Le site des Imams Al Hassan et Al Houssein pour le patrimoine et la pensseé islamique.

Muhammad (pslf) dans la Prophétie de Daniel

0 votes 00.0 / 5

Introduction


Le deuxième chapitre du livre du Prophète Daniel relate toutes les circonstances et l’explication autour du rêve mystérieux qu’a fait le Roi de Babylone, Nabuchodonosor. En voici un large des extraits : « en l’an deux du règne de Nabuchodonosor, il eut des songes. Son esprit fut anxieux et son sommeil le quitta. Le Roi ordonna d’appeler les magiciens, les conjurateurs, les incantateurs et les Chaldéens, enfin qu’ils exposent au Roi ses songes. Il vinrent et se tinrent en présence du Roi. Le Roi leur dit : « J’ai eu un songe et mon esprit est anxieux de connaître ce songe. » les Chaldéens dirent au Roi : «ô Roi ! Vis à jamais !

Dis le songe à tes serviteurs, et nous en exposerons l’interprétation. » Le Roi répondit et dit aux Chaldéens : « J’en donne ma parole ! Si vous ne faites pas connaître le songe et son interprétation vous serez mise en pièces, et vos maisons seront transformées en cloaques. Et si vous exposez le songe et l’interprétation, vous recevez de ma part des cadeaux, des gratifications et beaucoup d’honneurs. Exposez moi donc le songe et son interprétation ! » Ils répondirent pour la deuxième fois et dirent : « Que le Roi dise le songe à ses serviteurs, et nous exposerons l’interprétation. » Le Roi répondit et dit : « Pour sûr, je sais que vous avez vu que j‘avais donné ma parole : si vous ne faites pas connaître le songe, une même sentence vous entend ; et vous vous êtes concertés pour dire en ma présence une parole mensongère et perverse jusqu’à ce que les temps changent.

Dites-moi donc le songe, et je saurai que vous m’en exposez l’interprétation. » Les Chaldéens répondirent et dirent en présence du Roi : « Il n’y a pas un homme au monde qui puisse exposer l’affaire au Roi ! Car aucun Roi si grand et si puissant soit-il, n’a jamais demandé une pareille chose à aucun magicien, conjurer ni Chaldéen. La chose que le Roi demande est excessive, et il n’y a personne d’autre qui puisse l’exposer en présence du Roi, si ce n’est des dieux qui n’ont pas leur demeure avec les êtres chair.1 » L’incapacité des magiciens, conjurateurs et Chaldéens de la cour du Roi Nabuchodonosor était patente, et la mort pesait sur eux. Cette sentence de mort qui profilait à l’horizon concernait aussi les déportés juifs de la cour du Roi au nombre desquels se trouvait le prophète Daniel. Le Maître des temps et des circonstances devrait manifester, face à l’incompétence notoire dont ont fait montre ses négateurs, le caractère véridique de son serviteur, Daniel !

LA CLEF DU MYSTERE


Par concours de circonstance, Daniel et ses compagnons entrent en scène suite à la sentence de mort prononcée aussi contre eux. Suivons-en les péripéties « Alors Daniel alla dans sa maison, et il fit connaître l’affaire à Hananya, Michaël et Azarya, ses compagnons, leur disant de demander grâce en présence du Dieu du Ciel au sujet de ce mystère, pour qu’on ne fasse pas périr Daniel et ses compagnons avec le reste des sages de Babylone. Alors le mystère fut révélé à Daniel dans une vision de nuit : Daniel fit une répartie avisée et prudente à Aryok, Chef des bourreaux du Roi, qui était sorti pour massacrer les sages de Babylone. Il prit la parole et dit à Aryok, l’officier du Roi : « pourquoi la sentence rendue de par le Roi est-elle si rigoureuse ? » Alors Aryok fit connaître l’affaire à Daniel. Daniel entra donc, et il pria le Roi de lui accorder du temps ; quant à l’interprétation, il l’exposerait au Roi. » Daniel 2:14 à 20.

