Hadiths du Prophète (sawas)

Hadiths du Prophète (sawas)0%

Hadiths du Prophète (sawas) Auteur:
Catégorie: Les textes d'Hadith

Hadiths du Prophète (sawas)

Auteur: Le saint prophete
Catégorie:

visites: 3687
Télécharger: 1316

illustrations:

Hadiths du Prophète (sawas)
Rechercher dans le livre
  • Commencer
  • précédent
  • 7 /
  • suivant
  • Fin
  •  
  • Télécharger HTML
  • Télécharger Word
  • Télécharger PDF
  • visites: 3687 / Télécharger: 1316
Taille Taille Taille
Hadiths du Prophète (sawas)

Hadiths du Prophète (sawas)

Auteur:
Français

'Alî et les Chiites

O 'Alî! N'es-tu pas content d'être avec moi au Paradis, qu'al-Hassan et al-Hussain et notre progéniture soient derrière nos dos et nos femmes derrière notre progéniture et nos Chiites à notre droite et à notre gauche?(637)

O 'Alî! Les quatre premières personnes qui entreront au Paradis sont moi, toi, al-Hassan et al-Hussain. Suivront derrière nos dos notre progéniture et derrière notre progéniture nos épouses, et à notre droite et à notre gauche nos Chiites.(638)

Parmi ma Communauté soixante-dix mille entreront au Paradis sans rendre des comptes (et le Prophète (P) se tourna vers 'Alî (p) et de lui dit) : «Ce sont parmi tes Chiites et tu es Imam».(639)

Nos Chiites (partisans) sont ceux qui nous suivent, qui suivent nos traces et adoptent comme modèles de comportement nos actes.(640)

* 'Abdullah Ibn Jâbir témoigne: Nous étions un jour chez le Prophète (P). Lorsque 'Alî (p) est arrivé le Prophète (P) a dit:

«Par Celui (Allah) Qui dispose de mon souffle, celui-ci ('Alî) et ses Chiites, ce sont eux les Gagnants le Jour de la Résurrection».

Sur ce, le verset suivant fut révélé (au Prophète (P)) :

«Ceux qui croient et qui accomplissent des uvres bonnes: voilà le meilleur de l'humanité» (Sourate al-Bayyinah; 98:7)(641)

Recommandations à l'Imam 'Alî

O 'Alî! Je te recommande des qualités. Retiens-les de moi! (et le Messager d'Allah de prier Allah pour lui: «O Allah aide-le!» avant de poursuivre):

1- La première est la véracité: qu'aucun mensonge ne sorte jamais de ta bouche.

2- La deuxième est l' "abstention scrupuleuse des interdits" (wara'): n'ose jamais commettre une trahison.

3- La troisième est la crainte d'Allah (...): crains Allah comme si tu Le voyais.

4- La quatrième est la multiplicité des pleurs par crainte d'Allah - IL est Très-Haut - : pour chaque larme versée, on te construira mille maisons au Paradis.

5- La cinquième est le sacrifice de ton bien et de ton sang pour ta Religion.

6- La sixième est de suivre mon exemple (ma sunnah ou mes actes d'adoration recommandés) dans ma Prière, mon Jeûne et mon aumône. Pour ce qui concerne la Prière: accomplis-en cinquante rak'ah par jour.(642)

7- Quant au Jeûne, jeûne trois jours par mois: le premier jeudi (du mois), le mercredi du milieu du mois (le premier mercredi de la deuxième décade) et le dernier jeudi du mois. Et pour ce qui concerne l'aumône, efforce-toi d'en faire le maximum et jusqu'à ce que tu croies que tu en aurais trop fait, mais en réalité tu n'en feras jamais trop.

8- Attache-toi à la Prière de la Nuit! Attache-toi à la Prière de la Nuit! Attache-toi à la Prière de la Nuit!

9- Attache-toi à la Prière de Midi! Attache-toi à la Prière de Midi! Attache-toi à la Prière de Midi!

10- Attache-toi à la récitation du Coran dans tous les cas! Attache-toi à lever tes mains(643) et à les retourner(644) pendant la Prière!

11- Attache-toi à l'utilisation du miswâk chaque fois que tu fais le wudhû' (ablution).

12- Attache-toi aux bons caractères et adopte-les, et évite les mauvais caractères.

13- Si tu ne le (tout ce que je viens de te dire) fais pas, ne blâme que toi-même.(645)

Testament du Prophète (P) à l'Imam 'Alî (p): Le perfectionnement moral (du bon caractère)(646)

1- O 'Alî! Je t'interdis trois grands défauts: l'envie, l'avidité et le mensonge.

2- O 'Alî! Trois qualités constituent les maîtres des bons actes: être équitable avec les gens; consoler le frère pour l'amour d'Allah - IL est Puissant et Sublime - ; invoquer Allah - IL est Béni et Très-Haut - dans toutes les circonstances.

3- O 'Alî! Quiconque ne possède pas les trois choses suivantes, aucune de ses actions ne vaut rien: une piété qui l'empêche de désobéir à Allah - IL est Puissant et Sublime -, un bon caractère pour se comporter aimablement avec les gens; une clémence par laquelle il répond à l'ignorance d'un ignorant.

4- O 'Alî! Trois qualités font partie des vérités de la Foi: Donner généreusement lors des vaches maigres; être équitable avec les gens même à son propre détriment; dispenser son savoir lorsqu'on est instruit.

5- O 'Alî! Trois qualités font partie des nobles caractères: tu donnes à celui qui t'a privé; tu prends contact avec celui qui a rompu avec toi; tu pardonnes à celui qui a été injuste envers toi.

6- Quiconque retourne à Allah en ayant respecté trois principes, il sera parmi les meilleurs des gens: quiconque retourne et rencontre Allah en s'étant acquitté de toutes les obligations qu'IL lui avait prescrites, sera au nombre des meilleurs adorateurs, quiconque évite les interdits d'Allah, sera parmi les plus pieux des gens, quiconque est satisfait de ce qu'Allah lui a imparti, sera parmi les plus riches des gens.

7- O 'Alî! Trois choses que personne au sein de cette Communauté ne supporte: consoler un frère en partageant avec lui son bien; être équitable avec les gens même à son propre détriment; et se rappeler Allah dans toutes les circonstances, non pas en se contentant de dire: Subhân-Allâh wa-l-Hamdu li-l-lâh wa lâ ilâha ill-Allâh wa-llâh Akbar (Gloire à Allah, Louanges à Allah, il n'y a de Dieu qu'Allah et Allah est le plus Grand), mais en s'abstenant, par crainte d'Allah - IL est Puissant et Sublime -, de prendre quelque chose d'interdit qui s'offre à Lui.

8- O 'Alî! Retiens trois mérites, trois rachats, trois choses assassines, et trois choses salutaires :

a) Les trois mérites sont l'accomplissement du wodhû' au matin glacial, l'attente de la prière suivante après l'accomplissement d'une prière, la marche matin et soir pour se joindre aux réunions des gens.

b) Les trois rachats sont: répandre la paix, offrir la nourriture, veiller la nuit dans l'adoration d'Allah pendant que les gens dorment.

c) Les trois choses assassines sont: une avarice obéie, un caprice suivi, l'auto-admiration.

d) Les trois choses salutaires sont: la crainte d'Allah secrètement et publiquement, la modération dans les dépenses dans la richesse et dans la pauvreté, un mot juste dans le contentement et le mécontentement.

9- O 'Alî! On reconnaît le bon croyant à trois signes: la Prière, la Zakât et le Jeûne; on reconnaît l'homme affecté à trois signes: il flatte si on est présent, il médit lorsqu'on est absent et il se venge si on est dans le malheur; on reconnaît l'oppresseur à trois signes: il soumet celui qui est au-dessous de lui par la force et celui qui est au-dessus de lui par la désobéissance et il soutient les oppresseurs; on reconnaît le sournois à trois signes: il s'affaire lorsqu'il est en présence des gens et devient paresseux lorsqu'il se trouve seul, et il aime à être complimenté pour tout ce qu'il fait; on reconnaît l'hypocrite à trois signes: il ment lorsqu'il parle, il manque à sa parole lorsqu'il promet, et il trahit le dépôt lorsqu'on lui confie quelque chose.

10- O 'Alî! Trois actions comptent comme ornements d'Allah:

a) Un homme qui rend visite à un croyant pour l'amour d'Allah; de ce fait il est le visiteur d'Allah, et Allah se fait un devoir d'honorer Son visiteur et de lui accorder ce qu'il Lui demande;

b) Un homme termine sa Prière prescrite et se met à accomplir des actes surérogatoires en attendant l'horaire de la Prière prescrite suivante; il est dès lors l'hôte d'Allah, et Allah se fait un devoir d'honorer son hôte;

c) Celui qui accomplit le Pèlerinage majeur et celui qui accomplit le Pèlerinage mineur ('Umarah): ils sont les délégués d'Allah, et Allah se fait un devoir d'honorer Sa délégation.

11- O 'Alî! Trois actes seront récompensés dans la vie d'ici-bas et dans la vie future: le Pèlerinage, lequel éloigne la pauvreté, l'aumône, laquelle écarte le malheur et le contact avec les proches parents, lequel appelle la longue vie.

12- O 'Alî! Trois catégories d'hommes seront sous la protection du Trône le Jour de la Résurrection:

a) Un homme qui aura aimé pour son frère ce qu'il aime pour lui-même;

b) Un homme ayant appris quelque chose, n'y réagit point (ne prend position ni pour ni contre) jusqu'à ce qu'il vérifie si ce quelque chose appelle le contentement ou le mécontentement d'Allah;

c) Un homme qui ne reproche jamais un défaut à son frère jusqu'à ce qu'il enlève ce défaut de lui-même, et une fois qu'il aura effacé ce défaut de lui-même, il découvrira qu'il en a un autre, et ainsi de suite. En fait, l'homme comporte suffisamment de défauts pour ne s'occuper que de lui-même.

13- O 'Alî! Trois qualités font partie des portes de la piété: la générosité de l'âme, les bonnes paroles, la patience devant le mal.

14- O 'Alî! Tous les yeux pleureront le Jour de la Résurrection, sauf trois: un il qui aura veillé pour la Cause d'Allah, un il qui se sera abstenu de se porter sur les interdits d'Allah, et un il qui aura débordé de larmes de crainte d'Allah.

