLOGIE LA TROISIEME PARTIE
DES CLINS DES YEUX DANS L'HISTOIRE DE LA TRADUCTION PROPHETIQUE
Le tôt de la traduction prophétique chez les sounnites.

Je veux dire certains de ceux-là qui portent le nom d'Ahlil Sounna, l'histoire n'a pas témoigné des ennemis de la traduction prophétique comme eux ! Tu les vois avec une voix très élevée par des propagandes et des bruits et des injustes pour te montrer qu'ils sont les gens de la sounna réalité en réalité.

Prends certains nombres de témoignages sur leurs inimités à l'égard de la traduction prophétique et ce qu'elle a récit en vers eux :

Le livre de Dieu nous suffit :

C'est la première hérésie qui a séparé entre le Coran et la traduction prophétique elle dit que le fondateur de la traduction (sounna) (s a w) dit des insanités ! Ce sont leurs parts et la parole d'Oumar Ibnil khattab lorsque le prophète de Dieu (s a w) a dit à la veille de sa mort :

(إئتوني أكتب لكم كتابا لاتضلوا بعدي)

" Donnez moi je vous écris un récit vous n'égarerez jamais après moi " Oumar empêcha cela en disant : (Qu'est ce qui l'arrive ? Est-ce qu'il se sépare avec son corps ? Le livre de Dieu nous suffit " ces camarades arrivent et transforment sa parole en disant qu'il avait dit : (Il est dominé par la souffrance) et citent dans leurs ouvrages (Sihah) après le rapport de cette adversité d'Ibn Abas qu'il a dit : Tout malheur c'est ce qui a empêché le prophète de Dieu d'écrire ce récit par leurs bavardages et leurs divisions".

Avec tout cela, ils sont ornés par le travail de Oumar. Ils lui défendent et suivent sa parole, malgré tout ce qui existe de dans, puis ce sont eux qui pratiquent la traduction prophétique en réalité !

La parole d'Oumar celle-là le premier laitage plutôt la fondation à la quelle ils ont fondé leur doctrine.

Le hadith du trône :

Abu Bakri prena la succession, en même temps commença d'interdire de parler à propos de hadith de prophète de Dieu, et de prendre la traduction prophétique dans aucune proposition.

il dit comme se suit : " Vous parlez de prophète de Dieu des hadiths que vous disputez de leurs sens, les gens après vous disputeront plus que vous. Ne parlez rien de prophète de Dieu (s a w) quiconque vous demande, répondez-le : Le livre de Dieu se trouve entre nous, accordons ses licites et rejetons ses illicites".

Il considère la discussion des certains une raison pour interdire le hadith par la crainte de retourner à la traduction prophétique. Il appel à la première : La parole d'Oumar (le livre de Dieu nous suffit) ! .

Le prophète de Dieu avait signalé et averti cela puisqu'il avait dit :

(يوشك الرجل متكئا على أريكته يحدث بحديث من حديثي فيقول: بيننا وبينكم كتاب الله عزّوجل, فما وجدنا فيه من حلال إستحللناه وما وجدنا فيه من حرام حرّمناه .الاأنّ ما حرمّ رسول الله مثل ماحرّم الله).

"Le garçon est au point de s'ecousser sur son trône on lui rapporte un des mes hadiths puis, il dit : Nous avons le livre de Dieu entre nous et vous, tout ce que nous trouvons licite de dans, nous l'accordons et tout ce que nous trouvons illicite nous l'interdisons ! Comprenez que tout ce que le prophète avait interdit c'est comme ce que Dieu a interdit ".[1]

La détérioration de hadith
Puis Abu Bakri essaya de collectionner les hadiths. Il écrit cinq cents hadiths mais il n'était pas patient il les brûle tous.[2]

Nous discusterons Abu Bakri pourquoi, il a brûlé les hadiths de prophète de Dieu (s a w) ? En tant que nous sommes dans une époque que les langues ne se réunissent pas et nous disons que : Sa collection démentie leurs paroles que l'interdiction d'écrire les hadiths était parvenue par le prophète de Dieu avec la rappelation que (la collection) ne veut pas dire sauf les ressorte par le témoignage de (il les brûle). Ceci est une preuve de celui qu'il n'avait pas une interdiction avant sa collection une autre preuve qu'il les a brûlé ; mais pas par la crainte précédente, Plutôt en disant qu'elles ne correspondent pas avec la réalité, et par la crainte d'avoir des péchés à fin de ne pas être démenti sur le prophète de Dieu (s a w) selon son avis ! Cela est bizarre.