LE SONGE RAPPELE


Le mystère étant révélé par le Dieu du Ciel à son serviteur, et ce dernier devant Nabuchodonosor n’alla pas par quatre chemins, comme cela est attesté dans le même livre : « Daniel répondit en présence du roi et dit : « Le mystère dont le roi s’enquiert, ni sage, ni magiciens, ni devins ne peuvent l’exposer au roi. Mais il y a un Dieu dans le ciel qui révèle les mystères, et il a fait connaître au roi Nabuchodonosor ce qui adviendra dans l’avenir. Ton songe et les visions de ton esprit sur ta couche, les voici. Pour toi ô roi, tes pensées avaient surgi sur ta couche au sujet de ce qui adviendrait par la suite, et le révélateur des mystères t’a fait connaître ce qui adviendra. Quant à moi, ce n’est point une sagesse qui serait en moi supérieure à celle de tous les vivants que ce mystère m’a été révélé ; mais c’est afin qu’on fasse connaître l’interprétation au roi et que tu connaisses les pensées de ton cœur. Toi donc, ô roi, tu regardais ; et voici une grande statue. Cette statue était très grande, et sa splendeur, extraordinaire. Elle se dressait devant toi, et son aspect était terrifiant. Cette statue avait la tête d’or fin, la poitrine et les bras d’argent, le ventre et les cuisses de bronze, les jambes de fer et en partie de céramique. Tu regardais, lorsque qu’une pierre se détacha sans l’intermédiaire d’aucune main, elle frappa la statue sur ses pieds de fer et de céramique, et elle les pulvérisa. Alors ils furent pulvérisés ensemble le fer, la céramique, le bronze, l’argent et l’or ; ils devinrent comme la balle sortant des aires en été. Le vent les emporta et on n’en trouva plus aucune trace. Quant à la pierre qui avait frappé la statue, elle devint une grande montagne et remplit toute la terre. Tel est le songe, et nous allons en donner l’interprétation en présence du roi. Daniel 2 :27-36

La vision du prophète Daniel


Parallèlement au songe du Roi de Babylone, Nabuchodonosor, Dieu a confirmé ce songe par la vision de son prophète Daniel. Les deux visions concernent les mêmes empires mondiaux présentés métaphoriquement. Seulement, la vision de Daniel présente quelques informations complémentaires par rapport au songe du Roi. Bref, c’est l’avenir de l’humanité qui est mis en exergue.

Voici la vision du prophète Daniel:


« Daniel prit la parole et dit : Je regardais, dans mes visions durant la nuit, et voici que les quatre vents du ciel faisaient rejaillir la Grande Mer. Et quatre bêtes monstrueuses s’élevaient de la Mer, différentes les unes des autres. La première était comme un lion, et elle avait des ailes d’aigle. Je regardais, lorsqu’on lui arrache les ailes ; elle fut soulevée de terre et dressée sur deux pattes comme un homme, et un cœur d’homme lui fut donné. Puis voici une autre bête, une seconde, semblable à un ours ; elle fut dressée sur un côté, ayant trois côtes dans sa gueule entre les dents ; et on lui parlait ainsi : « Lève-toi ! Mange beaucoup de chair ! Après cela, je regardais, et en voici une autre comme un léopard ayant quatre ailes d’oiseau sur le dos ; la bête avait quatre têtes, et il lui fut donné une souveraineté. Après cela, je regardais dans les visions de la nuit, et voici une quatrième bête, redoutable, terrifiante extrêmement vigoureuse ; elle avait de monstrueuses dents de fer ; elle mangeait, déchiquetait et foulait le reste aux pieds ; elle différait de toutes les bêtes qui l’avaient précédées, et elle avait dix cornes. J’examinais les cornes et voilà qu’entre elles s’élevèrent une autre petite corne ; trois des cornes précédentes furent arrachées devant elle. Et voilà que sur cette corne il y avait des yeux comme des yeux d’hommes, et une bouche qui disait des choses monstrueuses.