Al-Hassan et al-Hussain (p)

«Allah a placé la descendance de tout Prophète dans sa progéniture, mais IL a placé ma Descendance dans la progéniture de celui-ci (de l'Imam 'Alî).(647)

Le Prophète avait l'habitude de couver al-Hassan et al-Hussayn, en disant : «Tout fils appartient à son père, car ils (les fils) prennent parti pour leur père; excepté les fils de Fâtimah: car c'est moi qui suis leur père et leur parti pris». (rapporté par Ahmad ibn Hanbal dans "Al-Manâqib")(648)

* Selon al-Samhûdî et selon Anas cité par l'imam Ahmad ibn Hanbal: Le Prophète (P) venait chaque matin à la porte de 'Alî, Fatima, al-Hassan et al-Hussayn, et tenant les deux poteaux de la porte, il s'écriait trois fois:

«A la prière, à la prière, à la prière», et le Prophète de réciter ce verset coranique: «Ô vous les Gens de la Maison (Ahl al-Bayt): Dieu veut éloigner de vous la souillure et vous purifier totalement». (Coran, 33: 33) (Cité par 'Abbas Mahmoud Al-'Aqqâd(649) et par Ibn Kathir(650))

* L'Imam 'Alî, cité par l'imam Ahmad Ibn Hanbal, a raconté: Un jour le Messager de Dieu est entré chez moi, alors que je dormais (...) Fâtimah, al-Hassan et al-Hussayn étaient là. Il (P) dit alors à Fâtimah:

«Moi, toi, ces deux-là et ce dormeur, nous occuperons ensemble une même place le Jour de la Résurrection». (Cité par Ibn Kathîr)(651)

* Abû Sa'ïd al-Khidri, cité par l'imam Ahmad Ibn Hanbal, témoigne: Le Prophète a dit:

«Al-Hassan et al-Hussayn sont les deux Maîtres de la Jeunesse du Paradis». (Cité par Ibn Kathîr)(652)

* L'Imam 'Alî, cité par l'imam Ahmad Ibn Hanbal a raconté: Un jour, en entrant chez le Messager de Dieu, j'ai vu que ses yeux débordaient de larmes. Aussi lui demandai-je: «Qu'est ce qui t'a fait pleurer, ô Messager de Dieu?»

«L'Ange Gabriel, dit-il, vient de me quitter. Il m'a informé qu'al-Hussayn serait tué près de l'Euphrate. Et me demandant, "veux-tu sentir la terre où il sera tué?", il tendit sa main, ramassa une poignée de terre et la donna. Je n'ai pu alors empêcher mes yeux de déborder de larmes». (Cité par Ibn Kathîr)(653)

* Al-Tarmathi, citant Ya'lî Ibn Marrah, rapporte ce témoignage: Le Prophète dit: «Hussayn fait partie de moi et je fais partie de Hussayn. Dieu aime qui aime al-Hussayn. Al-Hussayn est un saint (sibt)».(654) (Cité par Ibn Kathir)(655)

* Le père de Ach'ath Ibn Samih a dit: J'ai entendu le Messager de Dieu dire : «Mon fils - c'est-à-dire al-Hussayn - sera assassiné sur une terre dénommée Karbalâ'. Quiconque l'y verra, qu'il le soutienne». (Cité par Ibn Kathir)(656)

* Abû Hurayrah, cité par l'imam Ahmad Ibn Hanbal, témoigne: Le Prophète (P), regardant al-Hassan, al-Hussayn et Fatimah, dit : «Je serai en guerre contre quiconque aura été en guerre contre vous et en paix avec quiconque aura été en paix avec vous». (Cité par Ibn Kathir)(657)

* Selon Ibn Ahmad: Le Prophète étreignait al-Hassan et al-Hussayn en disant:

«Mon Dieu, je les aime. Aime-les donc!» (Cité par Ibn Kathir)(658)

* L'imam Ahmad Ibn Hanbal rapporte le témoignage suivant d'Abû Hurayrah: Le Prophète a dit:

«Celui qui aime al-Hassan et al-Hussayn, m'aura aimé, et celui qui les déteste m'aura détesté». (Cité par Ibn Kathir)(659)

Le Mahdî

Nous les Sept des Banû 'Abdul-Muttalib, sommes les Maîtres des gens du Paradis: Moi, mon frère 'Alî, mon oncle paternel, Hamzah, Ja'far, al-Hassan, al-Hussayn et al-Mahdî.

(Ce Hadîth: un groupe d'imams de hadîth l'ont rapporté dans leurs livres. Citons parmi eux: l'imam Abû 'Abdullâh Mohammad Ibn Yazîd Ibn Mâjah al-Qazwînî dans ses "Sunan", Abul-Qâcim al-Tabarânî dans son "Mo'jam", al-Hâfidh Abû N'îm al-Içbahânî etc.).(660 )

* Selon Abû Sa'îd al-Khidrî, le Prophète (P) a dit: «Al-Mahdî descend de moi. Il aura le front haut, le nez aquilin. Il remplira la terre d'équité et de justice de même qu'elle aura été remplie d'injustice et de tyrannie. Il régnera pendant sept ans».

(Al-Hâkem.(661) déclare ce Hadîth comme authentique (çahîh), selon les critères de Muslim et d'al-Bukhârî. De même l'ont classé parmi les hadîths authentiques al-Kanjî al-Châfi'î, al-Suyûtî, Cheikh Mançûr 'Alî Nâçif, et Abûl-Faydh)(662)

Al-Mahdî sera au nombre de mes descendants (min wildî). Il aura une absence et une occultation pendant laquelle les peuples seront égarés. Il réapparaîtra avec les munitions des Prophètes (P). Il la (la terre) remplira de justice et d'équité, de même qu'elle aura été remplie de tyrannie et d'injustice.

(Ce Hadîth est rapporté par Cheikh al-Çadûq dans "Kamâl al-Dîn", et adopté comme référence par al-Juwanî al-Châfi'î dans "Farâ'id al-Samtayn" et par al-Qandûzî al-Hanafî dans "Yanâbî' al-Mawaddah")(663)

Les jours ne se terminent ni le temps ne prend fin avant que ne règne sur les Arabes un homme de ma Famille (Ahlu-Baytî), dont le nom sera mon nom.

(Ce Hadîth a été rapporté par Ahmad Ibn Hanbal dans son "Musnad", citant le témoignage d'Ibn Mas'ûd transmis par plusieurs chaînes de transmetteurs. Il est rapporté également par Abû Dâwûd dans ses "Sunan", et al-Tabarânî dans "Al-Mo'jam al-Kabîr". Al-Tirmithî et al-Kanjî al-Châfi'î l'ont déclaré authentique (çahîh)).(664)

S'il ne restait à ce monde qu'un seul jour de durée, Dieu suscitera un Homme de ma Famille qui remplira la Terre de justice, comme elle aura été remplie de tyrannie.

(Ce Hadîth est rapporté du Prophète (P) par l'Imam 'Alî (p). Il est transmis par Ahmad dans son "Musnad", ainsi que par Ibn Abî Chîbah, Abû Dâwûd, et al-Bayhaqî. Al-Tabrasî en a dit que les Sunnites et les Chî'ites s'accordent sur son authenticité.(665) Quant à Abûl-Faydh al-Ghimârî, il souligne que «Ce Hadîth est authentique sans aucun doute et aucune contestation».)(666 )

L'Heure ne sera suscitée avant qu'un Homme de ma Famille dont le nom sera mon nom ne soit suscité.

(Ce Hadîth rapporté du Prophète (P) par Ibn Mas'ûd est transmis par Ahmad et al-Tirmithî, al-Tabrânî selon plusieurs chaînes de transmission. Il est transmis également par al-Cheikh al-Tûcî et par al-Kanjî qui le déclare authentique.(667) D'autre part, Abû Ya'lî al-Muçilî l'a rapporté dans son "Musnad" d'un autre Compagnon, Abû Hurayrah, et dans "Al-Dur al-Manthûr", il noté que «Al-Tirmithî a rapporté ce Hadîth relaté par Abû Hurayrah et en a dit qu'il est authentique ».)(668)

Al-Mahdî fait partie de nous, les Gens de la Maison (Ahl-ul-Bayt). Il a le nez aquilin et le front haut. Il remplira la terre d'équité et de justice de même qu'elle aura été remplie d'injustice et de tyrannie.

(Ce Hadîth est rapporté du Prophète (P) par Abî Sa'îd al-Khidrî, et il est transmis par 'Abdul-Razzâq. Al-Hâkem l'a déclaré authentique selon les critères de Muslim. Al-Arballî l'a mentionné dans "Kach al-Ghummah").(669)

L'Heure ne sera pas suscitée avant que la terre ne soit remplie d'injustice et d'agression. Et là un Homme de ma progéniture - ou de ma Famille (Ahlu-Baytî) selon une autre version(670) - apparaîtra et la (la terre) remplira d'équité et de justice, de même qu'elle aura été remplie d'injustice et de tyrannie.

(Ce Hadîth rapporté du Prophète (P) par Abû Sa'îd al-Khidrî, est cité par Ahmad, Ibn Habân, et par al-Hâkem qui l'a déclaré "authentique" selon les critères d'al-Bukhârî et de Muslim, ainsi que par al-Çâfî dans "Muntakhab al-Athar")(671)

Hadîth de «Al-Mahdî, descendant de Fâtimah».

* Selon Om Salamah: «J'ai entendu le Prophète dire:

«Al-Mahdî est une vérité. Il descend de Fâtimah».

(Ce Hadîth est rapporté par Abû Dâwûd, Ibn Mâjah, al-Tabarânî, et al-Hâkem. Il est à noter à cet égard, et c'est un détail révélateur et significatif, que quatre éminents uléma sunnites,(672) ont rapporté ce Hadîth de "Çahih Muslim", alors que les éditions de ce livre, disponibles de nos jours, ne le mentionnent pas! D'autres "traditionnistes" sunnites ont reconnu son authenticité, et d'autres encore ont affirmé la concordance (tawâtor)(673) de ses chaînes de transmission.)(674)

Les Hadîth précisant qu'Al-Mahdî sera un descendant de l'Imam al-Hussain.