Premièrement : Celui qui était à sa place n'avait pas besoin de cette méthode pour collectionner les hadiths, puisqu'il - car il était le premier juge- pouvait ordonner les hauts compagnons et les reciteurs de la traduction prophétique de collectionner de ce qui était avec eux des habits, aussi bien ce qu'ils avaient écrit ou retenu du prophète (s a w) puis, il les autorise de les vérifier tous pour connaître son raisonnement et pour s'assurer ses sincérités. S'il avait une intention de collectionner les hadiths ni à travers une seule personne qu'il n'a pas donné son nom ! Deuxièmement : Si nous comparons sa conversation au début de l'Islam. Il n'avait pas besoin d'une liaison de rapporter du prophète de Dieu (s a w) dans la collection de cinq cents hadiths, puisqu'il est incompréhensible qu'il n'a pas des hadiths qu'il a entendu de prophète de Dieu sans liaison, même si c'est dans la quantité qu'il l'a collec-tionné. Cela veut dire qu'il avait certains de ce qu'il avait entendu du prophète de Dieu. Si nous descendons un peu et nous disons : Ce qu'il a brûlé n'était pas ce qu'il a entendu du prophète de Dieu (s a w) ici la question posée est pourquoi il n'a pas collectionné ce qu'il avait entendu directement de prophète de Dieu (s a w) ?

Est-ce qu'il était insensé à l'époque du prophète de Dieu ? Il n'avait pas gardé ce qu'il avait entendu de lui ? Ou bien il avait peur d'écrire la traduction prophétique pour que les générations qui viennent après lui ne seront informées ce qu'il avait entendu ?

Troisièmement : Abu Bakri a déclaré par sa longue la confiance de ceux qui ont entendu ces hadiths du prophète de Dieu (s a w). Comment, il peut avoir doute après la confiance ?

Pourquoi il n'a pas fais son devoir ? Il les montre aux compagnons du prophète de Dieu pour s'assurer ses sincérités de ceux qu'il avait confiance ? Ou bien il découvre leurs mensonges puis il les éduque ?

Est-ce que ces paroles ambiguës ne signalent pas une négligence dans la religion et découvre des causes cachées derrière le brulement de la traduction prophétique ?

Et pourtant, cette position bizarre était signalée par celui qui n'est pas sous la passion de son âme qu'elle était au point d'arriver après lui comme nous avons dit dans le hadith de trône.

Ce qui est plus bizarre de tout cela, qu'ils rapportent de prophète de Dieu (s a w) par des différences versions qu'ils ont déconseillé de ce contenter par le Coran sans la traduction prophétique et sa critique sur les juifs et les chrétiens parce qu'ils lisent le bible ancien testament et le nouveau testament puis ils ne profitent pas ce qui se trouve de dans, parce qu'ils n'ont pas pratiqué ce que leurs prophètes les ont envoyés.

La position d'Oumar vers la traduction prophétique.
Lorsque Oumar arriva au pouvoir, il affirma l'interdi-ction de la traduction prophétique sur les compagnons qui quittent la Médina pour les provinces. Il leur dit : " Vous trouverez des gens d'un village qui ont un bruit comme un bourdonnement des abeilles ne les bloquez pas des hadiths, suivez uniquement le Coran et diminuez de rapporter de prophète de Dieu (s a w) je suis avec vous." Jusqu'à ce que les gens de Kouffa demandait Ka'ab Bn Ghirda à propos des hadiths du prophète de Dieu (s a w) mais il ne les répondait pas. Il disait : "Oumar nous a interdit ".

Puis il consulta les compagnons pour écrire les hadiths et les collectionner, tout le monde était d'accord, mais il était venu après cela et autorisa en disant : Toute personne qui écrit quelque chose de l'effacer".

Puis cela il appela toute personne qui avait un livre ou un tableau où il avait écrit un hadith de lui donner, ils ont cru qu'il veut les collectionner, il les brûla après qu'il les a collectionner.