Je regardais, lorsque des trônes furent installés et un Vieillard s’assit ; son vêtement était blanc comme de la neige, la chevelure de sa tête, comme de la laine nettoyée ; son trône était en flammes de feu, avec des roues en feu ardent. Un fleuve de feu coulait et sortait de devant lui. Mille milliers le servaient ; dix mille myriades se tenaient devant lui. Le tribunal siégea, et des livres furent ouverts. Je regardais, alors à cause du bruit des paroles monstrueuses que proférait la corne …, - je regardais lorsque la bête fut tuée et son corps abattu, et elle fut livrée à l’embrasement du feu. Quant au reste des bêtes ont fit cesser leur souveraineté, et une prolongation de vie leur fut donnée jusqu’à une date et un moment déterminés. Je regardais dans les visions de la nuit, et voici qu’avec les nuées du ciel venait comme un Fils d’homme ; il arriva jusqu’au Vieillard, et on le lui fit approcher en sa présence. Et il lui fit donner souveraineté, gloire et royauté : les gens de tous peuples, nations et langues le servaient, sa souveraineté est une souveraineté éternelle qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera jamais détruite. Daniel 7 : 2-14

Les royaumes dans les deux prophéties


Le premier royaume est la tête de statue vue en songe par Nabuchodonosor dans le chapitre deux du livre du Daniel et correspondant au Lion ailé du chapitre sept du même livre. Le deuxième royaume correspond à la poitrine et au bras d’argent du deuxième chapitre et à une bête semblable à un ours dans le chapitre sept. Le troisième royaume correspond au ventre et aux cuisses de bronze de la statue du deuxième chapitre et à la bête semblable au léopard du septième chapitre. Le léopard a quatre ailes. Le quatrième royaume correspond aux jambes de fer et aux pieds en partie fer et une autre partie en céramique de la statue du deuxième chapitre et au monstre effrayant et redoutable du septième chapitre. Ce monstre avait dix cornes qui correspondent aux dix orteils de la statue. Le cinquième royaume, le royaume de Dieu sur terre, correspond à la pierre qui a pulvérisé tous les précédents royaumes du chapitre deux et ici symbolisé par la venue et l’intronisation du fils de l’homme du septième chapitre. Schématiquement, la conjonction de ces deux prophéties nous donne ce tableau :

La statue en forme humaine ou les quatre bêtes symbolisent les royaumes qui vont dominer le monde. Nous lisons : « Quant à ces bêtes monstrueuses qui sont au nombre de quatre : quatre rois se lèveront de la terre ; puis les saints du très haut recevront la royauté et ils posséderont la royauté pour toujours et à tous jamais. Daniel 7 :17-18.

LE PREMIER ROYAUME


Dans le livre du prophète Daniel, il est écrit « Toi,ô Roi, roi de rois, toi à qui Dieu du ciel a donné la royauté, la puissance, la force et la gloire ; toi dans la main de qui il a remis les hommes, les bêtes sauvages et les oiseaux du ciel, en quelque lieu qu’ils habitent, et qu’il a établi maître sur eux tous : c’est toi qui es la tête d’or » Daniel 2 :37-38. Le premier empire des prophéties des chapitres deux et sept est l’empire de Babylone où régnait Nabuchodonosors. Cet empire a existé de 605 à 539 av J.c

LE DEUXIEME ROYAUME


Ce royaume est identifié ou présenté par le Prophète Daniel. Cela apparaît clairement au cinquième chapitre du livre du Prophète Daniel. Expliquant un mystère, Daniel dit au fils de Nabuchodonosor, le nouveau Roi : « Or toi, son fils Belshassar, tu n’as pas humilié ton cœur, bien que tu aies su tout cela : tu t’es dressé contre le seigneur du ciel ; les ustensiles de sa maison ont été apportés en ta présence, et toi-même et tes dignitaires, tes concubines et tes femmes de service, vous buvez du vin dedans. Tu as loué les dieux d’argent et d’or, de bronze, de fer, de bois et de pierres qui ne voient ni n’entendent ni ne connaissent ; et le Dieu qui a dans sa maison ton souffle et à qui sont toutes tes voies, tu ne l’as pas honoré ! Alors, de sa part, le tronçon de main fut envoyé et cette inscription fut tracée, et voici l’inscription qui a été tracée ! MENE MENE TEQEL OU PARSIN. Quant à l’interprétation la voici : Mené ; « compter » Dieu a fait le compte de ton règne et y a mis fin. Tel quel ; « pesé » : Tu as été pesé dans la balance et trouvé insuffisant. Pérès, « Divisé » : ton royaume a été divisé, et il a été donné aux Mèdes et aux perses». Daniel 5 :22 à 30. Le deuxième royaume est l’empire Médo Perse, qui a succédé à l’empire Babylonien. Les Mèdes et les Perses ont été symbolisés par les bras de la statue. L’empire Médo Perse a existé de 539 à 331 av J.C

LE TROISIEME ROYAUME


Une autre vision du Prophète Daniel nous renseigne sur le troisième empire.