* Les Compagnons, Salmân al-Fârecî, Abî Sa'îd al-Khidrî, Abû Ayyûb al-Ançârî, Ibn 'Abbâs, 'Alî al-Hilâlî ont rapporté du Prophète (P) le Hadîth suivant avec des nuances dans la formulation:

«Ô Fâtimah! Nous les Ahl-ul-Bayt, sommes favorisés par sept qualités dont n'a été favorisé aucun parmi les premiers et que n'atteindra aucun des derniers (....) De nous sera issu al-Mahdî de la Umma, derrière lequel priera 'Îssâ (Jésus)».

Et posant sa main sur l'épaule d'al-Hussain (p), le Prophète (P) a ajouté:

«C'est de lui que sera issu al-Mahdî de la Umma».(675)

* Selon Huthayfah Ibn al-Yamân: Le Prophète nous a dit un jour:

«... S'il ne restait à ce monde qu'une seule journée, Allah - IL est Puissant et Élevé - l'allongera jusqu'à ce qu'IL suscite un Homme de mes descendants dont le nom sera le mien».

Là, Salmân al-Fârecî demanda: «Ô Messager d'Allah! Duquel de tes descendants sera-il?»

Le Prophète (P) répondit: «De celui-là», en posant sa main sur al-Hussain».(676)

* L'Imam al-Hussain (p) (cité dans "Yanâbî' al-Mawaddah", citant "Al-Manâqib" d'al-Khawârizmî, témoigne: «Un jour lorsque je suis entré chez mon grand-père, le Messager d'Allah (P), il m'a fait asseoir sur sa jambe et m'a dit:

«Allah a choisi de ton épine dorsale, ô Hussain!, neuf Imams dont le neuvième sera leur Résurrecteur (Qâ'im). Ils seront tous égaux dans la préséance et la position auprès d'Allah».(677)

* Salmân al-Fârecî (cité dans "Yanâbî' al-Mawaddah" qui cite "Al-Manâqib" d'al-Khawârizmî) témoigne: Un jour je suis entré chez le Messager d'Allah (P) et je l'ai vu en train d'embrasser les yeux d'al-Hussain, qui était assis sur sa jambe, et le baiser sur la bouche, en lui disant:

«(O Hussain!) Tu es Maître (Sayyed), fils de Maître et frère de Maître! Tu es Imam, fils d'Imam et frère d'Imam! Tu es Hujjah (Preuve d'Allah) et père de Hujjah et tu es le père de neuf Hujjah dont le neuvième sera leur Résurrecteur».(678)

* Selon "Yanâbî' al-Mawaddah" citant "Farâ'id al-Samtayn d'al-Hamwînî al-Châfi'î, l'Imam al-Redhâ (p) a dit:

«L'Imam qui me succédera est mon fils Mohammad (Al-Taqî), et celui qui lui succédera sera son fils 'Alî (Al-Naqî, dit al-Hâdî) dont le fils, Al-Hassan (dit al-'Askarî) lui succédera. Après al-Hassan l'Imamat reviendra à son fils Al-Hujjah al-Qâ'im (La Preuve d'Allah, le Résurrecteur), dont on attend la réapparition après son occultation et à qui on obéira après sa réapparition. Il remplira la terre d'équité et de justice après qu'elle aura été remplie de tyrannie et d'injustice. Quant à savoir quand (il surgira)? C'est comme pour l'Heure! En effet selon mon père, citant ses ancêtres, le Messager d'Allah a dit à ce propos:

«Il (al-Mahdî), c'est comme l'Heure, elle ne vous surviendra que subitement».(679)

Quiconque meurt sans avoir connu l'Imam de son temps, mourra en jâhilite.(680)

(Ce Hadîth rapporté du Prophète (P) avec des variantes dans la formulation - mais exprimant toutes le même sens et le même contenu - est relaté dans les principaux et les plus célèbres ouvrages de Hadîth, et par les rapporteurs de Hadîth les plus notoires, sunnites et chî'ites confondus. Il serait trop long de les énumérer ici.(681) Contentons-nous donc d'en citer quelques-uns dont l'autorité est universellement reconnue: "Çahîh al-Bukhârî" et "Çahîh Muslim"(682) parmi les Sunnites; al-Kulaynî, al-Çadûq et son père, ainsi qu'al-Humayrî et al-Çaffâr parmi les Chî'ites.)(683)

La terre n'est jamais vide d'un Guide qui, répondant pour Allah, maintient Ses témoignages ....

(Ce Hadîth, rapporté lui également par les ulémas aussi bien sunnites que chî'ites, en citant différentes chaînes de transmetteurs,(684) corrobore le Hadîth précédent et commande l'existence nécessaire de l'Imam al-Mahdî.)

* Selon "Çahîh Muslim", le Prophète (P) a dit:

«La Religion se maintiendra jusqu'à l'arrivée de l'Heure ou jusqu'à ce que Douze Califes, issus tous de Quraych, vous eussent dirigés».(685)

* Selon le Compagnon 'Abdullâh Ibn 'Abbas, cité par Sa'îd Ibn Jubayr, cité par al-Juwînî dans "Farâ'id al-Samtayn": Le Prophète (P) a dit:

«Mes Successeurs (Kholafâ'î), et mes Héritiers présomptifs (awçiyâ'î), (qui seront) les Preuves d'Allah après moi, sont au nombre de douze: le premier d'entre eux est mon frère et le dernier est mon fils».

On lui a demandé alors: - Ô Messager d'Allah! Qui est donc ton frère?

«'Alî Ibn Abî Tâlib», a-t-il répondu.

- Et qui est ton fils?, lui a-t-on demandé encore.

«C'est al-Mahdî, lequel la (terre) remplira d'équité et de justice après qu'elle aura été remplie de tyrannie et d'injustice», a-t-il répondu.(686)

* Jâbir Ibn 'Abdullâh témoigne que le Prophète (P) lui a dit:

«Ô Jâbir! Mes héritiers présomptifs et les Imams des Musulmans après moi commencent par 'Alî, puis al-Hassan, puis al-Hussain...».

Puis il a mentionné nommément les neuf descendants d'al-Hussain, à commencer par 'Alî Ibn al-Hussain et en terminant par al-Mahdî Ibn (fils de) al-Hassan al-'Askarî (p).(687)

* Selon al-Çadûq (décédé en l'an 381 H.) dans "Kamâl-l-Dîn wa Tamâm al-Ni'mah", citant une chaîne de transmetteurs qui remonte à l'Imam Ja'far al-Sâdiq (p) qui cite son père, citant ses prédécesseurs, les Imams d'Ahl-ul-Bayt (p), le Messager d'Allah (P) a dit:

«Jibrâ'îl (l'archange Gabriel) m'a informé que le Seigneur de la Puissance - que Sa Majesté soit Grande - avait dit: "Quiconque vient à savoir qu'il n'y a de Dieu que Moi Seul, que Mohammad est Mon Serviteur et Mon Messager, que 'Alî Ibn Abî Tâlib est Mon Lieutenant, et que les Imams parmi ses descendants sont Mes Preuves, Je le ferai entrer dans Mon Paradis, par Ma Miséricorde, Je le sauverai de l'Enfer, par Mon Pardon...».

Lorsque le Prophète (P) termina sa parole, Jâbir Ibn 'Abdullâh al-Ançârî lui demanda:

- Quels sont les Imams parmi les descendants de 'Alî Ibn Abî Tâlib?

Le Prophète (P) répondit:

«Al-Hassan et Al-Hussain, les deux Maîtres de la Jeunesse du Paradis, puis le Maître des adorateurs (Zayn Al-'Âbidîn) de son époque, 'Alî Ibn al-Hussain, puis Al-Bâqer Mohammad Ibn 'Alî que tu rencontreras, ô Jâbir - et lorsque tu le rencontreras, transmets-lui mes salutations - puis Al-Sâdiq Ja'far Ibn Mohammad, puis Al-Kâdhim Mûsâ Ibn Ja'far, puis Al-Redhâ 'Alî Ibn Mûsâ, puis Al-Taqî Mohammad Ibn 'Alî, puis Al-Naqî 'Alî Ibn Mohammad, puis Al-Zakî al-Hassan Ibn 'Alî, puis son fils Al-Qâ'im bi-l-Haq, le MAHDÎ de ma Umma, qui remplira la terre d'équité et de justice après qu'elle aura été remplie de tyrannie et d'injustice. Ceux-là sont, ô Jâbir, mes Successeurs (kholafâ'î), mes Héritiers présomptifs (awçiyâ'î), mes Fils (awlâdî) et ma Progéniture. Quiconque leur obéira m'aura obéi, et quiconque leur désobéira m'aura désobéi...».(688)

Les Mérites de 'Abdul-Muttalib (Le grand-père du Prophète)

O 'Alî! 'Abdul-Muttalib avait institué à l'époque anteislamique (jâhilite) cinq traditions qu'Allah - IL est Puissant et Exalté - a légalisées sous l'Islam: 1- il avait interdit pour un fils le mariage avec l'épouse de son père et Allah a décrété: «n'épousez pas les femmes que vos pères ont eues pour épouses» (Sourate 4, verset 21); 2- il avait prélevé et offert en aumône le Khoms (le cinquième = 20%) sur un trésor qu'il avait trouvé, et Allah a décrété: «Sachez que de tout ce que gagnez, le cinquième appartient à Allah» (Sourate 8, verset 41); 3- il avait creusé le puits de Zamzam et l' avait destiné à l'usage des Pèlerins et Allah a décrété: «Placerez-vous celui qui donne à boire aux pèlerins et qui est chargé du service de la Mosquée sacrée au même rang que celui qui croit en Allah et au Jour dernier...» (Sourate 9, verset 19); 4- il avait fixé cent chameaux comme rachat d'un meurtre, et Allah a donné un cadre juridique et une force de loi à cette tradition. En outre, il a fixé à sept le nombre de tours à effectuer autour de la Ka'abah (lors du Pèlerinage), - alors que chez les Quraych le nombre de tours dans le tawâf n'était pas déterminé - et Allah (IL est Puissant et Exalté) a conféré un cadre juridique et légal à cette règle.(690)

Abû Tharr, Rapporteur du Hadithdu Prophète (P)

(La narration des Traditions (Hadith) est une discipline d'une importance primordiale. Il n'est pas donné à n'importe qui de relater des Hadith, et les Hadith rapportés par n'importe qui n'ont aucune valeur. La connaissance des narrateurs est la pierre de touche de la valeur des hadith rapportés. Abû Tharr est l'un de ces narrateurs authentiques dignes de foi et de confiance, et dont la narration ne saurait être mise en doute ni rejetée. Il avait passé la plupart de son temps en compagnie du Saint Prophète. C'est pourquoi il était en mesure de rapporter d'innombrables Hadith dont ci-après quelques-uns).