Puis il enferma un nombre parmi les plus hauts compagnons à un prison ferme, parce qu'ils n'ont pas accordé son ordre de cacher les hadiths comme Ibn Mas'oud et Abu Darda'a [3]et Abdoullah IbnHouzayfa et Oughat Bun Amir et Abu Hourera .[4]

Oumar ne se contentait pas de tout cela, il essayait de défendre son travail. Il accusa les compagnons par des mensonges dans la narration de hadiths jusqu'à ce qu'il fit un discours et les insulta en leurs disant : " Vos hadiths sont les plus mauvais hadiths et vos paroles sont les plus mauvaises paroles celui qui se lève, se lève avec le livre de Dieu sinon, il n'a qu'asseoir.

Il y a parmi les mauvais faits d'Oumar, il n'a pas interdit seulement les hadiths plutôt, il interdit les jurisconsultes de compagnons de délivrer des délivrances juridiques, et essaya de faire la délivrance juridique uniquement pour le pouvoir.

Ibn Sirin a rapporté d'Oumar qu'il a dit à Aboul Moussa El Ach'ari : "J'ai appris que tu délivres des délivrances juridiques pour les gens et pourtant tu n'es pas émir ?

Il dit : oui, il dit :

Tout ce qui se passe est agrée chez les sounnites mais, ils le défendent en raison que ce sont des fautes appliquée sur le prophète de Dieu (s a w) puisqu'ils ont dis que le prophète avait interdit d'écrire les hadiths !

Alors pourquoi Abu Bakri a écris des hadiths jusqu'à ce qu'il collectionne cinq cents hadiths puis les brûle ?

Comment Oumar a consulté les compagnons pour écrire les hadiths et tomba d'accord avec eux, ils écrirent en suite, il les a brûlé ?

Quel est le sens du hadith le trône ? Pourquoi l'interdiction de s'assimiler par les juifs et les chrétiens ?

Ce sont des différentes questions mais qui n'ont pas des réponses.

Et beaucoup d'autre qui découvrent et qui te montrent la contradiction de leurs positions et tout ce qu'ils ont envoyé pour réparer leur doctrine !

La position d'Outhmane et Ma'awiya vers la traduction prophétique
Le rôle d'Ousmane arriva, il se leva dans son discours en disant : " Personne n'a aucun droit de rapporter un hadith qui n'était pas entendu à l'époque d'Abu bakri et Oumar".

Quant à Ma'awiya il a, avec la traduction prophétique une autre situation, cette interdiction durant tout ce temps lui a aidé, il joue deux rôles :

Premièrement : Il interdit tout hadith sauf les hadiths qui sont apparus à l'époque d'Abu Bakri et Oumar et Ousmane.[5]

Quant aux hadiths qui sont apparus à l'époque de l'imam Ali (a) ils étaient interdits parce que l'imam Ali et Ibn Abbas et les autres ont rapporté des hadiths qui étaient interdit avant eux.

Deuxièmement : Il appela les gens de mettre des hadiths à l'avantage d'Abu Bakri et Oumar et Outhmane et les autres qui avaient la haine avec l'imam Ali (a) et la sainte famille du prophète de Dieu (s a w) jusqu'à cela devient maintes fois sur les hadiths.

Les orateurs l'ont cité dans les trurbines, les pères ont enseigné les enfants, jusqu'à ce que les serviteurs aient cru que c'est une réalité. Ils l'ont rapporté, s'ils avaient la connaissance que ce sont des faux hadiths ils n'allaient pas les rapporter.

Dans l'intervalle, et après cela, il a autorisé la sécurité à l'avantage et la police d'exécuter toute personne qui rapporte des hadiths de l'Imam Ali (a), et la famille du prophète de Dieu (s a w), et de ne pas les accordé à un témoignage et de les démentir et les accuser par l'hérésie dans la religion.

Ils arrivèrent à un point toute personne qui rapportent les hadiths de l'imam Ali (a) et la famille de prophète de Dieu (s a w), il est considéré menteur qui nie les hadiths parce que ce sont des hadiths qui ne s'adaptent pas les hadiths qui étaient divisés par les partisans de la succession oumayide jusqu'à ce qu'elle est devenue renommé.[6]

Les sounnites ont compris la mostériosité des positions précédentes
Certains savants sounnites ont compris après la fin du premier siècle de l'hégire la mostériosité du gravité résultant de l'interdire l'enregistrement du hadith publi-quement. Ils utiligèrent l'ordre d'Oumar bun Abdel Aziz pour collectionner et enregistrer les hadiths, après qu'elles ont rencontré des difficultés. Ils commencèrent -zahri était parmi eux, cet homme qui était très attaché au pouvoir oumayide-d'enregistrer ce qui se trouvait à la main de leurs compagnons de ces montages falsifiés, beaucoup parmi eux croyaient la situation.