LA VISION DU BELIER ET DU BOUC


Voici la vision : « En l’an trois du règne de Belshassar, qui n’était apparu précédemment. Je regardais dans la vision, j’étais à suse-la-citadelle, qui est dans la province d’Elam. Je regardais dans la vision, et j’étais moi-même près de la rivière Oulaï. Je levai les yeux et regardai et je vis un bélier : il avait deux cornes. Les deux cornes étaient hautes, l’une plus haute que l’autre, et la plus haute s’élevait en dernier lieu. Je vis le bélier frapper vers l’Ouest, vers le Nord et vers le Midi ; aucune bête n’était capable de tenir devant lui, ni de délivrer de son pouvoir. Il agissait à sa guise et grandissait. J’étais en train d’y réfléchir, et voici qu’un bouc vint de l’occident parcourant toute la terre sans même toucher la terre. Ce bouc avait une corne remarquable entre les deux yeux. Il vint jusqu’au bélier aux deux cornes que j’avais vu debout à la rivière, et il courut sur lui dans l’ardeur de sa force. Je vis arriver à proximité du bélier, et il se mit en rage contre lui. Il brisa le bélier et brisa ses deux cornes, le bélier n’eut pas force de tenir devant lui. Il le jeta par terre et le piétina, il n’y eut personne pour délivrer le bélier de son pouvoir. Le bouc grandit énormément; mais tandis qu’il était en pleine vigueur, la grande corne fut brisée, et à sa place s’élevèrent quatre cornes remarquables aux quatre vents du ciel » Daniel 8 :1-9.

IDENTITE DU BELIER ET DU BOUC


Face à la recherche d’explication de la vision qu’il a eue, Gabriel lui informa : « Je vais faire connaître ce qui arriva au terme de la colère, car la fin est pour une date déterminée. Le bélier à deux cornes que tu as vu : ce sont les rois de Médie et de Perse. Le Bouc velu : C’est le roi de Grèce. La grande corne qu’il avait entre les yeux : c’est le premier roi. Une fois brisée, les quatre qui s’élèveront à sa place sont les quatre royaumes qui s’élèveront de cette nation sans avoir sa force. » Daniel 8 :19-22. Le bélier à deux cornes symbolisait l’empire Médo Perse. La corne la plus haute de ce Bélier représentait les perses et la moins haute les Mèdes. Le bouc est le symbole de l’empire Grec. La grande corne représente Alexandre le Grand qui mit fin à la domination Médo Perse en 331 dans la bataille d’Arbelès lorsqu’il battit Darius Codoman 3 Il est mort un certain 13 juin 323 et, quatre de ses généraux divisèrent son empire en quatre parties en l’an 301 av. JC. Il s’agissait de ces généraux :

1.Lysimaque régentait l’Asie Mineure et la Thrace ;
2.Cassandre contrôlait la Grèce et la Macédoine ;
3.Seuleucus 1er, la Mésopotamie et la Syrie ;
4.Ptolémée Laguis, l’Egypte et la Palestine.

Ce fait correspond au léopard à quatre ailes autrement dit ce sont les quatre cornes qui se sont élevées lorsque la grande corne fut brisée.

LE QUATRIEME ROYAUME


Le quatrième royaume symbolise l’empire Romain qui a succédé à l’empire Grec. L’empire romaine a été divisé après Jésus-christ par l’Empereur Théodose en l’an 395 entre ses deux fils : - Arcadius reçut

- Honorius reçut La partie faible du royaume symbolise l’empire romain d’occident qui prit fin en 476 lorsque l’empereur Romulus Augustule fut déposé par les barbares. La partie forte est l’empire romain d’orient qui subsista jusqu’en 1453 ap j.c