* Abû Is-hâq al-Tha'labî écrit dans son Commentaire:

«Un jour alors qu'Ibn 'Abbâs était en train de relater des Traditions du Saint Prophète, près du puits de Zamzam, un homme se présenta, le visage voilé. Ibn 'Abbâs poursuivit la narration. Mais l'homme voilé se mit lui aussi à relater des Traditions. Ibn 'Abbâs lui dit: «O Monsieur! Je te demande au Nom d'Allah de me dire ton vrai nom».

L'homme dévoila son visage et dit: «O gens! Ceux d'entre vous qui me reconnaissent savent qui je suis. Quant à ceux qui ne me connaissent pas, qu'ils sachent que je suis Abû Tharr al-Ghifârî. J'ai entendu de mes propres oreilles - qu'elles deviennent sourdes si je me trompais - et j'ai vu de mes propres yeux - qu'ils soient atteints de cécité, si je mentais - le Prophète (P) dire:

«Quiconque m'obéit aura obéi à Allah et quiconque me désobéit aura désobéi à Allah. Quiconque obéit à 'Alî m'aura obéi, et quiconque lui désobéit m'aura désobéi.(691)

»'Alî est le dirigeant des vrais croyants et le bourreau des malfaiteurs. Quiconque le soutient sera victorieux et quiconque le trahira sera trahi».

«'Ali est la porte de mon savoir et un guide pour mes adeptes vers ce pour quoi j'ai été envoyé. L'aimer fait partie de la foi. Etre son ennemi, c'est être au nombre des hypocrites, et être son ami est un acte de piété» (voir "Arjah al-Matâlib", p. 604, cité par al-Daylamî).

«'Alî est la porte de mon savoir. Il relatera après moi ce pour quoi j'ai été envoyé. L'aimer fait partie de la foi, le détester c'est être au nombre des Hypocrites, et le regarder est un acte d'adoration».

* Ibn Abû al-Berr écrit dans "Al-Isti'âb" que de nombreux Compagnons avaient rapporté le Hadith suivant du Saint Prophète:

«O 'Ali! Personne ne sera ton ami, si ce n'est un vrai croyant, et personne ne sera ton ennemi, à moins qu'il soit un Hypocrite».(692)

* Abû Tharr rapporte d'Om Salama que le Saint Prophète (P) disait:

«'Alî est avec la Vérité et la Vérité est avec 'Ali. Ils ne se sépareront pas jusqu'à ce qu'ils arrivent au Bassin de Kawthar (le Paradis)». ("Arjah al-Matâlib", p. 699, cité par Ibn Marduwayh)

«Mes adeptes ne seront pas bénis tant qu'ils se hâtent de rompre le jeûne, et qu'ils retardent leur repas de jeûne (souhour) jusqu'aux dernières minutes qui précèdent l'aube (le début de l'horaire prescrit du jeûne)»,

et:

«Mon bonheur est de voir l'or distribué en charité, lors même que sa quantité serait égale au Mont d'Ohod». ("Tafsîr Ibn Kathîr", p. 61)

et:

«O 'Alî! Allah nous a créés toi et moi du même arbre. Je suis la racine de cet arbre et tu en es les branches. Allah jettera de face, en Enfer, celui qui coupera ses branches».

«'Alî est le Guide des Musulmans et l'Imam des Croyants. Il tuera les briseurs du serment d'allégeance (les gens de Jamal), les sécessionnistes (les Kharijites) et les renégats». ("Tafsîr Ibn Kathîr", p. 61)

«'Alî est à moi ce que Hârûn fut à Mûsâ (Moïse), à cette différence près qu'il n'y aura pas de Prophète après moi».

(Cette dernière parole du Prophète a été rapportée par de nombreux Compagnons éminents dont 'Omar Ibn al-Khattâb, Sa'd Ibn Abî Waqqâç, 'Abdullâh Ibn Mas'ûd, 'Abdullâh Ibn 'Abbâs, Jâbir Ibn 'Abdullâh, Abû Hurayyah, Abû Sa'd al-Khudarî, Jabir Ibn Samrah, Mâlik Ibn Hawîrath, Al-Barâ', Ibn 'Athib, Zayd Ibn al-Arqam, Anas Ibn Mâlik, Abû Ayyûb al-Ançârî, 'Aqîl Ibn Abî Tâlib etc. Voir "Arjah al-Matâlib").

* Al-'Allâmah 'Abdul Mo'min al-Chablanjî al-Châfi'î écrit dans son livre "Nûr al-Abçâr" qu'Abû Tharr avait rapporté le Hadith suivant du Saint Prophète:

«Le meilleur des actes de piété est d'aimer Allah et de ne rien faire contre Sa Volonté».

«Lorsque vous éprouvez de l'amitié pieuse envers quelqu'un, exprimez-la-lui».

«Si quelqu'un se met en colère, il doit s'asseoir s'il était debout, et si sa colère persiste, il doit s'allonger» ("Nûr al-Abçâr", p. 29).

«Allah aime celui qui se montre patient face aux mauvais comportements d'un voisin». ("Nûr al-Abçâr", p. 32)

«Allah a comparé mes Ahl-ul-Bayt à l'Arche de Noé. Quiconque de mes adeptes monte à bord de cette Arche (s'attache aux Ahl-ul-Bayt) sera sauvé du Déluge, et quiconque la manque, se noiera (sera égaré). De même mes Ahl-ul-Bayt sont à mes adeptes ce que la porte de Hittab (repentance) fut aux Enfants d'Israël. En effet, Allah avait informé les Israëlites que quiconque entrait par cette porte échappera aux tortures de ce monde et de la Vie Future. De la même façon, quiconque parmi mes adeptes suivra la voie des Ahl-ul-Bayt et restera ferme sur cette voie, sera sauvé le Jour des Comptes». ("'Ayn al-Hayât")

* Selon 'Ali Ibn Chahab al-Hamadânî, Abû Tharr rapporta que le Prophète (P) lui avait dit:

«O Abû Tharr! 'Alî sera celui qui séparera le Paradis de l'Enfer. O Abû Tharr! Même pas un Ange ne put atteindre à cet honneur de séparer le Paradis de l'Enfer Le Paradis a été réservé à ses partisans, et il a eu le privilège de m'avoir pour frère, alors personne d'autre ne saurait avoir un frère comme moi».

«Allah a renforcé l'Islam à travers 'Alî. 'Alî est de moi et je suis de 'Alî. Le verset coranique: «Peuvent-ils être comparés à celui qui a reçu la guidance d'Allah, guidance attestée par un témoin ...»(693) a été révélé à propos de 'Alî. Je suis le détenteur de la Preuve dans ce verset et 'Alî est mon témoin». ("Mawaddat al-Qorbâ", p. 78)

* Abû Tharr raconta qu'un jour, alors qu'il se trouvait dans le cimetière d'al-Baqî' (Médine) avec le Saint Prophète (P), celui-ci dit:

«Je jure par Allah Qui détient ma vie entre Ses Mains, qu'il y a parmi vous celui qui combattra pour l'interprétation correcte du Saint Coran de la même façon dont j'ai combattu les polythéistes à l'époque de la Révélation du Coran, même si, ceux qu'il combattra, prononcent l'Attestation de l'acceptation de l'Islam (al-chahâdatayn). Lorsque l'individu en question ('Alî Ibn Abî Tâlib) combattra ces gens (qui refusent son interprétation correcte du Saint Coran), certains désapprouveront son juste combat, critiqueront cet Ami d'Allah ('Alî), et s'opposeront à lui, de la même façon que le prophète Mûsâ (Moïse) fut opposé à Khidhr à propos de la destruction du bateau, de l'assassinat de l'enfant et de la construction du mur, bien que ces actes (la destruction du bateau, l'assassinat de l'enfant etc.) eussent été accomplis conformément à la Volonté et au Commandement d'Allah». ("Arjah al-Matâlib", p. 31)

* Selon Abû Tharr, cité par Mohammad Ibn Yûsuf al-Kanjî al-Châfi'î, le Prophète (P) a dit:

«La bannière de l'Imam 'Alî Ibn Abî Tâlib, le Guide des Croyants (...) et mon Héritier présomptif me parviendra au Bassin de Kawthar». ("Kifâyat al-Tâlib")

* Abû Tharr rapporte qu'il avait demandé au Saint Prophète: «Quel est le premier masjid construit sur la terre?» et que le Messager d'Allah lui a répondu:

«Masjid al-Harâm (la Ka'bah)». Je lui avais demandé ensuite: «Et le suivant?». Il a répondu: «Le masjid de Bayt al-Maqdis (Jérusalem)». Et je lui ai demandé enfin: «Quel était l'intervalle entre la construction de ces deux masjid?». Le Prophète répondit: «Quarante ans» (Tajrîd Bukhârî).

* Abû Tharr, cité par l'imam al-Bukhârî, rapporte le Hadith suivant du Saint Prophète:

«Celui qui se rattache intentionnellement à quelqu'un d'autre que son propre père est au nombre des incroyants; et celui qui se vante d'appartenir à une race qui n'est pas la sienne doit élire domicile en Enfer» (Tajrîd Bûkârî).

Les Enseignements du Prophète à Abû Tharr

Mohammad Hârûn Zangipûrî écrit, en citant les "Amâlî" de Cheykh al-Tûcî, que le Prophète (P) enseigna à Abû Tharr:

O Abû Tharr! Adore Allah comme si tu Le voyais ou qu'IL te voyait, et ce, même si tu ne le voyais pas.

Sache que la première étape de l'adoration d'Allah est Sa Connaissance, c'est-à-dire comprendre qu'IL est le premier et qu'avant Lui il n'y avait rien. IL est Unique et sans partenaire. IL est Eternel et n'a pas de fin. IL est le Créateur de tout ce qui existe entre le Ciel et la Terre. IL est Pur et Omniscient. IL est dépouillé de tout défaut, et IL est le Créateur de toutes choses.