Ils rejetèrent tout ce qui les contredisait, parce que ce sont des hadiths (chiites) qui ne sont pas accordé avec la famille Oumayide idéologiquement et politiquement.

L'époque d'Oumar Bun Abdel Aziz était le début de l'enregistrement du hadith chez les sounites malheureu-sement, il n'a pas ordonné de prendre le sounna à la source plutôt, il écrit à Abu Bakri Mouhamad bun Amrou bun Hazm d'enregistrer ce qui existe chez lui parmi les hadiths du prophète de Dieu (s a w) et les hadiths d'Oumar, n'ignores pas que les hadiths de prophète de Dieu existe uniquement chez sa famille qui sont choisis et purifiés par Dieu. Ils ont des multiples vertus dans les livres sounites plus que les autres jusqu'à ce qu'ils mélangent le vrai et le faux. Si Ibn Abdel Aziz avait voulu la réalité, il allait le chercher à la source, ni à celui qui a pris une position d'un ennemi face à la traduction prophétique. Il n'a pas Chassé la vérité parce qu'il a fendu ses gens, mais aussi il a ouvert la porte pour les narrateurs des hadiths après avoir compris ce qui courrait derrière l'interdiction par le visage le plus clair d'éloigner les gens de la traduction prophétique et la famille infaillible et appliquer la traduction Oumarique qui a poussé les gens de l'enregistrer sous forme de la traduction prophétique.

C'est comme çà ils ont collectionné les hadiths chez eux (les Sihahs et les sounans et les Massanids), le faux se mélange avec le vrai et le vrai se mélange avec le faux. Ils se sont éprouvés cette politique ignorante et injuste qui les a fait montrer la réalité est un faux et que le faux est une réalité.

Ils ont contredis la traduction pratique
Quant la traduction (prophétique) pratique, les imams sounnites l'ont contredit exprès, comme Oumar avait annulé (haya'ala khayril Amal) dans l'appel de la prière, Ousmane aussi a fait abandonner le racourcissement dans la prière pendant le pèlerinage, et augmenter l'appel de la prière (al-azan) le jour de vendredi et laver les pieds dans l'ablution à la place du frottement, il y en a beaucoup, comme Mou'awiya aussi a osé de transformer la traduction prophétique pour contredire l'imam Ali (a) puis il diminua l'agrandissement (A-takbir) et interdira le (talbiya) dans le pèlerinage et pratiqua les créations des anciens puis ses partisans sont venus et inventèrent à propos de cela beaucoup de hadiths pour défendre leurs diffusions.

Il y a de ce que leurs références considèrent ont gardé que : Houdiaj saffak apprenait les gens comment faire l'ablution, il les ordonne de laver leurs pieds trois fois puis il l'impose sur eux jusqu'à ce que Anass bun Malik le compagnon et le serviteur du prophète de Dieu se leva et dit : Dieu dit la vérité, et Houdiaj dit de mensonge Dieu - que ce grandeur soit exaltée - a dit :

وَامْسَحُواْ بِرُؤُسِكُمْ وَأرْجُلَكُم

" …Poussez les mains sur vos têtes et sur vos pieds. " La table servie sourate 5 verset 6 !

C'est comme çà qu'ils ont mélangé la traduction pratique avec le faux et l'hérésie comme ils ont fais avec la traduction prophétique orale.

La conclusion d'interdire les hadiths
Ils ont collectionné de la traduction prophétique orale déformée jusqu'à ce que Abu Hanifat Anou'oumani la tête de la doctrine El Hanafi était renommé d'abandonner la sounna et les hadiths du prophète de Dieu(s a w) et il travaillait par son idée et comparaison[7] et pourtant la loi de céleste existait qui était prononcé par la traduction prophète gardé par la sainte famille du prophète (s a w). L'équivalant du Coran comme aussi la majorité de leurs jurisconsultes sont basés sur l'idée et la comparaison et l'approbation (Ej istihsane) et autre. Ils inventèrent ces éléments comme des nouveaux éléments pour détruire la religion. Ils les appelèrent les principes de la jurisprudence celui qui poursuit ces principes les trouvera qu'elles ont pratiqué d'une façon directe pour détruire la traduction prophétique et Pour l'annuler cela parce que les interdi-cteurs d'enregistrement de hadith ont ouvert une grande porte pour eux dans le terrain d'interprétation face aux textes de la loi islamique.