Les dix orteils ou les dix cornes selon qu’il s’agit de la statue ou de la bête (monstre) symbolisent les dix tribus barbares. Elles étaient toutes chrétiennes et ont continué avec la politique romaine. Il est à noter que le royaume de Dieu symbolisé par la pierre devrait être suscité ou était à venir après la division de l’empire romain. La petite corne qui est sortie des tribus barbares est le pouvoir papal. La prophétie indique que le pouvoir papal devrait détruire trois des dix tribus barbares. Et l’histoire a retenu que sous le pontificat de Gélase, les eurules ont été détruits par l’église romaine en 493, sous le pontificat de Jean II, les Vandales connurent le même sort en 534 et enfin sous le pontificat de Vigile, la troisième tribu barbare détruite était les ostrogoths, cela en 538. Ces trois tribus barbares, les Hérules, les vandales. Et les Ostrogoths, détruites par la papauté, pratiquaient la religion chrétienne et professaient la doctrine du prêtre Arius d’Alexandrie. Le christianisme est venu avant la division de l’empire romaine et était même la religion officielle de l’empire. Ce fait éloquent témoigne que le christ Jésus n’est pas le fils de l’homme du chapitre sept, encore moins la pierre du chapitre deux. Les faits sont têtus démontrés que Jésus n’est pas le fils de l’homme de Daniel 7 :13 pour de raisons ci haut évoquées. Et cela ne doit étonner car les savants, exégètes et commentateurs chrétiens sont aussi d’avis que le fils de l’homme dont question n’est pas Jésus : Dans la bible de Jérusalem, à la page 1085, dans l’introduction aux prophètes et précisément la partie concernant le livre de Daniel, il est écrit :

v« le royaume qu’on attend s’étendra à tous les peuples 7 :18 le royaume de Dieu 3 :33 (100) ; 4 :31, le royaume du fils de l’homme à qui fut conféré toute puissance 7 :13-14. Ce mystérieux fils de l’homme que 7 :18 et 21-27 identifie avec la communauté des saints et aussi sa tête, le chef du royaume eschatologique, mais ce n’est pas le Messie davidique » Fin de citation. Or le Messie davidique c’est Jésus.» Dans le glossaire de la bible TOB publié en 1988 aux éditions du CERF, il est écrit à la page 1801 en ce qui concerne le concept « fils de l’homme » : Sauf en Actes 7 :56 et Jean 12 :34 l’expression le fils de l’homme est prononcée par Jésus lui-même. Dans de nombreux cas il est évident que le titre lui servait à se désigner lui-même. En certains passages l’expression évoque l’autorité d’un personnage encore à venir, le juge de la fin de temps… cet emploi est sans doute inspiré de Daniel 7 :13. Fin de citation. Si Jésus était le fils de l’homme (Daniel 7) les savants Catholiques et Protestants réunis n’écriraient pas : « en certains passages l’expression évoque l’autorité d’un personnage encore à venir.

LE CINQUIEME ROYAUME


A propos du cinquième royaume, il est écrit : Or aux jours de ces rois-là, le Dieu du ciel suscrit un royaume qui ne sera jamais détruit et dont la royauté ne sera pas laissée à un autre peuple. Il pulvérisa et anéantira tous ces royaumes là, il subsistera à jamais, ce même sans l’intermédiaire d’aucune main et pulvériser le fer, le bronze, le céramique, l’argent et l’or. Daniel 2 :44 à 45 Le cinquième royaume, qui représente le royaume de Dieu sur terre sera inauguré par un homme comme l’atteste la prophétie : confère Daniel 7 :13-14. Quand viendra ce royaume de Dieu sur terre ? Comment le reconnaîtrons-nous ? Conformément à la prophétie, Muhammad ben Abdullah, le prophète de Dieu à l’humanité est venu au monde en l’an 570 après Jésus-Christ. 32 ans après que la papauté ait détruit la troisième corne ou la troisième tribu barbare. Le prophète de l’Islam est né pendant le règne des tribus barbares : « dans le temps de ces rois là, Dieu suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit ».Daniel 2 :44 Le royaume de Dieu qu’inaugure le fils de l’homme détruira l’empire romain, y mettra fin : « tu regardais, lorsqu’une pierre se détacha sans l’intermédiaire d’aucune main ; elle frappa la statue sur ses pieds de fer et de céramique, et elle les pulvérisa »
 

Ajouter votre commentaire

Commentaires des lecteurs

Il n\y a pas de commentaires
*
*

Le site des Imams Al Hassan et Al Houssein pour le patrimoine et la pensseé islamique.