Après avoir compris l'Unicité d'Allah, il est nécessaire de reconnaître ma Prophétie et de croire qu'Allah m'a envoyé comme annonciateur de bonnes nouvelles, avertisseur et phare lumineux de guidance afin de conduire les gens vers Allah.

Après la reconnaissance de ma Prophétie, il est obligatoire et essentiel d'aimer les Ahl-ul-Bayt (les membres désignés de ma famille) qu'Allah a purifiés de toutes sortes de péchés.(694)

Prends un soin particulier de deux bienfaits que beaucoup de gens ne savent pas apprécier à leur véritable valeur: la bonne santé et le temps libre (qu'on doit exploiter pour le consacrer à l'adoration d'Allah).

Exploite bien cinq choses avant l'échéance de cinq autres choses: 1- Ta jeunesse avant (l'échéance de) ta vieillesse; 2- Ta bonne santé avant que tu ne tombes malade; 3- Ta richesse avant que tu ne connaisses la pauvreté; 4- Tes loisirs (ton temps libre) avant que tu ne sois trop occupé; 5- Ta vie avant ta mort.

O Abû Tharr! Prends garde de te nourrir de trop d'espoir, car tu appartiens seulement au jour d'aujourd'hui et non au lendemain. Si tu vis encore le lendemain, tu pourras encore faire, pendant ce jour, ce que tu as fait aujourd'hui et si tu ne connais pas le lendemain tu ne regretteras pas ce que tu auras fait aujourd'hui».

O Abû Tharr, des gens se sont réveillés le matin sans avoir pu terminer la journée et combien de gens attendaient le lendemain sans avoir pu l'atteindre!

O Abû Tharr, si tu observes bien la mort et son déroulement, tu détesteras l'espoir et sa vanité.

O Abû Tharr! Conduis-toi dans la vie comme un voyageur ou un simple passager, et considère-toi comme un habitant des tombeaux.

O Abû Tharr! Quand tu te réveilles le matin, ne pense pas à vivre jusqu'au soir et si tu vis le soir ne pense pas au lendemain. Profite de ta bonne santé avant de tomber malade, et de ta vie avant de mourir, car tu ne sauras jamais quel sera ton sort le lendemain.

O Abû Tharr! Sois plus parcimonieux avec le temps de ta vie qu'avec ton argent et tes biens.

O Abû Tharr! Allah réservera le regard le plus réprobateur à un 'alem (savant religieux) dont le savoir ne profite pas aux gens. D'autre part, quelqu'un qui cherche à acquérir le savoir pour attirer le regard des gens sur lui ne respirera jamais l'air du Paradis.

O Abû Tharr! Si on te pose une question dont tu ne connais pas la réponse, dis: «Je ne sais pas», pour que tu sois à l'abri des conséquences fâcheuses d'une mauvaise réponse. D'autre part n'émets pas une opinion sur un sujet que tu ignores, cela te sauvera des supplices infligés par Allah le Jour du Jugement.

O Abû Tharr! Un jour des gens parmi les habitants du Paradis diront à un groupe d'habitants de l'Enfer: «Qu'est-ce qui vous a conduits en Enfer, alors que nous sommes entrés au Paradis grâce à votre enseignement et vos conseils?!». Le second groupe répondra: «Nous avions l'habitude de commander le bien sans le faire nous-mêmes».

O Abû Tharr! Allah a trop de droits sur les serviteurs pour que ceux-ci puissent s'en acquitter, et Ses bienfaits sont trop nombreux pour qu'ils puissent les recenser. Mais le seul moyen pour les serviteurs de se montrer reconnaissants, c'est de se repentir matin et soir.

O Abû Tharr! Dans l'écoulement du jour et de la nuit, tu ne sais jamais quel est le moment de l'échéance (la mort), mais tes actes sont enregistrés et produiront leurs effets. La mort peut te surprendre à tout moment. Celui qui sème le bien s'achemine vers la récolte du bien et celui qui sème le mal s'achemine vers la récolte du regret. Chaque cultivateur aura le produit de ce qu'il a semé (...). Celui qui obtient un bienfait c'est Allah Qui le lui a donné et celui qui échappe à un malheur, c'est Allah Qui l'en a sauvé.

O Abû Tharr! Ceux qui font preuve de leur crainte révérencielle vis-à-vis d'Allah sont des maîtres, les faqîh (jurisconsultes) sont des dirigeants. Les fréquenter est toujours un avantage. Le vrai croyant regarde son péché comme une roche qui risquerait de tomber sur lui, alors que le mécréant considère son péché comme une mouche qui passe devant son nez.

O Abû Tharr! Si Allah - Le Très- Haut - veut le bien pour un serviteur, IL place ses péchés devant ses yeux, mais s'IL veut punir un serviteur, IL lui fait oublier ses péchés.

O Abû Tharr! Ne regarde pas l'insignifiance du péché, mais mets plutôt devant tes yeux Celui à Qui tu as désobéi.

O Abû Tharr! L'âme du croyant est plus agitée et mal à l'aise face au péché, que le moineau tombé dans un piège.

O Abû Tharr! Ne te mêle pas des affaires dans lesquelles tu n'as rien à avoir et ne parle pas de ce qui ne te regarde pas. Contrôle ta langue de la même façon dont tu protèges ta nourriture.

O Abû Tharr, Allah m'a fait considérer la prière comme la prunelle de mes yeux. IL m'a fait aimer la prière comme un affamé aime la nourriture et un assoiffé, l'eau, à cette différence près que lorsque l'affamé mange, il est rassasié et lorsque l'assoiffé boit, il est désaltéré, alors que moi, ma soif de prière n'est jamais apaisée.

O Abû Tharr! Tant que tu te trouves en prière tu es en train de frapper à la porte du Roi Absolu. Or, quiconque ne se lasse pas de frapper à la porte du Roi, la porte finira par s'ouvrir devant lui.

O Abû Tharr! Ne transforme pas ta maison en tombeau. La maison dans laquelle on ne prie pas est aussi obscure qu'une tombe. Et si tu désires aménager une lumière dans ton tombeau, prie dans ta maison, et la lumière ainsi procurée sera transférée vers ta tombe.

O Abû Tharr! La prière est le pilier de la foi, et la charité rédime le péché. Mais contrôler ta langue est plus important que l'accomplissement de ces deux actes réunis.

Quelqu'un qui a le coeur dur ne peut s'approcher d'Allah. Tu dois donc attendrir ton coeur. Les pleurs attendrissent le coeur. Quiconque peut donner libre cours à ses larmes, qu'il le fasse. Quiconque est incapable de pleurer, qu'il s'efforce de le faire.

O Abû Tharr, rappelle-toi Allah dans l'état de "khumûl" (dans l'obscurité). (Je lui ai demandé: «O Messager d'Allah! Et qu'est-ce que le "khumûl"?». Il m'a répondu: «C'est se rappeler Allah en secret».)

Allah a dit: «Mon serviteur est celui qui Me craint. Le Jour du Jugement, J'ôterai la crainte du coeur de quiconque Me craint dans ce monde. Il ne sera pas effrayé par la terreur de la Résurrection; bien au contraire, il aura la paix de l'esprit».

Est intelligent celui qui se regarde avec modestie et oeuvre en vue de l'Au-delà, et est impuissant et stupide celui qui suit ses désirs charnels et néglige l'Autre-Monde.

Le monde et ses habitants sont condamnés. Seul ce qui aura été dépensé (fait) pour la cause d'Allah peut bénéficier aux gens de ce monde.

Allah a révélé à mon frère le Prophète 'Isâ (Jésus): «O 'Isâ! N'aime pas ce monde car Je ne l'aime pas. O 'Isâ! J'aime l'Au-delà, car il est le lieu du Retour. Tout un chacun y retournera pour rendre des comptes, et recevoir la récompense ou la punition de ses actes».

Allah remplira de sagesse le coeur (l'esprit) de celui qui pratique l'austérité. Il conférera à sa langue le pouvoir de parler un langage judicieux. IL lui montrera les vices du monde et lui indiquera leurs remèdes. IL le sortira indemne de ce monde vers Dâr al-Salâm (la Demeure de la Paix = la Vie Éternelle).

Allah ne m'a jamais commandé d'accumuler la richesse. Ce qu'IL m'a révélé, c'est: «Proclame la louange de ton Seigneur! Sois au nombre de ceux qui se prosternent! Adore ton Seigneur jusqu'à ce que la certitude te parvienne».(695)

Je porte des vêtements rudes, je m'assois par terre et je monte sur un âne non sellé. Tu dois donc suivre mes traces, car celui qui se défait de ma Tradition, ne fait pas partie de ma Nation (religion).

Bienheureux sont ceux qui se détachent de ce bas-monde, qui pointent leurs regards vers l'Autre Monde, qui font de la terre d'Allah leur lit, de son sable leur matelas, de son eau leur parfum, et qui adoptent le Livre d'Allah comme slogan, et Son invocation, comme rite, et qui enfin se désintéressent des artifices de ce monde.

La récolte des efforts pour ce bas-monde est la richesse et la progéniture, et la récolte de la bonne action est la Vie Éternelle.

Crains Allah sans prêter attention aux gens, lesquels finiront par t'apprécier.

Rabaisse ta voix lors des cérémonies funèbres, du combat, et de la récitation du Coran.

Sache que le remède de toute chose avariée est le sel,(696) mais si le sel devient lui-même pourri, il n'a pas de remède.

(Cette Tradition est relative aux ulémas, et signifie que la religion sera corrompue lorsque les ulémas eux-mêmes auront dévié)

Demande des comptes à toi-même, avant que tu ne sois appelé à rendre des comptes. Cela t'aidera à mieux te préparer pour le Jour du Compte.

Celui qui prie sans accomplir la bonne action est semblable à quelqu'un qui tire une flèche sans objectif.

Allah fait état de Son admiration devant les Anges pour trois catégories de personnes:

i)- Un homme qui se trouve dans un lieu désert et qui après avoir prononcé le Athân (l'appel à la prière) suivi de l'Iqâmah (l'annonce du commencement immédiat de la prière), se met à prier. Allah dit alors aux Anges: «Regardez mon serviteur! Il prie et personne d'autre que Moi ne le voit». Sur ce, soixante-dix mille Anges descendent du Ciel pour prier derrière lui et continuent à implorer le pardon pour lui jusqu'au lendemain. Mais quant à celui qui se contente de réciter l'Iqâmah sans l'avoir prononcé le Athân, seuls les deux Anges qui l'accompagnent habituellement prient avec lui.

ii)- Un homme qui se relève pendant la nuit et se met à prier tout seul, puis il s'endort pendant qu'il est en prosternation. Allah dit alors aux Anges: «Regardez mon serviteur. Son âme est auprès de Moi et son corps est prosterné».

iii)- Un combattant qui lors d'une bataille reste dans son poste et continue à se battre jusqu'à ce qu'il soit tué, alors que ses compagnons d'armes ont déjà déserté.