Ils comparèrent les choses par ses pareilles et approuvèrent des autres situations par leur goût, cela a provoqué leurs expositions continuelles au début de la situation par des critiques des autres compagnons en affirmant que ces interprétations sont uniquement des hérésies dans la religion parce qu'elles contredisent les hadiths de prophète de Dieu (s a w), avec tous cela, ils nieaient leur fait celle-là; c'est ce qui les a poussé de prendre une décision possible pour arrêter le cas de protestation qui parvient de hauts compagnons pour résoudre sa matière et implanté sa source la traduction prophétique, pour accorder avec cela la comparaison de Zaid et L'approbation d'Oumar.

Oui, il était très important pour que ces interpellations restent - plutôt ces comportements qui n'étaient pas pesés par la balance de la religion musulmane, nous avons cité certains au début de ce livre - sans aucune opposition de personne, la sécurité interdira de collectionner les hadiths et d'écrire la traduction prophétique et de la rapporter.

Si elle justifia cette interdiction de fois par la récitation du saint Coran et une autre fois de ne pas l'abandonner ainsi de suite par des justifications inconsistances, parce que la réculation d'une idée constitue une condamnation très forte pour eux, par occupation des postes qui ne sont pas pour eux. Donc il n'est beaucoup de dire les compagnons "votre hadith est le plus mauvais hadith " !

En outre la crainte de la propagation de la réalité, pour répandre les hadiths qui contiennent le droit violé sur la sainte famille. C'est une réalité dont le pouvoir ne sera jamais satisfait, alors il était obligé d'interdire en narration et en écriture pour qu'il ne soit pas dans les mains des compagnons de quoi qu'ils se défendent devant le pouvoir et sa méthode politique et juridique.

Avec cela on peut connaître que leurs principes des jurisprudences sont uniquement élevés sur des tentations pour détruire la traduction prophétique et la mortifier dès sa naissance. Malgré tout cela tu vois aujourd'hui celui qui pérore qu'ils sont devancés les autres dans la création dans le principe de jurisprudence, faites-attention de cela ! Saches la vérité tu comprends ses gens.

Selon ce que nous avons présenté et discuter dans les chapitres précédents le porté de l'injustice dans leurs mauvais travaux et les iniquités et la rune de leurs prétentions et mauvaises interpellation. Nous laissons pour le lecteur de regarder le traitement scientifique par tout ce qui est soulevé des ambiguïtés et des extravagances sur les chiites et ce que nous avons présenté en réponse et des preuves qui ont sedisté les procès des adversaires et expliquer leurs précipitations soit au niveau de la pensée et l'idéologie.

" Dieu guide celui dont il veut à la bonne voie".

Louange à seigneur de l'inviter, et que sa miséricordieux soit sur son prophète Mohammad et sa sainte famille.

Au Nom d'Allah, le Clément, Le Miséricordieux

La fondation de l'imam Ali s'est fixée comme but la traduction de tout livre islamique instructif dans les différents domaines du savoir musulman et notamment dans les domaines des croyances, de la pensée et des statuts légaux.

Fidèle à ce but, elle a entrepris la réédition du présent ouvrage, afin de le mettre à la disposition de la communauté musulmane francophone. Qu'Allah couronne de succès les efforts déployés à cet égard !

La fondation de l'Imam Ali

________________________________________

[1] Sounan Ibn Madiah volume 1 page 6, 12. Sounan Tirmizi volume 5 page 37; 2663.

[2] Tazkiratoul hiffaz volume 1 page 5 et kanzoul Ommal volume 10 page 285

[3] Moustadrakil Hakim volume 10 page 291

[4] kanzoul oummal volume 10 page 291

[5] Sahih Mouslim volume 2 page 718 chapitre l'omone

[6] Le commentaire de la voie de l'éloguence par Ibn Abil Hadid volume 11 page 44, 46 et volume 6 page 63.

[7] l'histoire de Bagdad volume 13 page 412


6