Celui qui invoque Allah là où les gens négligent de le faire a le même mérite que celui qui continue à se battre alors que ses compagnons ont déserté.

Fréquenter un homme pieux est préférable à la solitude, mais la solitude vaut mieux qu'une mauvaise fréquentation. Dicter le bien est mieux que garder le silence, mais garder le silence vaut mieux que dicter le mal.

Partage ton repas avec quelqu'un que tu aimes pour sa piété, et accepte de partager le repas de celui qui t'aime pour ta piété.

Allah se trouve sur la langue de quiconque parle. Lorsqu'on parle, on doit donc veiller à son langage par crainte d'Allah.

Quand tu parles, évite de trop parler. Dis juste ce qu'il faut pour te faire comprendre.

Il suffit de répéter tout ce qu'on entend pour qu'on devienne menteur.

Lorsqu'on ne sait pas contrôler sa langue, on mérite la prison.

Allah aime que l'on respecte le savoir, les savants, les aînés des Musulmans, les adeptes du Saint Coran et le Gouvernant juste.

«O Abû Tharr! Ne veux-tu pas que je t'apprenne des choses grâce auxquelles Allah te rendra service?». «Si! O Messager d'Allah», répondis-je. Il (P) dit:

«Garde et suis les Commandements d'Allah, IL te préservera et tu Le trouveras devant toi. Rappelle-toi Allah lorsque tu es dans l'aisance, IL se souviendra de toi lorsque tu te trouveras dans la difficulté. Si tu veux demander quelque chose, demande-le à Allah. Si tu as besoin de secours, fais appel à Allah. Car tout est prédéterminé (par Allah) jusqu'au Jour du Jugement, et même si toute l'humanité faisait tout pour te faire bénéficier de ce qui ne t'a pas été prédestiné, elle n'y parviendra pas, et si toute l'humanité faisait tout pour te porter un préjudice qu'Allah ne t'a pas prédestiné, elle ne le pourrait pas. Ainsi, donc, si tu pouvais oeuvrer pour la cause d'Allah en étant certain que tu en acceptes les conséquences, fais-le; autrement arme-toi de patience face à ce que tu n'aimes pas, cela vaudra beaucoup mieux. Et sache que la victoire vient avec la patience, le soulagement suit l'affliction, et le confort (l'aisance) la difficulté».

Allah ne te jugera pas selon ton physique ou ta richesse, mais d'après tes intentions et tes actes.

Les traits caractéristiques d'un croyant sont: un caractère paisible, la courtoisie et l'évocation d'Allah dans toutes les circonstances.

Maudit soit celui qui dit des mensonges dans l'intention de faire rire.

«O Abû Tharr! Evite de médire, car la médisance est pire que l'adultère». Etonné, j'ai dit: «Comment cela? O Messager d'Allah!». Il m'a répondu:

«Car, lorsque celui qui commet l'adultère se repent, Allah accepte sa repentance, alors que le péché de médisance ne sera pardonné que lorsque la personne qui fait l'objet de médisance aura elle-même pardonné à celui qui a médit d'elle».

«O Abû Tharr! Quiconque abuse d'un croyant est pécheur et quiconque se bat contre lui est incroyant. Médire d'un croyant, équivaudrait à manger de sa chair, ce qui est un grand péché. Protéger la propriété d'un croyant, équivaudrait à protéger sa vie». J'ai demandé alors: «O Messager d'Allah! Qu'est-ce que la médisance?». Il m'a répondu: «C'est de mentionner de ton frère musulman, des choses qu'il n'aimerait pas qu'on mentionne». J'ai dit: «Même si ce sont des choses vraies?». Il m'a répondu: «C'est cela en fait la médisance. Autrement, lorsqu'on raconte sur quelqu'un des choses qui ne sont pas vraies, c'est de la calomnie (et non pas de la médisance), laquelle est passible d'une peine à part».

«O Abû Tharr! Le "qattât" n'entrera pas au Paradis». Je lui ai demandé: «Qui est qattât?». Il (P) m'a répondu:

«Le médisant».

O Abû Tharr! Le médisant ne pourra pas échapper à la punition d'Allah le Jour du Jugement.

Celui qui a un double langage et une double face ira en Enfer.

Divulguer les secrets d'un ami, c'est le trahir.

Celui qui meurt avant de se repentir pour s'être montré orgueilleux même une seule fois, ne sentira pas le parfum du Paradis.

Quiconque possède deux chemises doit en utiliser une pour lui-même et donner l'autre à un frère qui en a besoin.

Quiconque renonce à porter des vêtements coûteux, malgré sa fortune, pour l'amour d'Allah, Allah lui donnera des costumes au Paradis.

A la veille de l'Avènement d'Al-Mahdi (P), il y aura des gens qui porteront des vêtements en laine aussi bien en été qu'en hiver pour faire étalage de leur richesse. Allah les maudira.

Ce bas-monde est une prison pour le vrai croyant et un paradis pour l'incroyant.

On doit avoir des intentions honnêtes dans toutes les circonstances, même lorsqu'on mange et on dort.

* (Selon al-Hâfidh Abû Na'îm dans son livre "Hulyat al-Awliyâ' ", Abû Tharr dit: Un jour je suis allé voir le Saint Prophète (P) alors qu'il était assis dans le Masjid. À peine me suis-je assis respectueusement en face de lui, il (P) m'a dit:

«Tu n'as pas fait montre de respect envers la mosquée».

- Comment cela?, lui demandai-je.

«Avec deux rak'ah (unité) de prière. Oui, Abû Tharr! Chaque fois que tu entres dans un masjid, tu dois accomplir immédiatement deux rak'ah de prière», m'a-t-il répondu.

J'accomplis tout de suite deux rak'ah de prière et je lui demandai: - Quel est le meilleur qualificatif de la prière?

«La meilleure des piétés», me répondit-il .

- Quelle est la meilleure action?, demandai-je encore.

«Croire en Allah et combattre sur le Chemin d'Allah constituent la meilleure action», me répondit-il.

- O Messager! Qui sont les croyants dont la foi est considérée comme étant la plus parfaite?, dis-je.

«Ceux dont les actes et les comportements sont bons», me répondit-il.

- Quels sont les vrais Musulmans parmi les croyants?, poursuivis-je.

«Ceux dont la langue et la main ne nuisent pas aux gens», professa-il.

- Qu'est-ce qu'il vaut mieux éviter?, lui demandai-je.

«S'abstenir et s'écarter des péchés».

- Et quelles sont les meilleures des prières?

«Celles dans lesquelles un long qunût (une supplication) est récité».

- O Maître! Qu'est-ce que le jeûne?, demandai-je.

«C'est un acte d'adoration obligatoire qui appelle une grande récompense», affirma-t-il.

- Quel est le meilleur jihâd?

«Celui dans lequel la monture a les pattes coupées et le combattant qui la monte tombe au champ d'honneur».

- Quelle est la meilleure charité?

«Celle qui est prélevée sur un salaire gagné dans un travail dur».

- O Maître! Et quels sont les meilleurs des versets coraniques révélés par Allah?

«Âyat al-Kursî»(697) , trancha le Messager d'Allah.

Je demandai enfin:

- O Maître! Donne-moi quelques conseils.

Le Saint Prophète me dit alors: «Je te conseille de:

Craindre Allah, car cette crainte est à la base de tous bons actes;

Réciter le Saint Coran, car il est la source de la lumière pour toi sur la terre et ta mention favorable dans le ciel;

Ne pas rire trop, car rire beaucoup fait mourir le coeur et fait perdre au visage sa brillance;

Garder le silence le plus souvent, cela t'évitera beaucoup d'ennuis;

Etre l'ami des déshérités et les fréquenter;

Regarder toujours ceux qui sont moins favorisés que toi économiquement, et non ceux qui sont plus riches que toi;

Bien traiter tes proches (parents), même s'ils ne se montrent pas très amicaux envers toi;

Ne craindre aucune censure, si ton action est accomplie pour la cause d'Allah;

Dire la vérité, si amère soit-elle».

Abû Tharr vu par le Prophète (P)

(Etant donné que le Saint Prophète était doué de prescience, il prédit à Abû Tharr, à diverses reprises, les événements futurs et les malheurs qui allaient le frapper personnellement par la suite.

Ainsi, selon "Musnad Ahmad Ibn Hanbal", un jour Abû Tharr, épuisé après de longues heures de prêche, se rendit au masjid et s'y endormit profondément. Le Prophète voulant lui exprimer sa sympathie pour ses efforts louables pour la Cause d'Allah, se dirigea lui aussi vers le masjid. Il (le Prophète) le réveilla et lui dit:

«O Abû Tharr! Que feras-tu si l'on venait à te chasser de ce masjid un jour?»

Abû Tharr répondit sans hésiter: "O Maître! Si cela venait à arriver un jour, je dégainerais mon épée et je trancherais la tête de celui qui essaiera de me faire quitter le masjid".

Le Prophète lui dit:

«Non, Abû Tharr! Ne fais pas cela, mais arme-toi plutôt de patience dans de telles circonstances. Va là où on t'enverra et marche vers l'endroit où on te conduira».

* Selon al-'Allâmah al-Majlicî, un jour le Prophète dit à Abû Tharr:

«O Abû Tharr! Tu vivras seul, tu mourras seul et tu seras ressuscité seul. Tu mourras seul dans l'exil. Quelques Irakiens te laveront, te mettront en linceul et t'enterreront». (Anwâr al-Qulûb).

* Toujours selon al-'Allâmah al-Majlicî, un jour 'Othmân et Abû Tharr étaient entrés en discutant dans la Mosquée du Prophète. Là ils virent le Messager d'Allah assis, penché sur un coussin. Ils se dirigèrent tous deux vers lui. Peu après, 'Othmân quitta le lieu. Le Prophète dit alors à Abû Tharr:

«O Abû Tharr! De quoi parlais-tu avec 'Othmân?».

Abû Tharr répondit: - Nous discutions d'un verset du Saint Coran. Le Prophète dit:

«O Abû Tharr! Un jour, pas très lointain, viendra où un différend sérieux surgira entre vous deux, et où chacun de vous deux, sera l'ennemi juré de l'autre. A cette époque-là l'un de vous sera l'oppresseur et l'autre l'opprimé. Abû Tharr! Tu ne devras jamais t'abstenir de dire la vérité, quelle que soit l'oppression de la tyrannie sur toi». (Hayât al-Qulûb).

A Ibn Mas'ûd

O Ibn Mas'ûd! Méfie-toi de l'ivresse de la faute (péché), car celle-ci engendre une ivresse pareille à celle que suscite le vin ou même plus enivrante. Et là comme Allah - IL est Sublime - le dit: «sourds, muets, aveugles, ils ne reviendront jamais à Allah»(698) et «Nous avons embelli ce qui se trouve sur la terre pour voir quel est celui d'entre eux qui agit le mieux, puis, Nous transformerons sa surface en un sol aride». (Sourate 18, verset 7-8)(699)

O Ibn Mas'ûd! Lorsque tu accomplis une oeuvre bonne, fais-le uniquement et sincèrement pour (l'amour d') Allah, car IL n'accepte de Ses serviteurs que les actes accomplis purement et sincèrement pour Lui plaire, puisqu'IL dit: «Nul ne sera récompensé de Lui, par un bienfait, sinon celui qui aura uniquement recherché la Face de son Seigneur, le Très-Haut : son désir sera bientôt comblé». (Sourate 92, verset 19-21)(700)

O Ibn Mas'ûd! Si tu accomplis une oeuvre bonne et que tu le fasses dans un dessein autre que la satisfaction d'Allah, ne t'attends guère à en être spirituellement récompensé, car Allah dit: «(Leurs actions sont vaines) et Nous n'attribuons aucun poids à celles-ci le Jour de la Résurrection». (Sourate 18, verset 105)(701)

O Ibn Mas'ûd! Multiplie les bonnes oeuvres et les actes de bienfaisance, car le bienfaiteur et le malfaiteur auront des regrets (le Jour de la Résurrection): le premier regrettera: «Si j'avais accompli plus de bonnes oeuvres!» et le malfaiteur: «Ah! J'ai failli à mon devoir!». La preuve en est cette Parole d'Allah - le Très-Haut - : «Non! J'en jure par l'âme prompte à se blâmer». (Sourate 75, verset 2)(702)

O Ibn Mas'ûd! Gare à toi de commettre un péché secrètement ou publiquement, majeur ou mineur, car Allah te vois où que tu sois et «Où que vous soyez, IL est avec vous». (Sourate 57, verset 4)(703)

O Ibn Mas'ûd! Crains Allah dans le secret et en public, sur la terre ferme et dans la mer, la nuit et le jour, car IL dit: «Il n'y a pas d'entretien à trois où IL ne soit le quatrième, ni à cinq où IL ne soit le sixième. Qu'ils soient moins ou plus nombreux, IL est avec eux là où ils se trouvent». (Sourate 58, verset 7)(704)

Quelques Hadiths Célèbres

Hadith al-Thaqalayn

Je suis sur le point d'être rappelé (par Allah) et de répondre (à ce rappel). Je vous laisse les Thaqalayn (les deux Poids): le Livre d'Allah et ma Famille, les Gens de ma Maison. Celui Qui est Doux (Allah) m'a informé qu'ils ne se sépareront pas jusqu'à ce qu'ils reviennent vers moi près du Bassin (jusqu'au Jour du Jugement). Regardez donc bien comment vous les traiterez après moi.(705) (Cité par Ahmad ibn Hanbal)

* Selon al-Chibrâwî al-Châfi'î, dans son livre "Al-At-hâf bi-Hobb al-Achrâf": Muslim, al-Tirmithî... et al-Hâkim... ont rapporté ce témoignage de Zayd ibn al-Arqam: «Un jour, le Messager d'Allah a prononcé un discours au milieu de nous. Après avoir loué et remercié Allah, il (P) a dit:

«O gens! Je suis un être humain. Bientôt, un Messager de mon Seigneur viendra, et je répondrai. Je vous laisse les (deux) Thaqalayn: le premier est le Livre d'Allah, dans lequel il y a la Bonne Orientation et la Lumière. Prenez donc le Livre d'Allah et attachez-vous y fermement!» Et il ajouta: «Et les Gens de ma Maison. Je vous rappelle Allah par les Gens de ma Maison !»(706)

* Toujours selon al-Chibrâwî, et selon une autre version:

«Je vous laisse deux choses: si vous les suivez, vous ne serez jamais égarés. Ce sont le Livre d'Allah et les Gens de ma Maison (selon un autre récit: Ils ne se sépareront pas jusqu'à ce qu'ils viennent vers moi près du Bassin. Regardez donc bien comment vous les traiterez après moi).»(707)

* Al-Chibrâwî a écrit également: Ibn Hajar a dit, dans "al-Çawâ'iq": Le Prophète a dénommé "Thaqalayn", le Coran et sa Famille, car le "Thaqal" est toute chose de première importance et envers laquelle on a beaucoup de gratitude. Or, ces deux-là le sont aussi, car chacun d'eux est le "métal" (la substance même, l'essence) des Sciences religieuses et des Secrets rationnels légaux. C'est pourquoi il a incité à suivre leur exemple. On dit aussi qu'ils ont été appelés "al-Thaqalayn" à cause de l'obligation de respecter leurs droits. Et puis, celui des deux sur lequel l'accent a été mis représente ceux qui connaissent le Livre d'Allah et qui sont très attachés à la Sunnah de Son Messager, car ce sont eux qui ne se séparent pas du Livre jusqu'au Bassin.(708)

* D'après al-'Allâmah al-Fairûzabâdî, le Hadith de Thaqalayn a été relaté par Muslim dans son "Çahîh", Ahmad ibn Hanbal dans son "Çahîh" (Tom. IV, p. 366), al-Bahayqî dans ses "Sunan" (Tom. II, p. 148 et Tom. VII, p.30) al-Darâmî dans ses "Sunan" (Tom. II, p. 45 et Tom. VII p. 102), al-Tahâwî dans "Muchkil al-Athâr" (Tom. IV, p. 368), al-Tirmithî dans son "Çahîh" (Tom. II, p. 308), Ibn al-Athîr al-Jazarî dans "Asad al-Ghâbah" (Tom.II, p. 12), al-Siyûtî dans "Al-Dur al-Manthûr" en marge du tafsîr (exégèse) du Verset d'al-Mawaddah (Sourate al-Chûrâ). Il est également relaté dans "Mustadrak al-Çahîhayn" (Tom. III, p. 109). L'a relaté également al-Nisâ'î (ou Nasâ'î) dans ses "Khaçâ'iç" (p. 21), et dans "Mustadrak al-Çahîhayn" (Tom. III, p. 148), ainsi que dans "MusnadAhmad ibn Hanbal" (Tom. III, p. 17) où il est rapporté du Prophète par Abû Sa'îd al-Khidrî:

«Je suis sur le point d'être rappelé et de répondre (à ce rappel); je vous laisse les Thaqalayn: le Livre d'Allah - IL est Puissant et Glorifié - et ma Famille. Le Livre d'Allah, une corde tendue du Ciel à la terre, et ma Famille, les Gens de ma Maison. Celui Qui est Doux m'a informé qu'ils ne se sépareront pas jusqu'à ce qu'ils reviennent vers moi auprès du Bassin. Regardez donc bien comment vous vous comporterez avec eux après moi».

Ce hadith est relaté aussi par Ahmad ibn Hanbal dans son "Musnad" (Tom. IV, p. 371 et Tom. V, p. 181), Abû No'aym dans "Hulyat al-Awliyâ'" (Tom. I, p. 355), et "Kanz al-'Ummâl" (Tom. I, p. 96), al-Haythamî dans son "Majma'" (Tom. IX, p. 64 et Tom. IX, p. 163) et dans "Al-Çawâ'iq al-Muhriqah" d'Ibn Hajar (p. 75).(709)

* Selon Râfi', le serviteur d'Abû Tharr, cité par al-Chibrâwî al-Châfi'î: «Un jour, Abû Tharr est monté sur le seuil de la Ka'bah et a tenu l'anneau de la porte, en s'écriant: "O gens ! Celui qui me reconnaît, tant mieux. Et celui qui ignore qui je suis, qu'il sache que je suis Abû Tharr! J'ai entendu le Messager d'Allah dire:

«Les Gens de ma Maison sont comme le Bateau de Nûh (Noé). Celui qui y monta fut sauvé, et celui qui le manqua fut jeté dans le Feu».

J'ai également entendu le Messager d'Allah dire:

«Considérez que les Ahl-ul-Bayt sont par rapport à vous ce que la tête est au corps, et ce que les yeux sont à la tête, car le corps ne peut trouver le bon chemin que grâce à la tête, et la tête ne peut trouver son chemin que grâce aux yeux».(710)

* Selon Abû No'aym, citant Sa'îd ibn Jubayr, citant Ibn 'Abbâs, le Messager d'Allah a dit:

«Les Gens de ma Maison sont auprès de vous comme le Bateau de Nûh: celui qui y est monté a été sauvé, et celui qui l'a manqué s'est noyé».(711)

* Toujours selon Abû No'aym, ce Hadith est relaté par al-Hâkim dans "Mustadrak al-Çahîhayn" (Tom. II, p. 343) et qualifié de hadith sain (Çahîh) selon la condition de Muslim, et il est rapporté par al-Muttaqî dans "Kanz al-'Ummâl" (Tom. VI, p. 216) et par al-Haythamî dans son "Majma'" (Tom. IX, p.168). Il est aussi relaté par Muhib al-Dîn al-Tabarî dans ses "Thakhâ'ir" (P. 20). Il est relaté par al-Khatîb al-Baghdâdî dans son "Ta'rîkh" (Tom. XII, p. 19).(712)

Hadith al-Amân min al-Ikhtilâf (assurance contre la discordance)(713)

Dans ce hadith, le Prophète explique le rôle doctrinal et politique des Ahl-ul-Bayt. En effet, le danger le plus grave qui menace la Ummah est toujours la division et le désaccord dans l'opinion et la tendance politique. Le Prophète craignait pour sa Ummah un tel malheur. Aussi travailla-t-il en vue de son unité et de sa cohésion idéologique et politique. Pour ce faire, il incita la Ummah à s'attacher aux Gens de sa Maison et à se référer à eux en cas de différend. C'est pour cela qu'il présentait les Ahl-ul-Bayt comme étant liés au Saint Coran, dont ils ne se sépareraient pas jusqu'au Jour du Jugement, et comme l'«Arche de Nûh» et la «Porte du Pardon». Et, dans le présent hadith, il les décrit comme étant le cadre rassembleur et l'axe unificateur de la Ummah, et indique que l'attachement à eux et la marche sur leurs traces constituent une garantie contre les dissensions et les différends.

«De même que les étoiles sont une garantie pour les habitants de la terre contre la noyade, de même les Gens de ma Maison sont une garantie pour eux contre les désaccords».(714)

* Selon l'Imam 'Alî, cité par Muhib al-Dîn al-Tabarî: Le Prophète dit:

«Les étoiles sont une assurance pour les habitants des cieux: si elles venaient à disparaître, ceux-ci disparaîtraient également. De même, les Gens de ma Maison sont une assurance pour les habitants de la terre: s'ils venaient à disparaître, les habitants de la terre disparaîtraient aussi."»

(Al-Tabarânî note que ce hadith a été rapporté par Ahmad ibn Hanbal dans "Al-Manâqib")(715)

Hadith al-Kisâ' (Hadith du Manteau)

C'est le hadith que le Messager d'Allah a prononcé à propos de 'Alî, Fâtimah, al-Hassan et al-Hussayn lors de la descente du Verset de la Purification.

Les "voies" et les "chaînes de transmetteurs" de ce Hadith sont nombreuses, et sont mentionnées dans beaucoup de livres de hadith et de tafsîr. Nous en citerons ci-après deux, rapportées par Ibn al-Çabbâgh al-Mâlikî,et remontant à Umm Salma. En ce qui concerne le récit relaté par Umm Salama, l'épouse du Prophète, l'imam Ahmad ibn Hanbal cite d'elle ce témoignage:

* Un jour, alors que le Messager d'Allah était dans ma maison, le serviteur a annoncé que 'Alî et Fâtimah étaient à la porte. Le Prophète m'a dit: «Lève-toi! Ecarte-toi des Gens de ma Maison!» Je me suis levée et écartée vers un coin de la maison, tout proche. 'Alî et Fâtimah étaient accompagnés d'al-Hassan et d'al-Hussayn, qui étaient alors de petits garçons. Il a pris al-Hassan et al-Hussayn, les a mis dans son giron, et les a embrassés. Il a étreint 'Alî d'une main, Fâtimah de l'autre, et les a couverts d'un voile noir, en disant: «O Allah, avec Toi, et non pas en Enfer, moi et les Gens de ma Maison!». Umm Salma dit alors: - Et moi, ô Messager d'Allah? Il répondit «Et toi aussi!»(716)

* Et selon al-Wâjidî, dans son livre "Asbâb al-Nuzûl", citant une chaîne de transmetteurs qui remonte à Umm Salma: Le Prophète était un jour chez elle (chez Umm Salma). Fâtimah est venue, avec une marmite contenant du riz cuit avec de l'huile. Lorsqu'elle est venue vers lui, il lui a dit: «Appelle ton mari et les deux enfants!» 'Alî, al-Hassan et al-Hussayn sont entrés et se sont assis, et ils ont commencé à manger, alors que le Prophète était assis sur un banc en pierre, avec sous lui un voile khaybarite [de Khaybar] (...). Le Prophète a enlevé le voile et les en a couverts, et il a dit:

«O Allah! Ce sont les Gens de ma Maison et mes Proches. Eloigne donc d'eux la souillure et purifie-les totalement».

Umm Salma ajoute: J'ai fait pénétrer ma tête (sous le voile) et j'ai dit: Et moi avec vous, ô Messager d'Allah? Le Messager d'Allah a répondu: «Tu es bien (là où tu es)».

Alors, Allah a révélé: «O vous, les Gens de la Maison! Allah veut seulement éloigner de vous la souillure, et vous purifier totalement».(717)

Hadith al-Mawaddah (le Hadith de l'affection)

* Selon al-Chaykh al-Chibrâwî al-Châfi'î: L'imam Ahmad, al-Tabarânî et al-Hâkim ont rapporté d'Ibn 'Abbâs ce témoignage: Lorsque ce Verset coranique: «Dis: Je ne vous demande aucun salaire pour cela, si ce n'est votre amour envers les Proches»(718) a été révélé, on a demandé:

- O Messager d'Allah! Qui sont tes Proches envers qui l'amour nous est obligatoire?

Le Messager d'Allah répondit: «'Alî, Fâtimah et leurs deux enfants».

* Selon l'imam Abû-l-Hassan al-Baghwî, dans son ''Tafsîr'', et citant Ibn 'Abbâs: Lorsque cette Parole d'Allah (le verset de l'affection "Al-Mawaddah"): «Dis: Je ne vous demande aucun salaire pour cela, si ce n'est votre amour envers les Proches» a été révélée, on a demandé au Prophète:

- O Messager d'Allah! Qui sont ceux qu'Allah nous a ordonné d'aimer?

Le Prophète répondit: «'Alî, Fâtimah et leurs deux fils».

Le Prône du Prophète (P) sur le Mois Béni de Ramadan

* L'Imam al-Redhâ (p) citant la chaîne de transmission de sa lignée paternelle, rapporte ce témoignage de l'Imam 'Alî (p): Un jour le Prophète, nous a fait le discours suivant:

«O gens! Le mois de Dieu est venu en vous apportant la bénédiction, la miséricorde et le pardon.

»C'est un mois qui est le meilleur des mois pour Dieu; ses jours sont les meilleurs des jours, ses nuits sont les meilleures des nuits, ses heures sont les meilleures heures.

»C'est un mois pendant lequel vous êtes appelés à être les convives de Dieu, et honorés par Lui.

»Dans ce mois, vos souffles sont glorification, votre sommeil culte; vos bonnes actions acceptées; votre imploration exaucée.

»Priez Dieu donc, avec des intentions sincères et des coeurs purs, de vous faire réussir à jeûner (pendant ce mois) et à réciter Son Livre, car le malheureux est celui qui se trouve privé du pardon de Dieu pendant ce mois grandiose.

»Rappelez-y, par votre faim et votre soif, la faim et la soif du Jour du Jugement, donnez l'aumône aux pauvres et aux indigents parmi vous; respectez vos aînés et soyez miséricordieux envers vos cadets.

»Enquérez-vous de vos proches, retenez vos langues, éloignez vos regards de ce qu'il n'est pas licite de regarder, et vos oreilles de ce qu'il n'est pas licite d'écouter.

»Attendrissez-vous sur les orphelins des autres, on s'attendrira sur vos orphelins.

»Repentez-vous de vos péchés auprès de Dieu, et levez vos mains pour implorer Dieu aux heures de vos prières, car ce sont les meilleures heures, pendant lesquelles Dieu, IL est Puissant et Très-Haut, regarde Ses serviteurs avec miséricorde; IL les écoute, s'ils Lui adressent des supplications, IL leur répond, s'ils L'appellent; IL leur donne, s'ils Lui demandent; IL les exauce, s'ils Le prient.

»O gens! Vos âmes sont hypothéquées par vos actions, libérez-les donc par votre demande de pardon; vos dos sont alourdis par vos fardeaux, soulagez-les donc par une longue prosternation.

»Et sachez que Dieu a juré, par Sa Puissance, de ne pas torturer ceux qui Le prient ou ceux qui se prosternent, et de ne pas les terrifier par le Feu, le Jour où les gens se lèveront pour rendre des comptes au Seigneur des mondes.

»O gens! Celui d'entre vous, qui offre le repas de la rupture du jeûne à un fidèle jeûnant pendant ce mois, Dieu l'en récompensera avec la récompense décernée pour l'acte de libérer un esclave, et par le pardon de ses péchés passés».

On s'est plaint alors au Prophète: O Messager de Dieu! Nous n'avons pas tous les moyens de le faire (offrir le repas de Ramadan). Le Prophète à répondu:

«Évitez l'Enfer, ne serait-ce qu'avec la moitié d'une datte! Evitez l'Enfer, ne serait-ce qu'avec une gorgée d'eau!

»O gens! Celui d'entre vous qui bonifie son caractère pendant ce mois, aura droit au passage sur le Droit Chemin le jour où les pieds trébucheront.

»Celui qui évite de faire le mal pendant ce mois, Dieu le dispensera de Sa Colère le jour où il Le rencontrera;

»Celui qui y honore un orphelin, Dieu l'honorera le jour où il Le rencontrera;

»Celui qui s'y enquiert de son prochain, Dieu le couvrira de sa Miséricorde le Jour où il Le rencontrera;

»Celui qui coupe ses liens avec son prochain, Dieu le privera de Sa Miséricorde le jour où il Le rencontrera;

»Celui qui y offre volontairement une prière, Dieu lui inscrit une ordonnance d'acquittement de l'Enfer;

»Celui qui y accomplit une obligation prescrite, aura une récompense équivalente celle de quelqu'un qui aurait accompli soixante-dix obligations prescrites pendant les autres mois;

»Celui qui y prie beaucoup sur moi (le Prophète), Dieu chargera sa balance (de bonnes actions) le Jour où les balances s'allégeront;

»Celui qui y récite un verset coranique, aura la récompense de celui qui aurait parachevé la lecture de tout le Coran pendant les autres mois.

»O gens! Les portes du Paradis sont ouvertes pendant ce mois, priez donc votre Seigneur de ne pas les refermer devant vous; et celles de l'Enfer sont refermées, demandez-Lui donc de ne pas les rouvrir pour vous; les Satan sont enchaînés, demandez-Lui donc de ne pas leur laisser prise sur vous».

Sur ce, je (l'Imam 'Alî) me suis levé et j'ai dit: O Messager de Dieu! Quelle est la meilleure des actions pendant ce mois?

Le Prophète a répondu: «Abu-l-Hassan (surnom de l'Imam 'Alî)! La meilleure des actions dans ce mois, c'est de s'abstenir de tout ce que Dieu a interdit».